Life

Je suis prisonnière du socialisme à la française –et j'adore ça!

Slate.com, mis à jour le 16.11.2012 à 16 h 37

Pour cette Américaine vivant en France, les mamans qui travaillent peuvent peut-être «tout avoir» –dans l'Hexagone.

REUTERS/Yves Herman

REUTERS/Yves Herman

Grâce à l'excellent article d'Anne-Marie Slaughter, publié dans The Atlantic, tout le monde recommence à parler des difficultés persistantes propres aux mères américaines qui doivent jongler entre travail et vie de famille.

Pour la première fois depuis sa naissance, ma fille de 10 mois vient de découvrir les Etats-Unis, et pendant notre séjour, j'ai entendu de nombreux parents et amis –qui ont souvent des enfants en bas âge– mentionner ce que j'appelle la «question de la garde»: un couple, dont les deux membres travaillent, peut-il gagner suffisamment d'argent pour faire garder son bébé à plein temps? Ou serait-il bizarrement pertinent, sur un plan économique, que le père ou la mère s'arrête de travailler pour devenir parent au foyer?

Mais vu qu'avec mon mari, nous nous sommes installés en France depuis deux ans, cette question ne nous obnubile plus. Pourquoi? Grâce à trois mesures très progressistes instituées par le gouvernement français. Pour faire court, en matière de puériculture, la France permet:

  • 1) de faire garder ses enfants en ville sans dépenser des fortunes
  • 2) de payer moins d'impôts si on emploie quelqu'un pour les garder à domicile
  • 3) de scolariser gratuitement ses enfants dès trois ans.

L'un dans l'autre, la qualité et le coût modéré de ces infrastructures –et ce même au cœur du très onéreux Paris– pourrait nous pousser à prolonger le contrat de travail de mon mari et à rester en France pour profiter de ces services jusqu'à ce que notre fille soit en âge d'aller à l'école.

Même si ce n'est pas demain la veille que les Etats-Unis deviendront la France, ces idées méritent d'être débattues. Il n'en suffirait que d'une seule pour révolutionner la vie des familles américaines issues de la classe moyenne. 

Les femmes peuvent travailler à plein temps

Si la majorité de ces mesures ont été prises pour pallier le déclin de la natalité française, elles ont eu comme avantage de réintégrer de nombreuses mères à la population active. Après un temps où les mères étaient payées pour rester chez elles et s'occuper de leurs enfants, le gouvernement français a réalisé que de nombreuses femmes voulaient reprendre le travail, mais qu'elles avaient besoin pour cela qu'on les aide à garder leurs enfants. Et c'est sur cette question que le gouvernement français a concentré ses efforts, avec des résultats globalement positifs.

En France, plus de 80% des femmes travaillent, alors qu'elles sont moins de 60% aux Etats-Unis. Bien que, dans ces deux pays,  l'emploi diminue pour les femmes avec enfant, en France, il dépasse toujours les 80% pour celles n'ayant qu'un un seul enfant et les 50% pour celles ayant trois enfants ou plus –ce qui est impressionnant.

Les femmes qui travaillent à plein temps placent souvent leurs enfants dans des structures d'accueil de jour gérées par le gouvernement, des crèches, qui reçoivent les bébés dès 3 mois. La plupart des crèches sont ouvertes toute la journée, de 7h30 du matin, à 19h ou 20h le soir. Le coût horaire dépend du revenu des familles, de 4,20 euros pour les plus aisées à 0,26 euro pour les foyers les plus modestes.

Vu que ces crèches sont contrôlées par le gouvernement, elles doivent satisfaire à certaines normes: la moitié, au moins, des employés doivent y être titulaires de diplômes spécialisés en puériculture et en éducation, et chaque crèche dispose d'un pédiatre et d'un pédopsychologue, qu'il soit salarié ou d'astreinte.  

Il est souvent difficile de trouver une place en crèche, et certaines familles n'ont pas toujours envie de faire garder leurs enfants à plein temps. Pour permettre davantage de flexibilité, le gouvernement français a mis en place en 2004 un système de crédit d'impôts en faveur des familles qui souhaitent embaucher une nounou, une assistante maternelle agréée par l'Etat, ou n'importe quel autre prestataire pour garder leurs enfants.

Du moment que la nounou est titulaire d'un permis de travail officiel et que la famille déclare son salaire et ses charges, l’Etat lui donne un coup de pouce via des crédits d'impôts mensuels calculés en fonction des revenus du foyer. Des abattements qui représentent souvent près d'un tiers des sommes totales déboursées pour la garde des enfants.  

Ce qu'on apprend en maternelle

Enfin, la France jouit d'un excellent système préscolaire, l'école maternelle, où les enfants ont une place garantie de 3 ans à 6 ans. Ces écoles sont ouvertes de 8h30 à 16h30, quatre jours par semaine, et de nombreuses maternelles offrent un service de garderie après la classe.

Ici, les enfants apprennent tous les «savoirs comportementaux» que l'on retrouve dans les «preschools» américaines et, la dernière année, ils commencent même à apprendre à lire, à écrire et à compter, afin de négocier en douceur leur entrée dans le système primaire français. La maternelle n'est pas obligatoire –en France, la scolarisation des enfants n'est imposée qu'à partir de 6 ans, comme aux Etats-Unis– mais vu que l'enseignement qui y est dispensé est globalement gratuit et de si bonne qualité, plus de 95% des enfants français y sont inscrits.

