Culture

Trailer est-il? Dallas XXX, le coquin JR s'envoie en l'air

Temps de lecture : 2 min

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Bobbi Starr brille dans Dallas XXX - Studio Adam & Eve
Bobbi Starr brille dans Dallas XXX - Studio Adam & Eve

Si d'aventure, en mettant le pied dehors aujourd'hui, vous avez reçu comme une poussière dans l'oeil, façon cendres de clope en terrasse par vent moyen, il n'est pas impossible que de l'ADN carbonisé de Larry Hagman soit désormais logé sur vos pupilles. L'interprète de JR dans Dallas est en effet sur le point d'avoir ses cendres dispersées «un peu partout dans le monde».

En hommage à cette vieille canaille disparue le 23 novembre dernier à 81 ans, il apparaissait tout naturel de consacrer la présente rubrique à Dallas XXX, la dernière parodie porno en date de la série culte –on imagine qu'il y en a déjà eu d'autres auparavant.

Oui, ça fait deux mois qu'on n'avait pas fait place au porno dans cette rubrique, il était temps d'y revenir.

C'est en naviguant (de manière tout à fait professionnelle) sur le compte Dailymotion de Marc Dorcel, distributeur français de ce Dallas cochon, que j'en fis la découverte, épaté d'y retrouver le poulain James Deen, déjà évoqué dans cette rubrique pour son rôle dans The Canyons, le thriller sexy écrit par Bret Easton Ellis.

A ses côtés, on retrouve les formes avantageuses des belles Alexis Ford, Bobbi Starr, Brooklyn Lee, India summer. Autant vous faire une confidence, aucun des noms cités dans la phrase précédente ne m'est familier, mais les écrire ici ne peut pas nuire au référencement de Slate.fr a priori.

Et puisqu'on parle du dur métier de remplir des sites web, saluons les rédacteurs des fiches résumés de films pornos, à l'image de celui de ce Dallas XXX sur le site VOD de Dorcel, qui conclut, en tout simplicité, par cette balzacienne description:

«Quant à Lucy, la petite dernière du clan Ewing, elle parvient toujours à obtenir ce qu’elle désire. Lorsqu’elle n’entraîne pas les jeunes hommes de ferme au fond de l’écurie pour avaler entièrement leurs gros sexes, cette nymphomane blonde aux formes généreuses corrompt son professeur en prenant fermement son phallus tendu aux creux de ses seins lourds jusqu’à ce qu’il y jouisse.»

Alexandre Hervaud

Newsletters

(Re)lire Proust à l'heure du coronavirus

(Re)lire Proust à l'heure du coronavirus

Il n'y a jamais eu meilleur moment pour lire les 4.000 pages écrites par le plus extraordinaire des auteurs confinés.

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 2

5 recommandations du Slate Podcast Club, épisode 2

Love, grand méchant et marathon, découvrez la sélection hebdomadaire des membres de notre groupe Facebook.

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

Lettre à une jeune cinéaste prometteuse des années 1990

[TRIBUNE] Comme tes films légers se sont transformés en projets ambitieux, ça coince. Tu réalises un téléfilm sur un sujet féminin, sans politique ni métaphysique, c'est ce qu'on attend de toi.

Newsletters