Culture

Audiard lutte contre la violence conjugale

Temps de lecture : 2 min

Il réalise un spot gouvernemental.

L'auteur de De battre mon cœur s'est arrêté a réalisé, à la demande du Secrétariat d'Etat à la Solidarité, un clip de 30 secondes dénonçant les violences conjugales «invisibles». Pas de coup dans ce court-métrage intitulé La Voix, mais des insultes.

Jacques Audiard met ainsi en scène, dans une ambiance de thriller psychologique, une femme blonde se déplaçant dans un centre commercial. Elle fait du shopping, va prendre un café, salue une ami qu'elle croise dans les escalators. Une voix-off masculine, oppressante, ne cesse durant le spot d'insulter la femme que l'on voit : «boudin», «trainée», «conne». Après 30 secondes de dénigrement et de mépris, on aperçoit l'auteur de ces mots: le mari.

«L'intention de ce film est de créer une situation insupportable», explique Audiard. La violence psychologique dans le couple est enclenchée le plus souvent par un processus de sape qui mène finalement aux coups; la succession d'insultes, la pression, le harcèlement mis en scène dans ce spot font figure de gifle. Les victimes de cette violence «sont dans un long processus où elles ont perdu toute estime de soi et elles finissent par accepter les coups», estime Françoise Brié, vice-présidente de la Fédération Nationale Solidarité Femmes.

Ce clip doit être diffusé 550 fois à la télévision, du 11 juin au 1er juillet 2009 ; il s'inscrit dans le cadre de la campagne lancée par le Secrétariat d'Etat à la Solidarité visant à sensibiliser sur les violences faites aux femmes.

Lire l'article complet sur LEPOINT.FR

(Photo: capture d'écran du spot)

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Six livres méconnus de Roald Dahl

Six livres méconnus de Roald Dahl

Considérés comme des classiques, «Charlie et la chocolaterie» ou «Matilda» sont souvent réédités et adaptés au cinéma. Mais l'œuvre de l'écrivain jeunesse ne s'arrête pas là.

«Mourir d'aimer», la prof et la ligne blanche

«Mourir d'aimer», la prof et la ligne blanche

Le film d'André Cayatte, sorti il y a cinquante ans, retraçait la trajectoire de Gabrielle Russier, professeure condamnée pour avoir entamé une liaison avec l'un de ses élèves.

Jean-Pierre Bacri, une vie sans faire semblant

Jean-Pierre Bacri, une vie sans faire semblant

Ce lundi, l'acteur est mort d'un cancer, à l'âge de 69 ans.

Newsletters