En pratique, comment tout cela fonctionne?

Voici mon histoire. Ma fille est née en novembre 2011: il s'agit de mon premier enfant, et c'est aussi la première fois que je m'aventurais dans un quelconque système de garde infantile. Vu que je suis auteure et consultante, mes horaires peuvent être relativement flexibles, mais il me fallait aussi absolument reprendre le travail deux mois après avoir mis Sophia au monde.

Après un mois de recherches, j'ai pu trouver une nounou à partager avec une autre maman, pour 15 heures par semaine. Nous payions cette nounou 11 euros l'heure, ce à quoi s'ajoutaient les frais liés à sa sécurité sociale, sa retraite, son chômage et ses congés. Au total, je déboursais environ 450 euros par mois. Mais vu que nous la déclarions et que nous payions ses charges sociales, le gouvernement nous permettait un abattement fiscal d'environ 270 euros –calculé en fonction des revenus de notre famille. En net, cela me revenait à un coût mensuel très abordable de 180 euros, pour 60 heures de garde.

Cet automne, les choses ont changé pour Sophia. Nous n'avons pas obtenu de place en crèche –la priorité est accordée aux familles dont les deux parents travaillent à plein temps– mais nous avons pu la mettre en halte-garderie, une crèche à mi-temps qui s'en occupe trois après-midi par semaine. J'ai aussi embauché une nounou à mi-temps, pour environ 25 heures par semaine. Total des heures de garde: 40. Coût total après abattement: 440 euros par mois, soit environ 5.280 euros par an, à quoi s'ajoutent d'autres réductions d'impôts.  

Dans une grande ville américaine, cela vous reviendrait entre 630 dollars et 1.500 dollars par mois –les coûts varient énormément selon les Etats, mais il est évident que vous n'aurez rien d'aussi bon marché qu'en France, et a fortiori moins cher. Et la situation ne s'arrange pas quand votre enfant atteint 3 ans –dans la majorité des Etats, les coûts des «preschools» sont supérieurs aux frais d'inscription des universités publiques.

Avec mon mari, nous gagnons actuellement environ 60.000 euros avant impôts –ce qui n'est pas si pire, et bien au-delà du revenu médian américain (40.500 euros en 2010), mais pas suffisant pour faire garder son enfant aux Etats-Unis sans devoir prendre de difficiles décisions.

Travail au noir

Des choix que connaissent de nombreux jeunes couples qui font tout leur possible pour réussir professionnellement, tout en ménageant un équilibre entre travail et vie de famille. L'un d'entre nous devra-t-il rester à la maison, au lieu de consacrer tout son salaire au paiement d'une nounou? Devrons-nous déménager dans la ville de nos parents, qu'importe les opportunités professionnelles qu'on y trouve, pour qu'ils puissent nous aider? L'un d'entre nous devra-t-il prendre un boulot «alimentaire», si on arrive à en trouver un, un travail qui ne nous plaît pas spécialement mais qui permet de payer tous ces frais? Ici, vu que la garde des enfants est si bon marché, nous n'avons pas à nous poser toutes ces questions. 

En travaillant à cet article, je me suis tournée vers de nombreux amis américains, habitant aux quatre coins du pays, et qui se trouvent dans une situation similaire à la mienne: des couples avec un ou deux enfants, et qui travaillent tous les deux.

A l'exception d'un seul –un couple marié d'ingénieurs qui peut se permettre de payer tous les mois 1.600 euros de nourrice– tous n'étaient pas satisfaits des options qui se présentaient à eux en matière de garde d'enfant. Aucun ne déclarait sa nounou, ni ne payait ses charges sociales – parfois à sa propre demande.

Selon un sondage de 2011, seules 15% des familles rémunèrent leur nounou dans les règles; aux Etats-Unis, pour la plupart des familles, la chose n'est ni facile ni avantageuse. En France, je ne dirais pas que c'est facile –il y a aussi de gros problèmes de travail au noir– mais c'est foncièrement bon marché de déclarer la nourrice de votre enfant.

Gagner moins, payer plus d'impôts et être contents

Grâce aux abattements fiscaux, il est parfois même plus avantageux de déclarer votre nounou et de payer ses charges sociales que de la rémunérer au noir. Et je suis contente de pouvoir le faire; je suis contente de savoir que la personne qui s'occupe de mon enfant est couverte par la sécurité sociale et peut profiter de congés payés. Je suis contente que le système, ici, considère la puériculture comme un vrai métier et que les employeurs puissent, facilement, se comporter comme il faut avec les gens qui leur rendent des services. Ce genre de légalité incitée par l’Etat ressemble à une politique à laquelle même des Républicains pourraient se rallier.

Aujourd'hui, avec mon mari, on rigole de ce socialisme qui nous retient prisonniers –dès que ces Européens vous mettent la main dessus, avec leurs grosses taxes et leur système de santé et leurs garderies si abordables, c'est très difficile de s'en libérer. Et c'est a fortiori difficile de nous imaginer retourner vivre aux Etats-Unis avec nos revenus actuels.

Mais même en gagnant moins d'argent et en payant plus d'impôts en France, le choc ne nous a pas semblé si dur –en réalité, avec une garde d'enfants et un système sanitaire et scolaire aussi bon marché, c'est comme si nous en avions davantage pour notre argent. Peut-être qu'avec une petite touche de socialisme, les femmes américaines auraient plus de chances de tout avoir. 

Claire Lundberg

Traduit par Peggy Sastre

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte