Culture

Trailer est-il? Une Histoire d'Amour, Poelvoorde aime se faire mal

Temps de lecture : 2 min

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Une Histoire d'amour - Fabrizio Maltese / Wild Bunch Distribution
Une Histoire d'amour - Fabrizio Maltese / Wild Bunch Distribution

Assez rares sont les productions françaises mises en avant dans la présente rubrique, faisons donc preuve de patriotisme filmique, pour changer.

Une histoire d'amour (le titre est à contre-emploi, n'ayez crainte) est la première réalisation de l'actrice Hélène Fillières, qui en signe également le scénario tiré du roman Sévère, de Régis Jauffret.

L'ouvrage était une fiction tiré d'un fait divers trash: l'assassinat du banquier français Edouard Stern à Genève, shooté à bout portant par sa maîtresse avec qui il passait des moments conviviaux à base de cravache et autres menottes.

Avec en têtes d'affiche le duo Benoît Poelvoorde et Laetitia Casta, Une Histoire d'Amour se présente via le synopsis suivant:

«Elle l’a rencontré un soir de printemps, elle est devenue sa maîtresse. Il lui a offert un revolver, elle une combinaison en latex. Imprudent, il lui a proposé un million de dollars. Insatiable, elle est venue lui rappeler ses promesses...»

Si le film reste fidèle au bouquin, on devine aisément que le personnage de Poelvoorde (baptisé tout simplement Le Banquier) ne devrait pas terminer le film dans une forme olympique.

Ce n'est pas la première fois que ce fait divers survenu en 2005 titille le cinéma: en 2007, Boarding Gate de Olivier Assayas, avec Asia Argento et Michael Madsen, s'en était déjà largement inspiré.

En ce qui concerne cette Histoire d'Amour (dont la sortie est prévue pour le 9 janvier prochain), on retrouvera à côté du duo principal ce bon vieux Richard Bohringer (sans famille, a priori) et l'hallucinant Reda Kateb découvert dans Un Prophète. Enfin, pour qui n'aurait pas reconnu son pourtant typique non-chant, c'est bien Etienne Daho (avec le titre L'Adorer) qui rythme la bande-annonce du film, et qui assurera également le reste de la bande son du film.

Rassurant en tout cas de voir que Poelvoorde continue, après le sympathique et grolandais Le Grand Soir, de privilégier les films originaux à budgets modestes plutôt que les grosses bouses friquées qu'il enchaînait dans les années 2000, aussi déprimantes pour lui que pour ses fans.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Vingt ans après, les films de 1999 impressionnent toujours

Vingt ans après, les films de 1999 impressionnent toujours

«Matrix», «Fight Club», «Eyes Wide Shut» et «Sixième Sens» ont 20 ans. Fleurons d’une exceptionnelle année, ces films américains exprimaient brillamment les angoisses de la fin de siècle.

Ces personnages de l’histoire de France qui ne parlaient pas français

Ces personnages de l’histoire de France qui ne parlaient pas français

Même les cinéastes, qui soignent tant les costumes, semblent s'en désintéresser. Pourtant, la langue parlée par quelques grands acteurs de l'histoire a laissé des traces profondes.

Newsletters