Politique

Manuel Valls, la vidéo qui ne passe pas

Temps de lecture : 2 min

C'est une étonnante polémique à retardement. Voilà une semaine que circule sur Internet une vidéo montrant le socialiste Manuel Valls demander (devant les caméras de Direct 8) à son directeur de cabinet «quelques blancs, quelques whites, quelques blancos» sur un marché dans sa ville d'Evry.

Mais c'est seulement dimanche 14 juin que la séquence est entrée dans le jeu des luttes partisanes du PS. Alors que Manuel Valls se déclarait candidat à des primaires pour 2012 dans Le Journal du Dimanche, Faouzi Lamdaoui, membre du conseil national du PS, estimait qu'il s'agissait d'un «dérapage scandaleux».

Voici la fameuse vidéo.

Manuel Valls, loin d'être décontenancé par la séquence, s'était expliqué sur le plateau de Direct 8: «Evidemment avec les stands qu'il y avait là, [j'avais] le sentiment que la ville, tout à coup, ça n'est que cela, (...) ça n'est que cette brocante, alors que j'ai l'idée au fond d'une diversité, d'un mélange, qui ne peut pas être uniquement le ghetto.»

Des arguments qui ne séduisent pas Faouzi Lamdaoui: «Je rappelle à Manuel Valls, lui-même issu de l’immigration (espagnole, ndlr), que la problématique des ghettos est de nature économique et sociale et n’a donc rien à voir avec la couleur de peau de leurs habitants». Sa «confusion, volontaire ou pas, entre la mixité sociale et l’origine des habitants de la ville ne l'honore pas» et «conforte des thèses chères à l’extrême droite qui prône une hiérarchie absurde entre les "races"».

[Lire l'article sur 20minutes.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Covid-19, la «giletjaunisation» de la crise

Covid-19, la «giletjaunisation» de la crise

Ce 27 mars, le dernier bilan de l'épidémie de Covid-19 en France fait état de 30.000 cas recensés pour près de 1.700 décès. Après presque deux semaines de confinement, le pays commence vraiment à s'inquiéter. Un sondage Ifop indique que...

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Fallait-il une crise pour que l'on ouvre les yeux sur celles et ceux qui «sauvent des vies»?

Beaucoup ne semblent réaliser que maintenant combien notre vie collective repose sur l'addition de tâches qui paraissent mineures, mais sans lesquelles nous serions en danger sanitaire grave.

Quand le pouvoir est juste idiot

Quand le pouvoir est juste idiot

Les réactions politiques à la pandémie de coronavirus le prouvent: dans notre monde globalisé, la santé est loin d'être une priorité.

Newsletters