Culture

Trailer est-il? Midnight Son: vampire, vous avez dit vampire

Alexandre Hervaud, mis à jour le 03.12.2012 à 17 h 27

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Midnight Son - DR

Midnight Son - DR

Rien de plus facile que de passer à côté d'un film.

Attention, on ne parle pas ici de passer à côté d'un film au sens «je l'ai vu, mais j'ai rien compris» ou encore «arf, je voulais le voir mais il n'est plus distribué, j'attendrai la VOD». On parle ici de passer à côté d'un film au sens «ignorer complètement son existence pendant des mois, voire plus».

Matraquage promo oblige, les blockbusters (du moins anglo-saxons, c'est moins le cas pour ceux venus d'Inde ou de Chine) sont difficiles à rater, mais les films plus modestes cantonnés au marché vidéo peuvent végéter dans l'ombre pendant longtemps avant qu'une actu ne daigne leur donner quelque visibilité –qu'il s'agisse d'une diffusion télé, d'une projection en festival, etc.

Dans le cas du Midnight Son qui nous intéresse aujourd'hui, ce film fantastique daté de 2011 est déjà disponible en vidéo outre-Atlantique depuis plusieurs mois, et c'est son imminente sortie en salles en Angleterre qui a attiré notre attention via une brève du site Twitch.

Le film, qui s'est attiré de plutôt élogieuses critiques de la presse spécialisée, raconte comment un agent de sécurité solitaire allergique au soleil réalise peu à peu que seul le sang frais calme la faim qui le tenaille. S'il n'est pas trop con, il devrait assez vite se douter qu'il devient vampire. En tout cas, nous, on l'a deviné.

Ce n'est pas la première fois que le cinéma traite la condition vampirique comme une maladie (on pense aux Prédateurs ou plus récemment, le très beau Morse), mais le film a l'air de plutôt bien gérer son affaire. De toute façon, du moment qu'il ne brille pas au soleil en chialant comme une madeleine, n'importe quel vampire post-Twilight suffira à nous contenter.

Si Scott Leberecht, metteur en scène de ce Midnight Son, signe ici son premier long métrage en tant que réalisateur, il n'a pour autant rien du bleu qui débarque dans le monde du cinéma fantastique: en tant que responsable des effets visuels, Leberecht a déjà oeuvré aux côté de Tim Burton (Sleepy Hollow) et Spike Lee (Inside Man). On préférera toutefois oublier sa participation à l'étron Spawn, l'indigne adaptation du comics culte, tout en notant que paradoxalement, son Midnight Son a plutôt l'air radin en effets spéciaux (hors le faux sang de rigueur), ce qui n'est sans doute pas un mal.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte