Sports

Les clubs de football français plombés par les salaires

Temps de lecture : 2 min

The Economist publie une étude du cabinet de conseil Deloitte sur le rapport entre la masse salariale des clubs des cinq «grands» championnats de football européens et leur revenu.

Résultat: la France est le pays où le poids de la masse salariale représente la part la plus importante du revenu des clubs, à hauteur de plus de 70%. Vient juste après l'Italie, tandis que les championnats anglais et espagnols, avec leur cohorte de stars aux salaires mirobolants, sont plus proches des 60%. «Des cinq championnats les plus riches d'Europe, seule la parcimonieuse Bundesliga allemande a réussi à garder la part relative de ses salaires relativement basse depuis 1997» note l'hebdomadaire.

A noter l'explosion de cette part relative des salaires au début des années 2000 en Italie et en Espagne, qui correspond notamment à l'arrivée de Florentino Perez à la présidence du Real Madrid et à l'âge d'or des transferts records (huit des dix plus gros transferts de l'histoire ont été effectués en entre 2000 et 2003).

Mardi 9 juin, Perez, de retour à la tête du club madrilène depuis peu, a recruté le footballeur Kakà pour 65 millions d'euros, le deuxième transfert le plus cher de l'histoire. Le Real paiera le brésilien 200 000 euros par semaine pendant six ans. Claude Makelele, le joueur le mieux payé du championnat français, est lui rémunéré par le Paris Saint-Germain 285 000 euros... par mois.

[Lire l'article complet sur The Economist]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

«Cheer», la série Netflix qui montre les cheerleaders sous un nouveau jour

Loin des clichés sur les pom pom girls, cette série documentaire offre un portrait inédit de ces athlètes dévoué·es.

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

L'affaire Carlos Ghosn nuit-elle à l'image de Renault F1?

La marque doit composer avec une mauvaise pub, une alliance Renault-Nissan en berne et l'échec d'une fusion avec Fiat-Chrysler, alors que la F1 reprend en Australie le 15 mars prochain.

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Le changement climatique précipite la chute de l'industrie du ski

Même si ce sont surtout les petites structures qui sont touchées par la raréfaction de la neige, le nombre de stations en activité diminue et les jeunes skient moins que dans les années 1990.

Newsletters