Monde

[Slate.fr-Les tablettes n°22] La fin du monde: c'est pour aujourd'hui ou pour demain?

Temps de lecture : 2 min

Pour sa 22e livraison, Slate.fr-Les tablettes se penche sur l'Apocalypse à venir.

Slate.fr
Slate.fr

C’est inéluctable : les meilleures choses ont une fin. La Terre, notre bonne vieille Terre, comme toutes les autres choses, connaîtra donc la sienne. Un jour. Mais probablement[1] pas le 21 décembre –ou le 22 en France, réglez vos montres– comme certaines lectures d’un calendrier maya voudraient nous le faire croire.

Oui, l’humanité va disparaître, et les causes de sa disparition telles que les chercheurs les prévoient aujourd’hui sont nombreuses –épidémies, réchauffement climatique, météorites, etc– ou pas encore connues.

Tout ça pour dire que, davantage croyant dans l’esprit cartésien de ces scientifiques, je ne crois pas à la fin du monde la semaine prochaine (CQFD à un certain nombre d’internautes qui nous ont demandé si vraiment on les prenait des idiots en leur faisant croire l’inverse).

Le 21 décembre, c’est en tout cas l’occasion idéale pour faire le point sur les croyances, les superstitions, la science, la religion, l’humour et tout une partie de la culture d’aujourd’hui, biberonnée aux séries et aux films qui mettent en scène notre fin.

Johan Hufnagel

» Téléchargez le numéro de Slate.fr-Les tablettes n°22

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

[1] Si, par un grand hasard, la fin du monde nous tombait bien sur la tête le 21, nous mettrons alors un point d’honneur à rembourser l’achat de ce numéro spécial. Dans le cas contraire, vous ne pourrez pas ne pas continuer à vivre sans le sérieux de ces hors séries concoctés avec amour par l’équipe de Slate.fr. D’ailleurs, profitez-en, il y a une promo pour les fêtes. Bonnes fêtes à tous.

Newsletters

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Le commerce équitable: un levier de résilience et d’adaptation aux effets du changement climatique

Les producteurs des pays en voie de développement sont les premiers touchés par les conséquences du réchauffement climatique. Ils se trouvent souvent en première ligne face à aux cyclones, aux ouragans, aux épisodes de sécheresse ou aux inondations qui réduisent le volume des récoltes et vont parfois jusqu’à les décimer. L’ONG Max Havelaar met tout en œuvre pour que les producteurs et productrices soient plus fort.e.s et résilient.e.s face aux aléas climatiques et leurs conséquences, mais aussi pour les accompagner dans la réduction de leur impact sur l'environnement.

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Des nourrissons hospitalisés à cause de la pénurie de lait infantile aux États-Unis

Parents et médecins ne cessent de tirer la sonnette d'alarme face à une situation qui s'aggrave.

Préserver le patrimoine culinaire ukrainien, un acte de résistance

Préserver le patrimoine culinaire ukrainien, un acte de résistance

C'est ce qu'a entrepris Olga Koutseridi, originaire de Marioupol, en archivant le plus grand nombre de recettes possible.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio