Des drones sous le sapin de Noël

Capture d'écran d'une vidéo de promotion pour le Parrot AR.Drone 2.0 Quadricopter

Capture d'écran d'une vidéo de promotion pour le Parrot AR.Drone 2.0 Quadricopter

Hélicoptères, quadcopters, et autres incroyables objets volants sur les rayons des magasins cette année.

Les prix donnés sont indicatifs et correspondent à ceux les plus fréquemment rencontrés au moment de la publication de cet article.

Juste avant les vacances de Noël de 2010, j’avais passé en revue une poignée d’objets volants divers, des avions, des hélicoptères et des drones ressemblant à des soucoupes volantes qu’il était possible de faire voler à l’intérieur d’une maison et en plein air.

Cette année semble être un véritable tournant pour les objets volants radioguidés. Avant cela, les appareils radiocommandés étaient souvent durs à monter et très difficiles à piloter. Les modèles d’aujourd’hui sont, à l’inverse, petits, agiles et bourrés de gadgets électroniques dont des stabilisateurs de vols qui en font des jouets parfaits pour des débutants.

Les jouets volants sont très répandus et s’améliorent chaque année. Il y a quelques semaines de cela, j’ai appelé Peter Li, responsable du magasin ThinkRC, spécialisé en maquettes volantes radioguidées et je lui ai demandé quelles étaient les dernières tendances. «Les Quadcopters», m’a-t-il répondu. Ces machines ont quatre rotors et un gyroscope qui leur permettent de rester stable en vol.

Ils sont légèrement plus chers que les hélicos traditionnels, mais comme ils sont plus gros, ils sont également plus faciles à manipuler en extérieur (la plupart des petits modèles radiocommandés sont incapables de résister au vent).

Cette année, j’ai décidé de tester à nouveau des jouets volants, dont deux quadcopters. J’ai évalué ces machines en fonction des critères suivants:

Batteries: Combien de temps l’appareil peut-il voler avant d’être rechargé?
Aptitude au vol: Comment vole-t-il?
Fun: On s’amuse ou pas?
Chaque catégorie vaut dix points.

Air Hogs Heli Replay, 69.95 dollars sur Amazon.com

Le Heli Replay est un petit hélicoptère standard, radiocommandé, avec un atout supplémentaire dans sa poche: en plus de pouvoir le piloter avec son boitier, vous pouvez également le diriger avec votre téléphone. L’hélicoptère est ainsi livré avec un petit transmetteur infrarouge que vous pouvez brancher sur la prise casque de votre téléphone iOS ou Android. Une fois que vous avez installé l’appli Air Hog, vous pouvez piloter l’hélico en inclinant votre téléphone.

Ca, c’est la théorie. En réalité, le système de contrôle du smartphone est nul. L’appli ne marche pas très bien –elle plante régulièrement sur mon iPhone 5– et quand elle marche quand même, l’utilisation de l’écran tactile s’avère moins pratique que celle du vrai boitier. Pourtant, même avec un boitier de contrôle standard, le Heli Replay est difficile à piloter. Il décolle et se pose sans problème, mais il a des difficultés à voler droit. (Il lui arrive donc fréquemment de voler en crabe… avant de se crasher contre un mur.)

  • Batteries: 6 points. Le boitier de contrôle utilise quatre piles AA. Il faut brancher l’hélicoptère au boitier de contrôle pour qu’il charge – un chargement de 30 à 40 minutes permet un vol d’environ 5 minutes.
  • Aptitude au vol: 6
  • Fun: 5
  • Total: 17/30

Syma S107G, 39,99 euros sur Amazon.fr

En 2010, le S107 était de loin mon hélicoptère radiocommandé préféré. Il était bien conçu, pas cher et avec son stabilisateur gyroscopique embarqué, il était vraiment très facile à piloter. Pour un pilote inexpérimenté, il n’y a rien de mieux pour commencer.

Li, de chez ThinkRC m’a dit que les choses n’avaient pas beaucoup changé depuis deux ans. Le S107, que ThinkRC vend autour de 30€, demeure le meilleur hélicoptère radiocommandé en entrée de gamme. Sa popularité durable a même permis de l’améliorer: Si vous le faites souvent voler, vous risquez fort de le crasher pour de bon, mais il est à présent possible de trouver une grande quantité de pièces détachées qui permettent de prolonger indéfiniment la vie de votre S107.

