Culture

Pourquoi les Anglais chantent-ils comme des Américains?

Slate.com, mis à jour le 23.11.2012 à 12 h 31

A cause des Beatles.

«The Beatles: Rock Band», tiré de la présentation du jeu à l'E3 2009. REUTERS/Fred Prouser

«The Beatles: Rock Band», tiré de la présentation du jeu à l'E3 2009. REUTERS/Fred Prouser

Dans le dernier James Bond, Skyfall, la chanteuse anglaise Adele s'est chargée du thème principal. Adele a beau parler avec un fort accent londonien, quand elle chante, son intonation semble davantage américaine que britannique. Pourquoi les interprètes anglais chantent-ils si souvent comme des Américains?

Parce que c'est ce que tout le monde attend des artistes pop et rock. Les chanteurs pop britanniques imitent la prononciation américaine depuis les premiers enregistrements de Cliff Richard, des Beatles et des Rolling Stones, dans les années 1960. Ces musiciens étaient fortement influencés par l'anglais vernaculaire des chanteurs afro-américains de blues et de rock 'n' roll, comme Chuck Berry, mais leur simili amerloque reprenait les tournures de plusieurs dialectes.

Pour imiter l'accent américain, il faut en adopter à la fois les sons vocaliques et la rhoticité: le fait de prononcer les r dès qu'ils apparaissent dans un mot. (A l'inverse, la non-rhoticité consiste à avaler les r à la fin des syllabes, comme dans la plupart des dialectes anglais). Parfois, quand des britanniques essayent de chanter à l'américaine, ils en font trop avec les r, à l'instar de Paul McCartney dans sa reprise de Till There Was You, prononçant saw quasiment comme sawr.

Le linguiste Peter Trudgill s'est penché sur la rhoticité dans le rock britannique et a trouvé que la prononciation des r chez les Beatles avait décliné au cours des années 1960, créant un son transatlantique incorporant à la fois des tournures américaines et anglaises. La logique s'est inversée avec l'apparition de nouveaux genres musicaux: des chanteurs américains pop-punk comme Billie Joe Armstrong, de Green Day, chantaient avec un accent britannique, pour reprendre les intonations  d'artistes cultes comme Joe Strummer, des Clash.

Aujourd'hui, les chanteurs continuent à adopter différents accents selon leur genre musical; Keith Urban, qui est Australien, chante de la country avec un accent typique du sud des Etats-Unis. Une récente étude montre que, par défaut, les chanteurs néo-zélandais utilisent les sons vocaliques américains, même s'ils n'essayent pas de les copier, et ce sans doute parce qu'ils ont grandi en écoutant des chanteurs pop américains (et leurs imitateurs).

Et quand bien même les chanteurs n'essayent pas de d'imiter les tournures d'un genre musical précis, les accents régionaux ont tendance à s'aplanir en chantant. La mélodie prend le pas sur l'intonation, la durée des notes sur la longueur des phonèmes, et le rythme de la chanson sur les cadences vocales. D'où l'importance des sons vocaliques et de la rhoticité dans la transposition musicale d'un accent. 

L.V. Anderson

Traduit par Peggy Sastre

L'Explication remercie Ben Trawick-Smith de Dialect Blog et Ben Zimmer de Visual Thesaurus, Vocabulary.com et du Boston Globe.

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité ? Envoyez un mail à explication @ slate.fr.

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte