Life

Qu'est-ce qu'un yacht? Depuis quand est-ce un symbole de richesse?

L.V. Anderson, mis à jour le 04.01.2013 à 13 h 48

A l'origine, le terme désigne un petit voilier utilisé pour chasser les pirates...

Un yacht de luxe, Singapour, 25 décembre 2012. REUTERS/Tim Chong

Un yacht de luxe, Singapour, 25 décembre 2012. REUTERS/Tim Chong

Fin décembre, on apprenait qu'un différend opposait Philippe Starck aux héritiers de Steve Jobs au sujet du yacht dont le Français avait dessiné l'intérieur. Depuis, un arrangement a semble-t-il été trouvé.

Mais, qu'est-ce qu'un yacht? Et depuis quand est-ce synonyme de richesse pour son propriétaire?

Un yacht est un bateau de plaisance qui peut être à voiles ou à moteur. Le plus souvent à usage privé, sa taille est suffisante pour contenir une cabine. Toutefois, le terme est parfois aussi utilisé pour décrire de plus petites embarcations sans cabine.

Le terme «yacht» vient du hollandais jacht, qui signifie «chasse», et désignait à l’origine les voiliers de petite taille qui étaient utilisés pour poursuivre les pirates. Ils sont par la suite devenus de plus en plus populaires comme bateau de plaisance.

Le terme s’est ensuite anglicisé  au XVIIe siècle quand le roi Charles II est revenu de son exil hors du Commonwealth (qu’il a passé notamment en Hollande) avec une passion pour le yachting. Le terme est ensuite progressivement associé aux bateaux de plaisance à vapeur et à moteur.

Qui a le plus gros?

Par la suite, pendant son âge d’or, le yacht est devenu un symbole de statut social pour Américains fortunés. Par exemple, J.P. Morgan possédait un yacht de 73 mètres de long, appelé The Corsair (il a ensuite été racheté par la Navy pour être transformé en canonnière). Les yacht-clubs, des clubs très exclusifs fréquentés par les yachtmans, sont aussi devenus très populaires à cette époque et ont contribué à associer l’image du yacht à celle de la richesse dans l’imaginaire collectif.

La passion du yacht s’est dissipée pendant et après la Grande Dépression; mais lorsque la consommation extravagante est revenue à la mode dans les années 1980 et 1990, les financiers américains ont commencé à s’affronter pour voir qui serait capable d’acheter le plus gros yacht à moteur.

Ces énormes bateaux de luxe privés, que l’on surnomme parfois mégayachts, ou superyachts, dépassent régulièrement 60 mètres en longueur et peuvent coûter des dizaines de millions, voire des centaines de millions de dollars à la construction. Et, bien que ces énormes yachts offrent suffisamment de place pour abriter une cave à vin, une salle de cinéma privée et un terrain de basket, ils peuvent parfois causer quelques désagréments: certains d’entre eux sont trop imposants pour entrer dans des ports plus modestes et sont donc forcés de se mettre à quai dans des marinas commerciales, aux côtés de pétroliers et autres bateaux de commerce ou de service.

Cher à l'entretien

En 2010, Larry Ellison, un magnat du business, a décidé que son yacht de 137 mètres de long, le Rising Sun («Soleil Levant»), était devenu trop gros pour lui et l’a revendu à David Geffen, un grand producteur de musique (Ellison quant à lui racheta un navire plus modeste qui ne mesurait que 87 mètres de long).

Ironiquement, et bien que le principal attrait du yacht soit l’intimité qu’il offre à son propriétaire, les yachts de très grandes tailles (ceux qui excèdent une jauge brute de 299) doivent en permanence, comme l’exige l’Organisation maritime internationale, transmettre publiquement leur position grâce à un transpondeur de système d’identification automatique (vous pouvez consulter la position actuelle de ces yachts, ainsi que d’autres bateaux de très grande capacité, sur marinetraffic.com).

Des bateaux de toutes tailles coûtent généralement chaque année environ 10% de leur prix d’achat en entretien. Les grands yachts de luxe demandent l’attention d’un équipage permanent qui comprend un capitaine, des ingénieurs, des stewards, des chefs cuisiniers et des matelots.

Beaucoup de propriétaires de yachts affrètent leur bateau quand ils ne s’en servent pas pour couvrir une partie des coûts de maintenance. Les yachts américains sont souvent immatriculés à l’étranger pour des raisons d’imposition et pour contourner les problèmes de visas associés au fait de travailler sur un navire enregistré aux Etats-Unis pour un équipage rarement composé de citoyens américains.  

Dans d’autres pays anglophones, le terme «yacht» n’est pas autant synonyme de richesse qu’il ne l’est aux Etats-Unis [ou en France, NDLE], et il s’applique même couramment à de tous petits voiliers. Des membres de la classe moyenne britannique, australienne ou néo-zélandaise amateurs de voile peuvent ainsi être désignés comme yachtmans.

L.V. Anderson

Traduit par Hélène Oscar Kempeneers

L’Explication souhaite remercier Tom Cunliffe et G. Bruce Knecht, auteur de Grand Ambition: An Extraordinary Yacht, the People Who Built It, and the Millionaire Who Can’t Really Afford It. («Grand ambition: Histoire d’un yacht extraordinaire, des gens qui l’ont construit, et du millionnaire qui ne peut pas vraiment se le permettre.»)

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr.

L.V. Anderson
L.V. Anderson (19 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte