Life

NGC 2623 vue par Hubble: une image extraordinaire de deux galaxies en collision

Phil Plait, mis à jour le 14.11.2012 à 11 h 37

Cet évènement spectaculaire qui a lieu à des dizaines de millions d'années-lumière de la Terre nous en apprend un peu plus sur le destin de notre propre galaxie.

 NGC 2623, NASA/ESA/Hubble/Martin Pugh

NGC 2623, NASA/ESA/Hubble/Martin Pugh

L'univers est un endroit extraordinaire, quand on sait où regarder.

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez regarder plus ou moins n’importe où et être épaté par ce que vous verrez. Encore mieux, certaines des choses sur lesquelles vous tomberez vous donneront la chair de poule et réduiront à néant votre sens de la taille et des échelles.

La preuve, voici une image d’une collision de trains cosmique, qui répond au doux nom de NGC 2623, prise par le télescope spatial Hubble. Cette gigantesque collision de galaxies mesure plus de 100.000 années-lumière. Ça fait beaucoup, pas vrai? (Cliquez sur l’image pour l’agrandir, un peu).

NGC 2623, NASA/ESA/Hubble/Martin Pugh

NGC 2623 se situe à environ 250 millions d’années-lumière d’ici, une distance difficile à visualiser, mais l’œil de Hubble est perçant et nous ramène des détails fantastiques. Cette image est en fait composée de plusieurs observations différentes de l’observatoire en orbite, assemblées avec amour par l’astronome amateur Martin Pugh dans le cadre de la Hubble Legacy Archive.

 Il y a tellement à voir ici! Ce que vous regardez n’est pas vraiment une galaxie, mais pas vraiment deux galaxies non plus. Cela fut deux galaxies pleinement mûres et plutôt grandes, mais nous les avons attrapées en flagrant délit de collision.

Une galaxie est habituellement composée de milliards d’étoiles, et beaucoup sont également ornées d’énormes nuages de gaz et de poussière. Notre bonne vieille Voie lactée est une galaxie spirale familière, et les deux galaxies originelles qui composent NGC 2623 étaient probablement de la même forme au début.

La Voie lactée, NASA JPL

Le hasard les a fait voyager sur des trajectoires qui les ont fait passer très près l’une de l’autre... trop près même. La gravité de l’une a commencé à tirailler l’autre, la force d’attraction grandissant inexorablement alors que les deux se rapprochaient.

Les orbites se sont déformées, les formes ont changé, et le résultat final est la création de ces deux longs serpentins de matière de plus de 50.000 années-lumière de long chacun appelés «queues de marées», tirés de chaque galaxie par la gravité de l’autre. Ces queues s’enroulent un peu parce que la collision a été un coup oblique: les galaxies ne se sont pas télescopées de manière frontale, mais sont passées très près et se sont enroulées lentement l’une autour de l’autre comme deux amoureux qui s’enlacent.

Le bleu des étoiles

Mais il ne s’agit pas vraiment d’une interaction tendre. D’énormes nuages de gaz sont entrés en collision, se rentrant dedans à forte vitesse et se compressant mutuellement. Les nuages en effondrement ont formé des étoiles, représentées par le bleu qui entoure les queues.

Les jeunes étoiles massives sont chaudes et de couleur bleue. Elles ne vivent pas très longtemps, juste quelques millions d’années, ce qui nous apprend que la collision a eu lieu dans un passé pas très lointain.

En fait, en utilisant diverses techniques pour dater les étoiles de la collision, on peut estimer que la catastrophe s’est produite il y a moins de 100 millions d’années. Soit assez récemment, si votre calendrier est à l’heure galactique.

Le cœur de la collision est un désordre total. D’énormes arcs de gaz privé de gravité s’enlacent autour de lui, et il est constellé du bleu qui trahit de furieuses formations d’étoiles.

Zoom sur le coeur de NGC 2623, NASA/ESA/Hubble/Martin Pugh

Les régions rouges et plus sombres sont dues à la poussière, des molécules complexes qui absorbent très bien la lumière cachant la vue de ce qu’il se passe derrière elles. La poussière est créée par les étoiles, quand celles-ci se forment et quand elles meurent.

Chose incroyable, même avec toute cette violence, il y a très peu de chances pour que deux étoiles soient physiquement entrées en collision! L’échelle est immense, et les étoiles sont séparées par des milliers de milliards de kilomètres.

A cette échelle, les étoiles sont des petites taches, si petites que les chances que deux d’entre elles se télescopent sont proches de zéro. Les nuages de gaz sont des millions de fois plus grands, ce qui explique pourquoi ils entrent en collision pour former des étoiles.

C’est le chaos sur une échelle épique. Mais tout cela se calmera un jour. Dans quelques millions d’années, les deux galaxies fusionneront enfin, ne devenant qu’une galaxie plus grande, sans doute une galaxie elliptique de la forme d’une grosse boule de coton bouffie.

Notre destin (à très long terme)

D’une certaine manière, ça sera dommage. Toute la théâtralité et la beauté de ce vaste évènement ne seront plus que des souvenirs. Mais telle est la vie dans notre univers.

Ah, et encore une chose. Bien sûr, cette galaxie est très lointaine. Mais ne soyez pas trop suffisants: dans quatre milliards d’années, notre destin sera le même. La Voie lactée entrera en collision avec la galaxie d’Andromède (les deux galaxies foncent l’une vers l’autre à une vitesse de plusieurs centaines de kilomètres par seconde).

Et quand nous entrerons en collision, nous ressembleront beaucoup à NGC 2623. Si cela peut vous réconforter, une civilisation extraterrestre se trouvant à des millions d’années lumières nous observera peut-être bouche bée, absorbée pas la beauté de nos deux galaxies ne devenant qu’une.

Bon, d’accord, ça ne me réconforte pas vraiment non plus. Mais l’existence même de ces collisions est fascinante. Quand nous les observons, nous en apprenons beaucoup sur le comportement des galaxies, et le destin de la nôtre. Et nous admirons l’une des œuvres d’art astronomiques les plus splendides de l’Univers.

Phil Plait

Traduit par Grégoire Fleurot

Phil Plait
Phil Plait (71 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte