Life

Après Kaka et Ronaldo, Benzema: le Real Madrid donne le «la» du Mercato (MàJ)

Slate.fr, mis à jour le 01.07.2009 à 16 h 58

En achetant Kaka, Ronaldo et la star française, Florentino Perez ouvre une nouvelle ère galactique pour le club espagnol.

Selon la presse espagnole, Karim Benzema sera l'avant-centre du Real Madrid l'année prochaine. L'accord entre le président de Lyon, Jean-Michel Aulas et celui du club madrilène, Florentino Pérez, aurait été finalisé ce matin autour d'une vente entre 35 et 40 millions d'euros. Le meilleur buteur de la saison 2007/2008 en L1 jouera donc pour le club de ses rêves. La concurrence ne lui fait sans doute pas peur, à un an de la Coupe du Monde. Manchester United avait officiellement accepté une offre de 94 millions d'euros du Real Madrid pour Cristiano Ronaldo, le plus gros transfert de l'histoire du football, devant les 75 millions d'euros versés par le Real pour Zidane en 2001. Nous republions un papier daté du 11 juin.

***

Interrogé dimanche 7 juin dans Téléfoot sur l'intérêt que lui porte le Real Madrid, Frank Ribéry a répondu par une de ces boutades dont il a le secret. «Florentino Pérez...c'est qui ?», a-t-il déclaré avant d'éclater de rire. Une blague qui a fait couler beaucoup d'encre de l'autre côté des Pyrénées, que ce soit dans les médias madrilènes ou catalans.

C'est Florentino Pérez lui-même qui s'est chargé de répondre à cette question rhétorique du footballeur français. Depuis le recrutement de Kakà, mardi 9 juin, son nom est partout dans la presse sportive nationale et internationale. Un retour en force pour celui qui avait transformé le Real Madrid en une équipe de galactiques lors de sa première présidence au club entre 2000 et 2006. L'accord trouvé pour l'achat de la star brésilienne se chiffre à 67,2 millions d'euros dont 64,5 millions pour l'AC Milan et 2,7 millions pour le Sao Paulo FC, en qualité de club formateur. C'est ça, Florentino Pérez: le deuxième plus gros transfert de l'histoire du foot. Sachant que le premier est en possession...du même Florentino Pérez. Pour une somme de 75 millions d'euros et un certain Zinedine Zidane.

C'est que, depuis l'annonce de sa candidature aux élections présidentielles du club madrilène le 14 mai dernier, c'est une vraie tempête qui s'est abattue sur le monde du football, et particulièrement en Espagne. Tout le monde se souvient de la manière dont il était arrivé à la tête du Real Madrid lors de son premier mandat. C'était en 2000 et il s'était présenté à cette élection en promettant de faire venir Luis Figo au club s'il était élu. Sachant que Figo était l'indiscutable star de l'ennemi juré, le F.C Barcelone, on imagine le remous que cela avait crée entre les deux équipes quand le transfert s'est effectivement produit quelques semaines plus tard. L'incident a d'ailleurs un nom propre en Espagne, «el caso Figo» (le cas Figo), et les spéculations des médias sur un possible nouveau «cas» vont bon train depuis l'annonce officielle du retour de Perez.

Le président du Real s'est vite chargé d'affirmer qu'aucun des joueurs du Barça n'entrait dans son projet pour la saison prochaine. Pour autant, sa capacité économique et de gestion semble intacte. Après avoir amené Figo (60 millions d'euros), Zidane, Ronaldo et David Beckham lors de son précédent mandat, Perez a promis «une équipe spectaculaire» grâce à l'arrivée de cinq ou six joueurs de premier ordre. Au vu de l'efficacité avec laquelle il est arrivé à un accord avec le Milan A.C, on se demande ce qu'il peut arriver à faire aves les autres joueurs. Le changement est d'autant plus spectaculaire que son prédécesseur au Real, Ramón Calderón, s'était spécialisé, depuis 2006, à promettre l'arrivée du milieu brésilien sans jamais réussir à concrétiser l'affaire. Moins de deux semaines après l'arrivée de Florentino Pérez, Kakà est déjà joueur du Real Madrid.

C'est aussi ça, Florentino Pérez: une rigueur managériale et des promesses tenues. C'est sûrement pour cela que les gens croient toutes les informations qui circulent sur les recrues possibles de l'équipe espagnole pour l'année prochaine. Comme c'est souvent le cas (surtout en Espagne), la presse sportive spécule sur une liste presque infinie de joueurs qui pourrait intéresser le club madrilène. Mais cette fois-ci, le sentiment général est qu'une bonne partie de ces joueurs finiront par rejoindre le Real. Un sentiment de sérieux et de travail qui est même arrivé à rendre nerveux l'ennemi intime, le F.C Barcelone, dont la saison a pourtant été un exemple de réussite. En plus de la cascade d'améliorations de contrats qui déferle ces jours-ci dans le club catalan, de peur de subir le nouveau «cas Figo», le président du Barça a demandé à son homologue madrilène de «ne pas casser le marché» en référence au prix du transfert de Kakà... pourtant pas encore officiel au moment de cette déclaration. Encore une preuve que même ses adversaires déclarés font confiance à Florentino pour faire ce qu'il a promit.

Les noms de David Villa, Franck Ribéry, Cristiano Ronaldo ou Karim Benzema circulent dans la presse. Le temps dira qui, de tous ces grands joueurs, évoluera la saison prochaine avec le maillot blanc du Real Madrid. Mais parions que plusieurs d'entre eux accompagneront Kakà sur le terrain. Car, contrairement à tout ce qu'on entend sur l'Espagne, Florentino Pérez ne semble pas connaitre la crise. Il a pourtant construit sa fortune dans le domaine du bâtiment, l'un des plus touchés par les secousses économiques dans le pays. Président du groupe ACS depuis 1983 (anciennement Construcciones Padrós), il doit sa fortune au monde de l'entreprise même s'il a longtemps travaillé dans l'administration publique. Une versatilité grâce à laquelle il garde de très bons contacts dans le monde politique. Lors de son précédent mandat, il n'était pas rare de voir le Premier Ministre de l'époque, José María Aznar, assister aux matches du Real accompagné de nombreux ministres de son gouvernement.

Tout cela fait qu'en Espagne, la mode est au blanc. Non seulement parce que c'est la couleur du maillot des merengues mais aussi parce qu'on a l'impression que c'est la couleur des chèques dont dispose le président madrilène pour pouvoir redorer le blason de l'institution madrilène. Un projet pharaonique qui ne fait que commencer, avec cette première recrue, et qui porte déjà le nom de «Floren Team» (en honneur de son concepteur). C'est pour cela qu'il vaut mieux commencer à connaître le nom de Florentino Pérez, le grand espoir du renouveau du Real, car il est très probable qu'on l'entende partout, et très souvent, pendant ces deux mois de chaleur et de fébrilité du mercato footballistique.

Mais Frank Ribéry savait déjà tout ça et c'est pour cela qu'il s'est permis de plaisanter avec un nom qui, depuis quelques semaines déjà, est dans la bouche de tous les amateurs de foot de la planète.

Aurélien Le Genissel

(Photo: Ronaldo sous le maillot de Manchester United REUTERS)

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte