Culture

Britney à Beaubourg

Temps de lecture : 2 min

La bibliothèque de Beaubourg consacre sa soirée du samedi 13 juin à Britney Spears. Pour le lancement de la revue Poli – politique de l’image, qui «analyse dans une perspective transdisciplinaire la création contemporaine, et plus précisément les cultures visuelles et interactives», la chanteuse est à l'honneur.

La soirée mêle à partir de 18h des concerts qui revisitent le répertoire de la chanteuse et une conférence de Laurence Allard, qui enseigne les sciences de la communications à Lille III. Le premier numéro de Poli, qui sortira le 12 septembre, consacre un dossier à Britney Spears. «Les différentes contributions qu’il contient abordent les conditions de production et de réception des icônes pop au regard du web 2.0. Sociologie, économie et politique se croisent pour mieux comprendre les enjeux des technologies de communication pour la culture de masse aujourd'hui.»

Laurence Allard, envisage un «troisième âge de la culture» où les «industries créatives» remplacent les «industries culturelles». François Debruyne examine quant à lui le «fantasme marketing de la réification» à travers la figure de Britney. Qui aurait cru que la blonde icône de la pop suciterait de tels débats?

Lire l'article complet sur Nonfiction.fr

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Ouvertement féministe, engagée malgré elle, Anne Sylvestre a écrit des centaines de chansons plus poétiques, militantes et drôles les unes que les autres. Un répertoire trop complexe pour un public assoiffé de simplisme?

«Petite Fille», l'enfant, les mots et les regards

«Petite Fille», l'enfant, les mots et les regards

Diffusé sur Arte, le nouveau film de Sébastien Lifshitz accompagne pas à pas le combat d'une fillette née dans le corps d'un garçon et de sa mère, pour construire un espace vivable, et même heureux.

Netflix: pourquoi c'était mieux avant

Netflix: pourquoi c'était mieux avant

Tou-doum! Netflix, c'est 195 millions d'abonné·es à travers le monde, un algorithme redoutable, une interface addictive et des séries originales incontournables… ...

Newsletters