Culture

Trailer est-il? Hellgate, l'enfer thaï

Temps de lecture : 2 min

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Cary Elwes dans Hellgate - IFC Films
Cary Elwes dans Hellgate - IFC Films

Difficile de suivre l'actualité d'un film quand, en plus d'avoir été tourné à l'autre bout du monde, son distributeur décide de changer son titre à la (plus ou moins) dernière minute. Il en est ainsi du film Shadows (tel que l'appelle encore sa fiche IMDb à l'heure où ses lignes sont écrites), sorti directement en VOD et dans quelques salles outre-Atlantique le week-end dernier sous le titre Hellgate. Pour la peine, on vous colle son poster initial.

Tourné en Thaïlande, le film permet de retrouver deux têtes connues, celles de William Hurt et Cary Elwes: le premier a joué aux seconds rôles pour à peu près tout le monde (Spielberg, Cronenberg), le second a connu son heure de gloire dans les années 1980 avec Princess Bride avant de revenir sur le devant de la scène grâce au premier Saw.

Hellgate raconte les mésaventures d'un père de famille américain (incarné par Elwes) qui perd femme et enfant dans un accident de voiture à Bangkok. Après une période de coma, il se réveille avec de sales effets secondaires, genre la possibilité de naviguer dans un monde entre la vie et la mort «où règnent les ténèbres», ce genre de saloperies fantomatiques habituelles, donc.

La fin du film, visiblement située dans la jungle avec son lot d'apparitions cauchemardesques, évoque (de loin) le plutôt beau Vinyan de Fabrice du Welz, sorti en 2008 avec Emmanuelle Béart.

On sera sans doute plus proche de la série B que du trip psychédélique car Hellgate est le deuxième long métrage de John Penney, collaborateur régulier du fou Brian Yuzna dont il a écrit le cool Retour des Morts-Vivants 3 et l'atroce Amphibious 3D. Détail amusant: le premier film de ce cher Penney peut se targuer d'avoir le titre le plus pourri du monde : Zyzzyx Rd. Sans déconner.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

La honte, j'ai passé tout mon week-end à regarder «Breaking Bad»

La honte, j'ai passé tout mon week-end à regarder «Breaking Bad»

[BLOG You Will Never Hate Alone] Pendant quarante-huit heures, j'ai renoncé à être un homme pour devenir une vermine de spectateur jamais assez rassasié.

«Haut perchés», «Reza» et «Le Déserteur», trois bonnes surprises

«Haut perchés», «Reza» et «Le Déserteur», trois bonnes surprises

Parfaitement dissemblables, ces films français, iranien et nord-américain surgissent en même temps sur les écrans, et témoignent ensemble de l'inventivité du cinéma, un peu partout dans le monde.

Jeunes et fulgurants, cinq immanquables de la rentrée littéraire 2019

Jeunes et fulgurants, cinq immanquables de la rentrée littéraire 2019

Ces quatre autrices et cet auteur méritent de ne pas rester dans l'ombre à laquelle une grande partie des 524 livres à venir semble condamnée.

Newsletters