Culture

Trailer est-il? Black Rock, de la comédie indé à l'horreur pure

Alexandre Hervaud, mis à jour le 18.12.2012 à 17 h 02

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Black Rock - Submarine Entertainment

Black Rock - Submarine Entertainment

S'il est une personne qui montre à quel point, moyennant des choix de carrières audacieux, un acteur peut s'affranchir d'une étiquette persistante, c'est bien Channing Tatum.

En l'espace d'un an, le beau gosse a conquis un public totalement différent de celui des Sexy Dance (la franchise qui l'a révélé) en alternant comédie populaire (le très bon 21 Jump Street) ou indé (le joli 10 years, encore inédit), Soderbergh habillé (Piégée) ou torse poil (Magic Mike), etc.

On ne devrait donc plus être surpris de découvrir tel ou tel comédien, tel ou tel réalisateur, s'attaquer à des sujets plutôt inhabituels vis-à-vis de sa filmographie. Malgré tout, le casting (devant comme derrière la caméra) du film d'horreur Black Rock qui nous intéresse aujourd'hui nous a bien étonné, et le mot est faible.

Un mot d'abord sur l'histoire, déjà vue mille fois: une bande d'amies se retrouve en week-end sur une île paumée du Maine où se trouve un groupe de chasseurs patibulaires qui vont sans doute les embêter un peu.

Là où la chose surprend d'abord, c'est que le scénario est signé Mark Duplass, acteur croisé dans Humpday (que Yvan Attal vient de remaker en Do Not Disturb) et l'hilarante série The League, mais surtout scénariste et réalisateur de films comme Cyrus avec son frangin Jay Duplass. L'homme est un habitué des comédies dramatiques indés. Son plus grand «film de genre» jusqu'à présent (en tant qu'acteur) reste Mars, une petite comédie romantique (et animée) de science fiction.

A la mise en scène (et devant la caméra), c'est la belle Katie Aselton, collaboratrice régulière de Duplass –elle joue également dans la série The League– qui réalise ici son deuxième long après une comédie dramatique. A ses côtés pour incarner les demoiselles en détresse, Lake Bell, rompue à la comédie en TV (How to make it in America) comme au ciné (Sex Friends), ainsi que Kate Bosworth (la Lois Lane de Superman Returns qui, pour le coup, avait déjà subi d'affreux outrages masculins dans le remake récent des Chiens de Paille).

Pas vraiment le genre de casting habituel pour ce qui s'annonce être, sauf erreur, une série B tout ce qu'il y a de plus ordinaire:

Bref, pour faire une hâtive comparaison franchouillarde, c'est un peu comme si Géraldine Nakache réalisait un rape and revenge sur l'île de Ré écrit par Manu Payet avec Leïla Bekthi et Florence Foresti, toutes proportions gardées. On a plutôt hâte de voir le résultat, malgré tout.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte