Rio-Paris: la thèse de la dislocation en vol

Slate.fr, mis à jour le 15.06.2009 à 10 h 19

Hypothèses suite... Alors qu'Airbus et Air France démentaient fermement la thèse d'une dislocation en vol de l'appareil, les premiers éléments d'autopsie pourraient la remettre sur le devant de la scène. Selon le quotidien «Estadao de São Paulo», repris par Le Parisien, les premiers examens des corps des victimes de la catastrophe du vol AF447 feraient pencher les enquêteurs vers la thèse d'une dislocation en vol de l'appareil. «Aucun des corps examinés ne porte de traces de brûlures, ce qui contredit l'hypothèse d'un incendie ou d'une explosion». La piste de l'attentat devrait elle aussi être abandonnée. Interrogé par le Parisien, le professeur Didier Gosset, président de la Société française de médecine légale, estime que le fait que les cadavres aient été retrouvés d'un seul tenant «écarte la probabilité d'une explosion».
«En cas de déflagration, les corps sont rarement entiers », précise ce spécialiste. Selon les enquêteurs cités par le quotidien brésilien, les victimes repêchés ne seraient pas noyés - il n'y aurait pas d'eau dans leurs poumons: leur décès serait intervenu dans les airs ou au moment de percuter la surface de l'eau. Ce qui expliquerait les nombreuses «fractures multiples, notamment de la hanche ou des jambes».

Dans l'ère du transport aérien moderne, rappelle Le Parisien, ce scénario serait une première. Reste à en connaître l'origine: revient à nouveau la thèse de sondes Pitot défectueuses qui auraient pu amener le pilote à accélérer au-delà du «domaine de vol» de l'avion alors qu'il traversait une zone de fortes turbulences. Selon le Monde qui cite le Folha de San Paulo, «parmi les 24 messages automatiques de maintenance (messages ACARS) émis par le vol AF447, un ferait état d'une avarie "CTL RUD TRV LIM" signalant l'arrêt du système contrôlant la gouverne. Ceci pourrait avoir causé l'accident».

Quant aux images qui sont rendues publiques, tout indique, disent les spécialistes cités par la presse, que les passagers et les membres d'équipage ont été pris de surprise et que la tragédie s'est déroulée si vite que l'équipage n'a pas eu le temps de réagir.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte