Culture

Trailer est-il? Nuit #1, en avant-première gratis sur le Net

Temps de lecture : 2 min

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Nuit #1 - Fondivina films
Nuit #1 - Fondivina films

Quitte à évoquer dans la présente rubrique le cinéma québécois, d'aucuns pourraient s'attendre à un focus sur un de ces polars efficaces que la Belle Province sait parfois produire, ou une des comédies plaisantes hélas mal distribuées chez nous (le carton Starbuck étant le contre-exemple absolu). On aurait même pu s'attarder sur un film de loup garou situé en pleine Nouvelle France (si si, ça existe), mais non, il nous faut aujourd'hui parler d'un film dont le pitch n'est autre que: «durant la nuit de leur rencontre, leur nuit initiale, un homme et une femme vont passer par tous les états de la relation amoureuse. Leur histoire aurait pu durer un mois, un an, une vie… Elle vivra une nuit...». Carrément.

Ne partez pas, nous sommes aussi étonnés que vous. Une explication s'impose. Nuit #1, le film dont il est question, est le premier long-métrage écrit et réalisé par Anne Émond. Sorti l'an dernier outre-Atlantique, le film ressemble à ce que l'on est en droit d'espérer d'une production avec un scénario pareil: il y a du sexe, des ralentis sur de la musique pop, une voix off sentimentale, un couple... pas de toute, on est bien au pays de Xavier Dolan, qui à quelques accents près, pourrait avoir été tourné dans le 14e arrondissement de Paris.

Pourquoi en parler alors? Tout simplement parce que le film, qui sort en France la semaine prochaine, fait partie d'une poignée de productions à tenter un modèle innovant de promotion/distribution. Il sera en effet disponible quelques heures gratuitement sur Dailymotion dans la nuit du lundi 5 novembre, de 18 heures à 6 heures du matin.

Cette preview gratis, qui permet de faire —un peu— parler du film, est avant tout une saine remise en question (sponsorisé par l'Union européenne!) de la sacro-sainte chronologie des médias, dernier mur de défense de la citadelle Canal+ mise à mal côté sport par la concurrence. Manuel Alduy, boss du ciné pour la chaîne cryptée, qualifie sans surprise sur son blog cette initiative de «pari sacrément risqué». Sans blague.

Qu'on le veuille ou non, l'initiative a surtout le mérite d'assurer une véritable (bien que courte) visibilité à Nuit #1, dont on imagine mal la distribution dépasser la vingtaine de salles en France. Et c'est peu dire que le cinéphile n'habitant pas à proximité d'un MK2 parisien n'est pas gâté dès qu'il est question de voir certaines sorties.

Tout le monde devrait donc être ravis, sauf que le précédent film ayant testé ce modèle, le brésilien Les Paradis Artificiels, s'est fait tout simplement boycotté par une dizaine de cinémas qui s'étaient engagé à le projeter dès cette semaine! Une attitude regrettable mais qu'on peut comprendre: à en croire l'interview du distributeur par Allociné, les salles n'avaient pas été concertées sur le dispositif d'avant-première web mis en place!

On espère que le distributeur de Nuit #1, qui bénéficiera de la même mise en avant sur Dailymotion, a pris la peine de prévenir ses partenaires. Et dans le doute, on tâchera surtout de ne pas rater cette avant-première d'un genre nouveau lundi soir, d'autant que —oubliez mes réserves initiales— le film a loin d'être aussi rasoir que son pitch.

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud Journaliste

Newsletters

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

Le film de Yolande Zauberman accompagne avec exigence et émotion le retour d’un homme là où il fut violenté dans son enfance. Et c’est un monde qui s'ouvre sous leurs pas.

«Serai» ou «serais», c’est un peu trop facile de se moquer

«Serai» ou «serais», c’est un peu trop facile de se moquer

Déterminer si l'on prononce de la même façon «je serai» et «je serais» ou si les deux versions riment strictement à l’oral n'implique pas une réponse aussi tranchée qu'on pourrait le penser.

Le jour où je suis devenu un homme

Le jour où je suis devenu un homme

[BLOG You Will Never Hate Alone] J'avais 13 ans. L'âge de la bar-mitsva. Quand on m'a amené de force à la synagogue lire un texte que je ne comprenais même pas.

Newsletters