  • Batteries: 7 points. Le boitier de contrôle utilise six piles AA. Il est possible de charger l’hélicoptère soit en le branchant au boitier par l’intermédiaire d’un adaptateur USB (comme celui de votre Smartphone). Une charge de 20-30 minutes permet un vol d’environ 5 minutes.
  • Aptitude au vol : 8
  • Fun: 7
  • Total: 22/30

Syma X1 RC Quadcopter, 35.99 dollars sur Amazon.com

J’ai adoré ce machin. Comme l’hélicoptère que nous venons de voir, le Quadcopter de chez Syma est très stable et facile à piloter, mais il a également quelques avantages supplémentaires qui valent largement 10 euros de plus.

Premier avantage: il vole très bien en extérieur – il reste ainsi relativement stable même confronté à une brise légère qui ferait s’écraser les hélicoptères radioguidés standards (on va pas se raconter d'histoires non plus: si le vent se met vraiment à souffler, c’est mort).

Deuxième avantage: il est plus maniable. Avec ses quatre canaux radios, il ne se contente pas de monter et de descendre et d’aller vers l’avant ou l’arrière – il se déplace également en latéral. La plupart des petits hélicos radiocommandés ne peuvent que voler vers l’avant. Certains, comme le S107G, peuvent voler en arrière, mais seuls les hélicoptères avec quatre canaux radios peuvent se déplacer en latéral – et ils sont généralement très difficiles à piloter.

Pour finir, le Quadcopter peut effectuer des cabrioles dans les airs sur la simple pression d’un bouton. Vos copains seront verts de jalousie!

  • Batteries: 7 points. Le boitier nécessite quatre piles AA. On charge le Quadcopter en le reliant à un ordinateur par le biais d’un câble d’ordinateur ou un adaptateur USB non fourni. Une charge de 30 minutes permet un vol de 5 minutes environ.
  • Aptitude au vol: 8
  • Fun: 8
  • Total: 23/30

Parrot AR.Drone 2.0 Quadricopter, 265,05 euros sur Amazon.fr

Il y a deux ans, je déclarais que le drone de Parrot était, de loin, mon jouet volant préféré. «Un truc de malade» disais-je en évoquant toutes ses caractéristiques – deux caméras embarquées, une flopée de senseurs, des gyroscopes de stabilisation et même un système de pilotage automatique.

Deux ans plus tard, Parrot a amélioré son drone en intégrant de meilleurs composants. La nouvelle version est ainsi équipée d’une caméra frontale haute définition (pour espionner votre voisin en HD!), un altimètre qui permet quand même à votre machine de voler jusqu’à plus de 30 mètres de haut et un nouveau système de contrôle qui permet un pilotage encore plus intuitif qu’avant.

Et il fait même des cabrioles en vol. Vous pouvez  contrôler le drone de Parrot avec votre smartphone ou votre tablette – ça marche sous iOS et sous Android.

Le pilotage ressemble à celui d’un jeu vidéo: tout en maintenant un bouton enfoncé vous inclinez le téléphone dans la direction souhaitée et l’appareil se déplace. Tous ses capteurs et processeurs font de l’AR.Drone un engin très stable et, à l’inverse de tous les autres jouets volants radioguidés, il se déplace exactement là où vous voulez qu’il aille.

Quand vous relâchez les commandes de contrôle, il reste en position, là où il était. Il y parvient même face à une brise légère – et si un vent plus fort le pousse, il regagne généralement tout seul sa position initiale. J’ai principalement piloté cette machine en extérieur; elle est techniquement capable de voler à l’intérieur, mais elle est tellement grosse que vous aurez du mal à la piloter, même dans un manoir.

Avec la première version de l’AR.Drone, il fallait se souvenir de l’orientation du Drone: si vous incliniez votre téléphone à droite, il partait à sa droite, pas à la vôtre. Mais à présent, grâce à un magnétomètre embarqué, le drone est en mesure de tenir compte de la différence d’orientation entre lui et vous.

Il suffit d’enclencher le mode «Absolute Control» et quand vous inclinez votre téléphone à droite, le drone vire à votre droite, quand bien même ce n’est pas sa droite. Voilà qui fait du pilotage de cet appareil un jeu d’enfant. Il n’y a pour ainsi dire aucune période de prise en main.

Et pour être tout à fait honnête, c’est la petite chose que je lui reproche: parfois, piloter l’AR.Drone est un peu ennuyeux. Puisqu’il est tellement capable de voler tout seul, il n’a pas vraiment besoin de vous. Et même les figures qu’il effectue sont pour ainsi dire automatisées: tapez deux fois sur l’écran et la machine s’élève d’un mètre, effectue un tonneau et regagne sa position initiale.

Il y a certes quelques manières de se lancer des défis: l’application de contrôle vous délivre en direct les images prises par les caméras embarquées et donc, théoriquement, il est possible de le piloter hors de votre vue. Je n’ai pas essayé, mais ça peut être un assez chouette moyen de coller la trouille à vos voisins.

Ce que j’aimerais bien, c’est que la prochaine version de cette machine soit totalement autonome. Allez, quoi: faisons de ce drone un drone digne de ce nom! Donnons-lui un GPS, permettons lui de voler tout seul et de rentrer ensuite au bercail! Je pourrais ainsi regarder le spectacle bien tranquillement installé devant mon téléphone.

  • Batteries: 6 points. Le Parrot est livré avec sa batterie rechargeable, qui vous donne une autonomie de vol de 10 à 15 minutes après 90 minutes de charge. Il est possible d’acheter des batteries supplémentaires, qui coûtent environ 50€ pièce.
  • Aptitude au vol: 10
  • Fun: 7
  • Total: 23/30

Air Hogs Battle Tracker, 81,67 euros sur Amazon.fr

Je pensais que le Battle Tracker serait un gadget sans intérêt. Il s’agit à la fois d’un hélico radiocommandé et d’une tourelle antiaérienne robotisée. Votre mission, en tant que pilote de l’hélicoptère, est de mettre la tourelle hors de combat en tirant sur elle de petits disques jaunes, tandis que la tourelle traque votre hélicoptère, et l’ayant localisé et verrouillé, lance sur lui des projectiles en mousse ressemblant à ceux des pistolets Nerf (il existe également un mode deux joueurs permettant à un de vos amis de contrôler la tourelle).

Honnêtement, je pensais que c’était trop beau pour être vrai. La batterie anti-aérienne ne serait certainement pas capable de localiser l’hélico avec précision et l’hélico ne serait sans doute pas capable de conserver sa trajectoire tout en tirant ses disques.

Et bien j’avais tort. Non seulement l’hélico a une excellente tenue de vol, mais en plus, il tire avec précision. Ses petits disques partent tout droit et vont vite et loin. La tourelle est quant à elle une véritable merveille robotique. Elle traque l’hélico avec une précision presque frustrante et est capable de vous flinguer à trois mètres. Cerise sur le gâteau: il y a les bruitages – son statut (recherche, acquisition, verrouillage) est mentionné avec une voix de robot, et chaque tir de «missile» s’accompagne d’une belle déflagration.

De tous les jouets que j’ai testés, le Battle Tracker est de loin le plus amusant. Il résout en effet le dilemme de base de tout pilote d’engin radioguidé:

«Maintenant que je sais le faire voler droit… je fais quoi?»

Ce que j’aime avec ce jeu, c’est qu’il est juste assez difficile pour vous pousser à continuer d’y jouer. Même si vous êtes bon pilote, il faudra plusieurs essais avant que vous n’arriviez à toucher la tourelle – la tourelle a un senseur qui lui permet de déterminer si elle est touchée et quand elle l’est, elle se met hors-service d’une manière très théâtrale.

Mon seul regret: trop peu de disques et trop peu de missiles dans la boite. Les projectiles vont loin et la tourelle pouvant traquer votre hélico à 360°, les projectiles volent dans tous les sens. Air hogs ne vend pas de projectiles de remplacement et si vous les perdez, le jouet devient inutilisable. Alors ne les perdez pas!

  • Batteries: 6 points. Il faut 10 piles AA batteries pour alimenter la tourelle et le boitier de contrôle, qui sert également à charger l’hélicoptère. Après 30 minutes de charge, vous pourrez voler environ 5 minutes.
  • Aptitude au vol: 8
  • Fun: 10
  • Total: 24/30

Farhad Manjoo

Traduit par Antoine Bourguilleau

Illustrations des objets sur Amazon.com