Noël: Jésus est-il vraiment né un 25 décembre?

Ou bien célèbre-t-on Noël à cette date à cause des païens?

Au marché de Noël de Strasbourg le 27 novembre 2011, REUTERS/Vincent Kessler

- Au marché de Noël de Strasbourg le 27 novembre 2011, REUTERS/Vincent Kessler -

V

oilà une pensée pour ceux d’entre nous qui sont encore à la bourre et ne sont pas prêts pour les fêtes de Noël: fut un temps, certains esprits bien informés estimaient qu’il fallait fêter Noël au printemps. Imaginez ça: trois mois supplémentaires pour faire votre shopping!

Pour la plupart d’entre nous, le fait que Noël tombe un 25 décembre ne soulève pas la moindre question. Mais au cours des 2.000 années (et quelque) qui se sont écoulées, la date de naissance de Jésus a provoqué d’innombrables controverses. En fait, l’incertitude concernant la date de naissance exacte de Jésus est telle que certains Chrétiens ont choisi de ne tout simplement pas la célébrer.

Rien dans la Bible

La Bible ne nous offre qu’assez peu de solutions pour répondre à cette question: les Evangiles ne nous donnent en effet aucune date précise. Il n’y a pas même la moindre référence à la saison à laquelle cette naissance aurait eu lieu. Certains lecteurs croient déceler un indice dans l’Evangile selon Saint Luc, où celui-ci mentionne le fait que des bergers passent la nuit dans leurs champs pour garder leurs troupeaux quand ils apprennent la naissance de Jésus.

Pour certains, cette mention suggère une naissance au printemps plutôt qu’en décembre, à l’époque de l’agnelage, quand les animaux paissent librement dans les champs et sont hors de leurs bergeries. Oui, mais… Les partisans d’une naissance au mois de décembre répondent que les moutons destinés à des sacrifices religieux avaient l’habitude de paître sans surveillance, en dehors des enclos, même lorsqu’il gèle à pierre fendre.

Il est clair qu’une dispute portant sur les connaissances des pratiques d’élevage au Proche-Orient antique n’est pas de celle qui se résolvent facilement.

Et quelle importance, après tout? Les premiers auteurs chrétiens s’intéressaient bien davantage à la mort de Jésus et à sa résurrection qu’à sa naissance. Le plus ancien des Evangiles, celui de Marc, ne parle même pas de la naissance de Jésus. Ceux plus tardifs de Matthieu et de Luc mentionnent un luxe de détails – étoiles, rois mages, crèche – mais rien de précis sur l’époque de sa naissance.

Un «coup marketing antique»

Ce qui n’a pas empêché d’autres personnes de faire des spéculations. Le théologien Clément d’Alexandrie, qui écrit vers 200 après J.-C., mentionne certaines des dates qui ont déjà été proposées comme la date authentique de la naissance de Jésus Christ. Les nativités printanières étaient les plus populaires, avec de nombreuses dates en mars, en avril ou en mai. Le 25 décembre n’est pas mentionné.

Alors comment se fait-il que l’on célèbre finalement la naissance de Jésus dans le froid de l’hiver? L’Eglise n’a fixé cette date qu’au IVe siècle de notre ère. L’explication la plus courante de ce fait est que l’Eglise des premiers temps avait souhaité faire coïncider la célébration de la Nativité avec des fêtes païennes déjà existantes. Les Romains avaient leurs Saturnales, l’ancienne fête du solstice d’hiver, et les peuples du Nord avaient eux aussi leurs propres fêtes du solstice. Au menu des réjouissances: repas, dons de cadeaux et maisons décorées de branches de sapin ou de houx.

Le raisonnement est le suivant: l’Eglise en pleine expansion, ayant pris la juste mesure de la popularité des fêtes hivernales, a décidé d’y rattacher les célébrations de Noël pour encourager l’essor du Christianisme. John Steele Gordon, historien des affaires, a décrit l’implantation des fêtes de la Nativité en hiver comme une sorte de «coup marketing antique

Calculs complexes

Mais d’autres mettent en avant une explication moins connue du choix du 25 décembre –et qui ne manque pas de séduire tous ceux qui trouvent tirée par les cheveux cette connexion faite entre Noël et les anciennes fêtes du solstice d’hiver. Selon certains chercheurs, en effet, Noël a été fixé à cette date non en raison de sa proximité avec des traditions païennes, mais par suite d’une série de calculs complexes de calendrier. L’argument se fonde sur une ancienne tradition judaïque, qui voulait que les grands prophètes mourraient à la même date que leur anniversaire ou, autre alternative, de leur conception.

Ainsi, pour suivre ce raisonnement précis, la première étape pour tenter de fixer la date de naissance de Jésus consistait à déterminer la date de sa mort, que les Evangiles fixent à Pâques. Tertullien, auteur chrétien né vers 150 après J.-C., calculait ainsi que la date donnée pour la mort de Jésus dans l’Evangile de Saint Jean correspondait au 25 mars dans le calendrier romain.

De nombreuses Eglises chrétiennes célèbrent l’Annonciation, qui marque la visite de l’archange Gabriel à la Vierge Marie pour lui annoncer qu’elle va devenir la mère de Jésus, à cette date. Si l’on ajoute neuf mois au 25 mars, on tombe donc sur le 25 décembre.

Cette explication alternative est parfois avancée pour nier l’idée que cette fête a des origines païennes. Dans un article de 2003 publié dans le journal Touchstone, l’historien William Tighe présente ainsi les origines païennes de Noël comme «un mythe sans fondement historique.»

Les Chrétiens anti-Noël

Il avance même qu’au moins une fête païenne, le Natalis Solis Invictus des Romains, institué par l’empereur Aurélien le 25 décembre 274, a été introduite comme une réponse aux célébrations des Chrétiens. Cette fête païenne «était très certainement une tentative de proposer une alternative païenne à une célébration qui était déjà importante pour les Chrétiens romains.» A en croire Tighe, ce sont donc les païens qui ont tenté de contrer une fête chrétienne, pas l’inverse.

Mais même pour certains chrétiens, Noël est toujours apparu comme une adaptation d’une fête païenne – et il n’est donc pas digne de le fêter. Origène, un des premiers pères de l’Eglise, s’est prononcé contre la célébration de la naissance de jésus:

«Il n’y a que des pêcheurs comme le Pharaon ou Hérode qui célèbrent le jour où ils sont apparus dans ce monde.»

Au Massachusetts, les Puritains du XVIIe siècle avaient interdit cette célébration, essentiellement parce que rien dans la Bible ne pointait vers cette date du 25 décembre. Ils se méfiaient également des désordres des Saturnales et des possibles débordements de cette fête.

Un instrument de prosélytisme

Les Quakers, eux aussi, refusaient de la célébrer. En 1878, dans un roman de Harriet Beecher Stowe (auteur de La Case de l’Oncle Tom) intitulé Poganuc People, un des personnages explique pourquoi sa famille ne fête pas Noël:

«Personne ne sait quand le Christ est né, et rien dans la Bible ne nous indique quand il faut célébrer Noël.»

Toutes ces anciennes querelles autour de la date de Noël ont quelque chose de familier. Les périodes de fêtes sont propices aux disputes. En cette période de l’année, plus qu’en toute autre, le sacré et le profane se heurtent en permanence pour prendre le plus d’espace possible et finissent généralement par s’accommoder l’un de l’autre. Les croyants ne doivent pas se sentir menacés par les éventuelles origines païennes de Noël. Si l’Eglise a peut-être recyclé d’anciennes fêtes païennes, ce n’était que pour se greffer sur les anciennes cultures existantes à des fins prosélytes.

Andrew Santella
Auteur, notamment d'essais et de critiques pour la New York Times Book Review et GQ

Traduit par Antoine Bourguilleau

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Les articles signés Slate.com ont d'abord été publiés en anglais sur Slate.com Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
D'autres ont aimé »
Publié le 24/12/2012
Mis à jour le 24/12/2012 à 11h41
4 réactions