Culture

Skyfall: 50 ans de jamesbondieuseries

Temps de lecture : 2 min

James Bond est tellement culte qu'il frise le phénomène religieux. Pour sa quatorzième édition, Slate.fr-Les tablettes se penche sur ce messie barbourzard et les étranges pratiques de ses fidèles.

/
Slate.fr-Les tablettes spécial James Bond

Il y a quelque chose de surprenant dans la permanence du succès de James Bond. Les décennies s’écoulent ― déjà cinq, comme le temps passe ― et cette barbouze chic en smoking du meilleur faiseur continue de faire rêver les foules avec la même intensité. Jeunes et vieux, ringards et branchés, électeurs du Front de gauche, partisans du FN et à peu près tout ce qui se range au milieu, ils iront tous faire la queue à l’UGC pour soutenir le bellâtre dans sa lutte contre le vilain du jour…

Mais comment un assassin professionnel macho au service d’une monarchie impérialiste décadente et aussi bardé de logos commerciaux qu’un coureur du Tour de France se débrouille-t-il pour être une idole aussi consensuelle? Personne ne le sait. Les disputes entre fans, lorsqu’elles explosent, tournent plutôt autour du choix de son incarnation préférée de l’agent 007.

― Sean Connery, c’est le meilleur!
― N’importe quoi, c’est Pierce Brosnan!
― Ce poids plume ? Pourquoi pas George Lazenby?
― George qui?

OSS 117 traverse aussi les époques mais c’est parce qu’il s’est mis à faire rigoler et, lorsqu’il sort une photo de son lider maximo de son portefeuille, c’est celle d’un obscur président de la IVe République et personne n’est censé laisser couler une larme patriotique sur sa joue de cinéphile. Bah, il y a des mystères qu’il est vain d’expliquer et les voies de James Bond sont probablement trop impénétrables pour qu’il soit même utile d’essayer. D’ailleurs, dans ce numéro de Slate.fr, on ne l’explique, on le décrypte. On en fait l’exégèse et la critique raisonnée. Mais dans la bonne humeur tout de même parce qu’après tout, notre espion national à nous, il ressemble plus à Jean Dujardin qu’à Daniel Craig.

Hugues Serraf

(La discussion se poursuit sur vos tablettes!)

Hugues Serraf

Newsletters

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

Tribus amérindiennes: «Le manque de représentation positive a un impact sur les jeunes générations»

«Les médias ont tendance à se concentrer sur les questions négatives au sujet des cultures amérindiennes, explique la photographe Carlotta Cardana, et, même s'il est certainement important de discuter de ces questions et de leurs causes...

La fabuleuse histoire du Photomaton

La fabuleuse histoire du Photomaton

Il a traversé le siècle dernier, inspiré les artistes, bouleversé les habitudes et la société, déchaîné les passions... petite histoire d'une grande invention.

Il y a trente ans, Public Enemy révolutionnait le rap

Il y a trente ans, Public Enemy révolutionnait le rap

En sortant son second album «It Takes A Nation Of Millions To Hold Us Back» en 1988, le groupe ne se contente pas de changer la face du rap. Il redéfinit son rôle, la place du rappeur dans l'engagement politique et le dialogue intellectuel.

Newsletters