Un chat a-t-il déjà tué un être humain?

Un homme est jugé aux Etats-Unis pour avoir voulu tuer un rival et faire porter le chapeau au chat de la victime. Mais la lutte entre le chat et l’humain s'est-elle déjà soldée par la victoire du félin?

Dewey crazy cat stare / chris favero via Flickr CC Licence By

- Dewey crazy cat stare / chris favero via Flickr CC Licence By -

Son plan a échoué. Dans l'Illinois, Brett Nash avait planifié de kidnapper, d'extorquer puis d'assassiner un homme riche qui avait été l'amant de sa femme, en l’électrocutant puis en faisant passer le chat de la victime pour le responsable accidentel du décès. Brett Nash a été arrêté pour cet étrange coup monté en janvier, et il a plaidé coupable mardi 4 décembre.

Mais un chat a-t-il déjà tué un humain? En tout cas pas un adulte. Mis à part les cas de rage, L’Explication n’a pas connaissance d’un incident impliquant un chat domestique ayant tué son propriétaire adulte et bien portant.

Les chats peuvent cependant rudement malmener les hommes. En 2010, une chatte de l’Idaho venant d’accoucher a mordu son maître à trente-cinq reprises, revenant même à la charge à coups de griffures et de morsures après que son maître avait lavé ses plaies. L’année dernière, un homme de Cleveland a été héliporté à l’hôpital après s’être battu contre son chat tigré.

Des faits divers souvent mortels... pour les chats

Les affrontements avec les humains finissent souvent mal pour les félins. En 1921, le New York Times a relaté un fait divers dramatique: un angora a attaqué le doigt de sa maîtresse alors que celle-ci se trouvait dans la voiture de son mari. Le mari a répliqué en étranglant le chat à mort, ce qui n’a pas empêché un officier de police arrivé sur les lieux de pointer son arme en direction du félin sans vie... Ce n'est pas la dernière fois que le NYPD a eu affaire à un chat domestique: une année plus tard, après avoir été mordu par un chat sur Columbus Avenue, un officier de police tira sur l’animal avec son révolver et le tua.

Les chats tuent parfois accidentellement des nourrissons. Au début des années 1980, un père norvégien a découvert son chat dormant sur le visage de son bébé âgé de 5 semaines. Bien que le père ait tenté de le réanimer, l’enfant est mort des suites de l’asphyxie (selon un rapport médical, les chats pourraient être responsables de certains cas de mort subite du nourrisson). En 1931, un chat du Connecticut s’est assoupi sur la poitrine d’un enfant âgé de 4 mois, l’étouffant à mort. Des accidents similaires ont été recensés au cours du XIXe siècle.

Le chat qui aspire l'air des nourrissons, une légende tenace

Ces morts par étouffement semblent avoir donné naissance à une légende répandue selon laquelle les chats aspirent l’air des nourrissons endormis. Le chat était supposé aligner ses narines avec celles du bébé endormi, utilisant son menton pour conserver la bouche de l’enfant fermée. Quant à la motivation du chat, elle varie en fonction de celui qui raconte l’histoire. Certains affirment que les chats sont irrésistiblement attirés par l’odeur du lait maternel des respirations de bébé, quand d’autres croient que la jalousie est en cause.

Ernest Hemingway qualifiait les avocats de ces «contes de bonne femme» d’«ignorants plein de préjugés», et se vantait que son propre chat, Feather Puss, protégeait son fils pendant son sommeil.

Les médecins ont eux aussi tenté de dissiper le mythe, et même Dear Abby [célèbre rubrique journalistique de conseils aux lecteurs fondée en 1956, NDT] conseillait vivement aux nouveaux parents de ne pas renoncer à leurs chats (elle recommandait, cependant, de les garder éloignés des nourrissons).

La légende, bien qu’invraisemblable, a duré. En 1982, un folkloriste de Caroline du Nord a transmis une version du conte dans le Mount Airy News [un journal local de Caroline du Nord, NDT], y ajoutant le fait que les pattes du chat était d’avant en arrière sur les côtes du bébé pendant qu’il aspirait l’air expiré par l’enfant. Le site de démystification Snopes a démonté la croyance assez récemment.

Donc, si votre chat a vraiment l’intention de vous réduire en morceaux, il attendra probablement que vous soyez déjà mort. Les chats cherchent souvent des corps et peuvent causer des problèmes dans les morgues et les hôpitaux des pays en développement, où ils sont parfois utilisés pour la dératisation. 

Même s’il vous fait part de toute son affection inconditionnelle et baveuse, vous feriez mieux de craindre votre chien plus que votre chat. Selon les données du CDC [Centers for Disease Control and Prevention, agence fédérale américaine de santé publique, NDT], les chiens ont tué 167 Américains âgés de plus de 14 ans entre 2001 et 2010.

Brian Palmer

Traduit par Jean-Laurent Cassely

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr.

A Gribouille, petite boule de poils partie trop vite...
Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Brian Palmer est journaliste indépendant pour slate.com Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
D'autres ont aimé »
Publié le 08/12/2012
Mis à jour le 08/12/2012 à 9h37
8 réactions