Partager cet article

L'armée israélienne annonce un raid sur Gaza via Twitter, et live-blogue toute l'opération

Capture d'écran du Twitter de l'armée israélienne.

Capture d'écran du Twitter de l'armée israélienne.

Pour la première fois, ce n'est pas en conférence de presse mais via les réseaux sociaux qu'une opération militaire a été rendue publique.

Des guerres se déclarent sur Twitter aujourd'hui. Je ne parle pas de guerres des mots, mais de vraies guerres, avec de vraies bombes et de vraies cibles, IRL.

Ce mercredi matin, à 9h29 (heure de l'Est des Etats-Unis, 15h29 heure française), Tsahal a annoncé sur Twitter qu'elle allait attaquer dans la journée des cibles du Hamas, dans le cadre d'une mission visant à «protéger les civils israéliens et à paralyser les infrastructures terroristes dans la bande de Gaza». Voici le premier tweet annonçant l'opération: 

Les Forces de Défense Israéliennes viennent de mener un assaut d'envergure contre des sites et des autorités terroristes dans la bande de Gaza, en ciblant en particulier le Hamas et le Jihad islamique. 

Comme le fait remarquer Fast Company, c'est la première fois qu'une opération militaire est annoncée via Twitter, et pas dans une conférence de presse.

Le tweet de Tsahal n'avait rien d'une menace en l'air. Quelques minutes plus tard, le porte-parole de l'armée israélienne tweetait pour annoncer le succès d'une attaque, ciblant le «chef de la branche armée du Hamas», Ahmed al-Jabari, quand Tsahal continuait à live-bloguer tout le raid.

Comme si ce niveau de transparence ne suffisait pas pour sidérer son monde, l'armée israélienne a aussi tweeté la vidéo de cette attaque, moins de trois heures après les faits, accompagnée du hashtag #PillarOfDefense. «Pilier de la défense» étant le nom donné par Tsahal à son opération, selon  Reuters. [Depuis, YouTube a supprimé la vidéo «car son contenu ne respecte pas les conditions d'utilisation de YouTube», NDLE]

Les images ont été prises par une caméra vraisemblablement fixée sur un appareil aérien. Difficile à dire s'il s'agit de l'avion qui a largué la bombe sur Ahmed Al-Jabari, ou juste d'un appareil qui surveillait l'opération.

Pouvez-vous imaginer l'armée américaine publiant les images d'un assaut contre un ennemi quelques heures après les faits?

En dehors des tweets et des communiqués de presse, Tsahal a placé la barre très très haut avec une telle super-transparence. Si j'admets que l'intégration subtile de Twitter et des réseaux sociaux dans la machine de propagande de Tsahal me met un peu mal à l'aise, je ne peux pas nier les mérites de la manœuvre. Avec cette vidéo, l'armée israélienne montre qu'elle a fait tout son possible pour minimiser les dommages collatéraux –et empêche au Hamas de démentir la mort d'Ahmed Al-Jabari.

Hormis le raid sur Ahmed Al-Jabari, l'armée israélienne a aussi tweeté qu'elle avait «sérieusement endommagé les missiles à longue portée (40km/25 miles) du Hamas et d'autres infrastructures souterraines». Reuters a corroboré cet assaut par des témoignages oculaires, en indiquant la mort de sept personnes –deux d'entre elles ayant été décrites comme des «petites filles».

L'innovation que représente ce type de transparence militaire totale est extrême, et semble jusqu'ici relever d'une opération de communication réussie pour Tsahal. L'avenir dira si d'autres nations adopteront une approche comparable lors de conflits armés.

Et on n'a certainement pas fini d'entendre parler de cet autre tweet de Tsahal:

Ahmed Jabari: éliminé

Fruzsina Eördögh
Journaliste spécialisée dans la culture numérique et la technologie
 

Traduit par Peggy Sastre

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte