France

Mariage pour tous: la «liberté de conscience» crée une discrimination de plus

Didier Lestrade, mis à jour le 21.11.2012 à 11 h 11

La proposition de François Hollande en faveur des maires qui ne voudraient pas célébrer le mariage de couples LGBT ajouterait une nouvelle preuve d'inégalité à une loi qui établit l'égalité.

Manifestation en faveur du mariage pour tous à Denver dans le Colorado, en mai 2012. REUTERS/Rick Wilking

Manifestation en faveur du mariage pour tous à Denver dans le Colorado, en mai 2012. REUTERS/Rick Wilking

François Hollande ne pouvait pas mieux faire pour se mettre les réseaux sociaux LGBT sur le dos. En apprenant la possibilité d'une «liberté de conscience» accordée aux maires dans l'application de la loi sur le mariage pour tous, certaines timelines Twitter et FB ont fait dans la combustion instantanée. Il faut dire que puis l'action des Femen ce week-end,  le mouvement en faveur du mariage et de la PMA vient de recevoir un électrochoc.

Tout à coup, depuis 48 heures, vous recevez des dizaines et des dizaines d'invitations Facebook à manifester le 16 décembre prochain, le grand rassemblement #mariagepourtous qui répondra à ceux de ce week-end. Sur Internet, toutes celles et ceux qui restaient dans la réserve ou le désintérêt se manifestent. En deux jours, le mouvement vient de créer un vrai front uni.

En fait, il aura fallu que les Femen se fassent agresser lors de la manif Civitas pour que la communauté se sente obligée de répondre d'une manière énergique. Mais lors de son discours en direction des maires de France, sa reconnaissance à une «liberté de conscience» a mis le feu aux poudres.

Tribunes, enquêtes, analyses sur le mariage pour tous: un dossier pour en parler

C'était peut être le pas en arrière de trop. La loi est la même pour tous. Les plaisanteries fusent pour décliner l'incohérence d'une loi qui ne s'appliquerait pas à tous. On en est déjà à la millième variante sur le ton du «Et je si je voulais pas payer mes impôts par liberté de conscience?» et le terminal «Moi j'aime bien faire du 180 à l'heure sur l'autoroute par liberté de conscience», etc., etc. C'est sans limite. Beaucoup y voient le manque d'entrain de ce Président qui «n'y croit pas».

D'autres y voient déjà, 6 mois après son élection, le faux-pas définitif. Les hésitations, ça allait encore, les pas en arrière, non. On pensait déjà que Hollande laissait traîner cette loi pour ménager la droite au dépens des personnes LGBT qui se font insulter à longueur de médias et de manifs. On réalise aujourd'hui que le Président se prend les pieds dans sa propre réforme en tergiversant ad nauseam sur tous les aspects de sa propre réforme.

Hollande souffre visiblement de connaissance sur le monde LGBT et mériterait de meilleurs conseillers que ceux qui ont été choisis pour faire office de courroie entre le gouvernement et la base LGBT. Ne sait-il donc pas ce qui se passe aux Etats-Unis avec les couples LGBT qui font des procès pour obtenir leurs droits? Car il y aura, en effet, en France, des couples LGBT qui mèneront des actions en justice contre leurs mairies si ces dernières refusent de les marier correctement. Ils n'ont pas à être marié par le dernier des adjoints au maire. Ils en feront une question de principe.

Imaginons la vie dans quelques mois, après une telle loi votée, avec des dizaines de couples qui déposent des plaintes pour êtres mariés dans la ville de leur choix! Cette inégalité va pourrir la vie des administrations et des mariés LGBT. Au lieu d'être un moment de réjouissance et d'engagement, ce sera ENCORE un moment de confrontation! Si le Président n'aime pas les sujets de sociétés clivants, il sera servi. Le mariage gay sera un boulet pour lui et son gouvernement. Comme un aéroport gay, si vous voyez ce que je veux dire.

Pas la peine d'entrer ici dans des considérations surréalistes. L'objet de conscience du maire s'adressera-t-il sur d'autres sujets? Faudra-t-il entrer dans la Mairie par la porte de derrière? Pas le droit de jeter du riz après la cérémonie? C'est ridicule. On ne demande pas au Président de proposer à la France un autre sujet de philo au Bac, sur la liberté de conscience, on lui demande d'appliquer sa promesse pré-électorale. La proposition 31 doit être votée, avec rapidité, volonté et enthousiasme.

C'est une révolution moderne, stupid. C'est un moment de fête. Un droit que nous attendons depuis des années. Qui est accordé depuis des années dans de nombreux pays où ça se passe bien. Il faut arrêter de faire de cette loi une question qui devient un fourre-tout d'injures. Si nous sommes égaux, nous sommes mariés par les maires comme les hétéros. On ne va pas se laisser entendre un truc du genre «Non vous comprenez, le maire ne peut pas effectuer votre union parce que vous êtes... vous comprenez... des homosexuels... Il est contre».

Vous imaginez l'incohérence? Sur une loi qui établit l'égalité, on inventerait une nouvelle preuve d'inégalité. Ça c'est la France!

Didier Lestrade

Tribunes, enquêtes, analyses sur le mariage pour tous: un dossier pour en parler

Didier Lestrade
Didier Lestrade (71 articles)
Journaliste et écrivain
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte