Life

Wii U de Nintendo: un pas en arrière après la révolution de la Wii?

Chris Kirk, mis à jour le 18.07.2015 à 15 h 21

Nintendo a révolutionné le jeu vidéo avec la Wii, destinée à tous et pas seulement aux gamers qui a rencontré un énorme succès commercial. Mais la manette de sa nouvelle console ne semble pas franchement adaptée à un public familial.

Le GamePad de la Wii U lors du salon E3 à Los Angeles le 5 juin 2012, REUTERS/Phil McCarten

Le GamePad de la Wii U lors du salon E3 à Los Angeles le 5 juin 2012, REUTERS/Phil McCarten

Imaginez qu’Apple sorte un nouvel iPhone non tous les ans mais tous les six ans. La conférence de presse d’Apple provoquerait des réactions dignes des Oscars. Les gens ne se contenteraient pas de se plaindre de l’épouvantable nouvelle application de cartes. Ils provoqueraient des émeutes. En un mot, tout cela serait incroyablement excitant.

Et bien voilà ce que ça fait d’être un joueur de jeux vidéo.

Les joueurs attendent en moyenne six ans entre chaque console et le 18 novembre (le 30 en France), ils vont pouvoir mettre la main sur une nouvelle console: Nintendo va, en effet, sortir la Wii U. Mais la différence, cette fois, c’est que la masse affamée qui compose la tribu Nintendo est faite de jeunes et de vieux, de filles et de garçons, et d’extravertis comme de no-life.

Le jeu vidéo n’est pas seulement devenu un phénomène plus grand, il s’est diversifié tant dans ses joueurs, que dans ses formes et ses fonctions. Et cela est dû, pour une large part, au virage à 180° effectué par Nintendo.

L'âge d'or

La marque Nintendo évoque immédiatement toute une flopée de personnages de jeu aussi connus qu’appréciés: Mario, la Princesse Peach, Donkey Kong. Des noms qui évoquent, pour des hommes d’un certain âge, des pièces à ramasser, des boules de feu et des tonneaux brisés. Mais en 2006, la compagnie autrefois synonyme de jeux vidéo était en voie de ringardisation.

Après l’introduction du Nintendo Entertainment System aux Etats-Unis en 1985, Nintendo avait dominé, durant les dix années suivantes, le marché des consoles de jeux vidéo. D’autres consoles étaient apparues et avaient disparu, mais rares étaient celles qui atteignaient le niveau de popularité de Nintendo.

Mais en 1994, Nintendo a trouvé à qui parler avec l’arrivée de la Playstation de Sony. La Nintendo 64, sortie deux ans plus tard, n’allait jamais atteindre les chiffres de vente de la Playstation. Malgré cela, les jeux très populaires de Nintendo continuaient de booster les ventes et la console s’est bien vendue aux Etats-Unis. Face à la concurrence, Nintendo tenait bon.

Mais Sony et le géant Microsoft, qui lorgnaient depuis longtemps sur ce marché, boxaient dans une catégorie bien différente. Ils disposaient de plus de ressources que le petit Nintendo n’aurait jamais pu en rêver. Ils pouvaient tirer des enseignements et des ressources de leurs autres domaines d’activité pour produire des consoles très avancées sur le plan technologique.

L'arrivée de Sony et Microsoft

La Playstation 2 (PS2) de Sony, sortie en 2000 et la Xbox de Microsoft, sortie en 2001, étaient pourvues d’un gros processeur, avec des graphismes à couper le souffle, un design soigné et une mémoire intégrée. Bien que plus chères, ces deux consoles pouvaient également servir de lecteur de DVD. On pouvait également jouer en ligne avec. Microsoft avait dépensé un milliard de dollars pour créer Xbox live, un service en ligne permettant le jeu multi-joueurs et proposant du contenu digital.

En 2001, Nintendo contre-attaqua avec la GameCube, une chouette petite console d’apparence cubique et de couleur pourpre. Elle utilisait des mini-DVD, ne permettait pas le jeu en ligne. A côté d’une Xbox, elle ressemblait à une boite à gâteaux. Halo, un jeu exclusif sur Xbox, se vendit deux fois plus que le first-person shooter (FPS) de Nintendo, Metroid Prime.

La Xbox et la Playstation 2 disposaient également de jeux et de séries très populaires et qui n’étaient pas disponibles sur la GameCube, comme Final Fantasy, Gran Turismo et Grand Theft Auto. Le jeu le plus populaire sur GameCube, Super Smash Bros. Melee s’est vendu à 7 millions d’exemplaires. Le jeu qui s'est le mieux vendu sur Playstation 2 a atteint 17 millions d’exemplaires.

En 2006, Nintendo était le dernier de la classe.  Bien qu’ayant vendu 22 millions de GameCubes, il était devancé par Microsoft et ses 25 millions de Xbox et surtout Sony avec ses 150 millions de PS2. Surtout, Nintendo avait vendu environ un tiers de moins de sa GameCube que de sa Nintendo 64.

Les parts de marché de Nintendo risquaient fort de s’amenuiser avec les consoles suivantes. Microsoft et Sony semblaient en mesure de faire à Nintendo ce que Nintendo avait fait à Sega, qui diffusait à une époque son personnage emblématique, le hérisson Sonic, sur ses propres consoles avant que Sony et Nintendo ne le poussent en dehors du marché des consoles et ne le contraignent à ne plus être qu’un fabricant de jeux.

La révolution Wii

Au lieu de cela, comme une compagnie intelligente qui a pris conscience qu’elle n’est pas de taille à faire face à ses concurrents, Nintendo a décidé de changer les règles du jeu. Nintendo a créé la Wii. La console avait des graphismes et un processeur moins évolués que ses rivales, mais elle les a balayées en chiffres de ventes et a relancé tant la popularité que les profits de la compagnie. 

Reggie Fils-Aime, responsable de la division Amérique du Nord de Nintendo avait expliqué la stratégie de Nintendo lors d’une conférence en 2006:

«Elle n’est pas réservée à une petite catégorie de personnes, elle s’adresse à tout le monde.»

Ces mots simples énonçaient la stratégie de Nintendo, dont la firme n’a pas dévié depuis: aller chercher tout le monde. Les gamins. Les ados. Les parents. Les grands-parents. Les garçons. Les filles. Les jeux Nintendo ne sont pas des jeux qui s’adressent à des ados reclus et boutonneux ou à de jeunes adultes désœuvrés. Les jeux de Nintendo s’adressent à tout le monde.

«Possibilités infinies»

Cette vision avait été celle de Microsoft dans le passé. «Le potentiel de la Xbox ne se trouve pas dans ses jeux de combat ou de course les plus populaires, disait ainsi Bill Gates avant la sortie de la première Xbox. Son potentiel, c’est que ses possibilités sont infinies. Nous sortirons des jeux que les femmes aiment, et d’autres à l’attention des plus âgés.» Mais ni la Xbox ni ses jeux ne pouvaient parvenir à provoquer cette révolution, un fait qui apparaissait évident avant même leur arrivée dans les magasins.

La Wii, qui avait reçu comme nom de code «The Revolution», avait le potentiel de le faire. Vendue 249 dollars aux Etats-Unis, elle était moins chère que la Xbox 360 et que la Playstation 3, vendues à 299 dollars et 499 dollars respectivement. Les jeux qui accompagnaient le lancement s’adressaient à toute une variété de publics et puis Wii Sports est arrivé, le parangon du jeu décontracté et une véritable démonstration de force des capacités de la Wii.

Toute personne sachant jouer au tennis, au golf, au basketball ou au bowling pouvait apprendre à jouer à Wii Sports. On ne pouvait pas dire la même chose de la plupart des titres de lancement de la Xbox 360, comme Call of Duty 2, Perfect Dark Zero et Quake 4.

L’apparence même de la Wii, compacte, immaculée, blanche, à la Apple, lui donnait un air accessible, ludique et futuriste sans ressembler à un jouet ni à une machine au rabais. Et que dire de la Wiimote, si ce n’est qu’elle était encore supérieure à tout cela?

Wiimote

Pour les vétérans des jeux vidéo, la Wiimote était déjà cool avant même que Nintendo ne la sorte. Un jeu mu par des capteurs de mouvement ouvrait de nouveaux horizons en termes d’interactivité et de jouabilité, rendant de surcroît la pratique des jeux plus intuitive et naturelle. Pour jouer de l’épée, il faut virevolter. Pour piloter une voiture, il faut tourner un volant. Pour tirer, il faut pointer sa cible et appuyer sur une queue de détente.

La Wiimote semble futuriste alors qu’elle est nostalgique. Mettez donc la Wiimote à plat et elle ressemble à une manette classique de chez Nintendo. Si vous ajoutez à cela le magasin en ligne de Nintendo, sur lequel il est possible de télécharger de vieux jeux Nintendo et d’y jouer sur votre Wii, il vous est possible de replonger en enfance, à l’époque des bons vieux jeux d’arcade où l’on détruisait des vaisseaux spatiaux. Et si vous n’étiez pas né, rien de grave; rien ne vous empêche d’être rétro.

Cette manette permet à des millions de non-initiés aux jeux vidéo de pouvoir s’y adonner. Pouvez-vous seulement imaginer votre mère en train d’appuyer sur plusieurs boutons d’une manette de Xbox pour descendre des ennemis dans Halo? Moi, je ne vois pas ma mère faire ça. Mais je peux parfaitement imaginer ma mère agiter une Wiimote dans une partie de Wii Tennis –et d’ailleurs, je l’ai vue faire.

Cette stratégie a fonctionné. Après des mois de buzz, Nintendo a lancé sa révolution sur le marché. Les critiques ont loué le choix qu’avait fait Nintendo d’avoir privilégié la jouabilité aux dépens du graphisme et affirmaient même que Nintendo venait de réintroduire une part de merveilleux enfantin dans le jeu vidéo.

Un énorme succès

Les articles abondaient, dans les journaux, évoquant des services de gériatrie qui jouaient à des jeux Nintendo et à des docteurs les utilisant à des fins thérapeutiques. Et, bien sûr, des millions de personnes se sont mise à en acheter. A ce jour, la Wii s’est vendue à 97 millions d’exemplaires dans le monde, contre 67 millions de Xbox 360 et 64 millions de Playstation 3.

Si ses concurrents doivent batailler ferme pour vendre quelques millions d’exemplaires de chacun de leurs jeux, Nintendo en vend, sans problème, des dizaines de millions. Wii Sports Resort s’est vendu à 30 millions d’exemplaires. Wii Play s’est vendu à 28 millions d’exemplaires. Wii Fit s’est vendu à 20 millions d’exemplaires.

Nintendo a simplifié la pratique de bon nombre de ses jeux traditionnels, avec des effets démultipliés. Le New Super Mario Bros. Wii a par exemple abandonné une de ses anciennes marques de fabrique –la précision dans les sauts– pour privilégier le jeu participatif. Il s’est vendu à 26 millions d’exemplaires à ce jour. Mario Kart Wii est allé lui aussi vers plus de jouabilité et s’est vendu à 32 millions d’exemplaires.

Le succès de la Wii a d’ailleurs un effet d’entonnoir et même  des séries non-modifiée de Nintendo font jeu égal avec des séries équivalentes qui les avaient autrefois distancées. Si Microsoft a vendu 12 millions de Halo 3 et Sony 7 millions de Gran Turismo 5, Nintendo a vendu 11 millions de Super Smash Bros. Brawl et le même nombre de Super Mario Galaxy.

Les dangers de la Wii

La Wii avait naturellement des défauts. La Wiimote, pour commencer, n’était pas aussi réactive qu’on voulait bien le dire et Nintendo a donc sorti la Wii MotionPlus, un accessoire finalement intégré à la nouvelle génération de Wiimotes. Les Wiimotes, quand elles étaient lâchées par les joueurs, pouvaient blesser quelqu’un ou casser des choses et Nintendo a donc pourvu les Wiimotes d’une dragonne et aussi d’une coque souple.

Alors que j’effectuais un combat au sabre virtuelle avec ma petite amie, j’ai projeté ma wiimote à travers l’abat-jour en papier de ma chère mère, ai suggéré qu’on le répare avec un morceau de scotch et j’ai provoqué une querelle familiale qui persiste encore aujourd’hui. Mais quand la Wiimote ne brise pas des objets ou des familles, elle permet à des gens de se réunir à la manière d’aucun autre jeu vidéo par le passé et dans des proportions jamais vues.

