Politique

La cible de Chirac sort de son silence

Temps de lecture : 2 min

Sophie Dessus, vice-présidente PS du Conseil Général de Corrèze, est devenue la star anonyme du web ces derniers jours, grâce à une séquence du Grand Journal de Canal + où on voit Jacques Chirac la «draguer» pendant que Bernadette un regard noir jette à son mari. Le Post l'a interviewée et loin de s'en cacher, elle se prête au jeu.

«J'étais un peu embêtée vis à vis de madame Chirac, explique Sophie Dessus. Mais je dois reconnaître que c'est très amusant. C'est normal que Canal Plus s'en soit emparée. La vidéo était très bien faite, mais il faut que cela reste dans cet esprit, et que ça n'ait pas de conséquences sur mon travail avec Bernadette Chirac».

Mais la socialiste estime que l'ancien président n'a pas dépassé les bornes: «Il ne m'a pas draguée du tout! Je suis allée le voir pour me présenter, et nous avons discuté». Et puis l'essentiel, c'est à qu'à la fin, tout est bien qui finit bien: «Il m'a donné un catalogue de l'expo et il me l'a dédicacé. Il m'a d'ailleurs mis un mot très gentil, je vous le lis: 'Pour Sophie, avec mon estime et mon respect, mais aussi bien affectueusement'», déclare-t-elle.

[Lire l'interview complète sur Le Post]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

Quand Jean Jaurès défendait les retraites par capitalisation

[Tribune] Comment le fondateur du Parti socialiste et de L'Humanité pouvait-il défendre ce qui est aujourd'hui honni par la quasi-totalité de la classe politique française?

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Bon gré mal gré, Macron renoue avec la tradition des vœux à la presse

Pour la deuxième fois en près de trois ans de mandat, le président a invité ce 15 janvier les journalistes à l'Élysée pour un échange informel mais néanmoins tendu.

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Pourquoi le Megxit a-t-il (presque) fait oublier le Brexit?

Direction Londres, qui connaît un mois de janvier mouvementé. À la fin du mois, le 31, nos amis britanniques vont dire bye bye à l'Europe. Des adieux prévus de longue date, maintes fois repoussés. Ceux qu'on n'avait pas vu venir en revanche,...

Newsletters