Certaines personnes n’ont pas apprécié cette approche de Nintendo. Lisez un fil de commentaires sous n’importe quel article consacré à Nintendo (dont celui-ci bientôt, sans doute), et vous pourrez y lire la prose de joueurs irrités qui accusent Nintendo d’abandonner sa base de fans pour s’ouvrir à des mères au foyer.

La Wii possède pourtant de nombreux jeux très populaires pour fans purs et durs de jeux vidéo, comme Skyward Sword, Super Smash Bros. Brawl et Metroid Prime 3, pour n’en citer que quelques-uns – mais comme cette liste le révèle, il s’agit pour l’essentiel de jeux Nintendo. Voilà à mon sens le point crucial expliquant la frustration de certains joueurs face à la Wii. C’est d’ailleurs un problème pour Nintendo depuis la sortie de la Nintendo 64: il existe de très nombreux jeux édités par des tiers et qui ne sont jamais apparus sur la Wii et il est vraiment, vraiment, très horripilant d’entendre vos amis parler de jeux auxquels vous ne pourrez jamais jouer à moins de cracher quelques centaines de dollars de plus pour acheter une autre console.

Mais Nintendo a-t-il vraiment le choix? Les jeux hardcore sont le terrain de jeu de Microsoft et de Sony. Nintendo n’a pas des milliards de dollars à sa disposition pour produire une machine au top du top, mais a les moyens de produire une machine amusante. Nintendo a trouvé une niche, s’y est installé et en a chassé ses concurrents.

Comment rester le meilleur?

Maintenant, Nintendo doit défendre son pré carré. Voilà quelque chose qui arrive souvent quand une compagnie atteint le sommet en innovant et en élargissant son public. Dès qu’une stratégie s’avère payante, les concurrents tentent de la copier.

C’est pourquoi de nombreux ordinateurs portables récents ressemblent tant à des MacBook et tant de téléphones mobiles à des IPhone comme de nombreuses tablettes ressemblent à des iPad. C’est aussi pour cela que Sony a sorti la Playstation Move et Microsoft la Kinect. Comme Apple, Nintendo doit s’assurer de demeurer innovant à défaut d’être toujours révolutionnaire. Comme Apple le montre, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Je ne suis pas certain que la nouvelle console de Nintendo, baptisée Wii U, soit un pas dans la bonne direction et les actionnaires semblent du même avis que moi. Avec un prix de 299 dollars, (à partir de 269 euros en France) et un bon mélange de jeux familiaux et de jeux hardcore, Nintendo semble s’accrocher à sa stratégie de variété et de convivialité, mais la nouvelle manette livrée avec, le GamePad, semble une régression.

Dans un e-mail qui m’a été adressé, Scott Moffitt, responsable des ventes de Nintendo Amérique décrit cette manette comme «la clé» de la stratégie de Nintendo. Voilà qui n’est pas fait pour me rassurer. Avec ses deux joysticks analogiques, ses neuf boutons, un écran tactile et une croix directionnelle, le GamePad ressemble à la télécommande du robot Curiosity qui explore Mars, pas vraiment à une manette qui va parler à un public familial.

J’apprécie la vision conviviale de Nintendo et j’espère donc me tromper. Mais si je ne me trompe pas, cette nouvelle pourrait bien être une mauvaise nouvelle pour la compagnie comme pour ses fans. Les désastres subis par Apple se décomptent en mois. Pour Nintendo, le calvaire pourrait durer plusieurs années. Mais si la Wii, qui entre dans le crépuscule de son existence nous apprend une chose, c’est celle-ci: ne sous-estimez pas Nintendo. A ce jeu-là, ils ne sont pas les plus mauvais.

Chris Kirk

Traduit par Antoine Bourguilleau

EDIT du 21/11/2012: L'article affirmait que Super Smash Bros. Melee s'était vendu à 17 millions d'exemplaires sur la Playstation 2. Il s'agissait d'une erreur de traduction, le jeu n'étant disponible que sur la GameCube.

Chris Kirk
Chris Kirk (6 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte