Culture

Le Golden Gate, cible préférée d'Hollywood

Temps de lecture : 2 min

Les tours de New York sont devenues trop risquées.

Attention, si vous n'avez pas encore vu le film et que vous ne souhaitez pas connaîtfre la fin, ne poursuivez pas la lecture après le point d'exclamation!

***

La scène de cloture du nouvel opus de la saga Terminator, où l'on voit le pont du Golden Gate dévasté par une attaque nucléaire, n'est que le dernier exemple d'une longue série de films de science-fiction à avoir martyrisé le célèbre pont de la baie de San Francisco. Celui-ci a été tour à tour fondu (The Core, 2003), croqué par un requin géant (Mega Shark Vs Giant Octopus) et lancé comme une paire de chaussettes (X-Men: The Last Stand en 2006). Pourquoi cet acharnement, s'est demandé la Guardian.

Avant le 11-Septembre, les gratte-ciels de New-York étaient de loin le terrain de jeu préféré des réalisateurs de films d'action et d'aventure. Mais la chute des tours jumelles dans «la vraie vie» a rendu plus difficiles les scènes de démolition de buildings newyorkais sur les écrans. La seule exception, le film Cloverfield, où une créature marine décapite la statue de la liberté, a été vivement critiquée outre-Atlantique pour avoir tiré un divertissement de la tragédie.

En comparaison, le pont du Golden Gate est un cadre politiquement neutre pour les scénarios catastrophiques d'Hollywood: loin de New York, facilement reconnaissable et une parfaite «métaphore de l'unité américaine», selon le blog cinéma du quotidien britannique.

[Lire l'article complet sur The Guardian]

Photo: capture d'écran de la bande annonce de Mega Shark vs Giant Octopus

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Anne Sylvestre était bien plus qu'une chanteuse pour enfants

Ouvertement féministe, engagée malgré elle, Anne Sylvestre a écrit des centaines de chansons plus poétiques, militantes et drôles les unes que les autres. Un répertoire trop complexe pour un public assoiffé de simplisme?

«Petite Fille», l'enfant, les mots et les regards

«Petite Fille», l'enfant, les mots et les regards

Diffusé sur Arte, le nouveau film de Sébastien Lifshitz accompagne pas à pas le combat d'une fillette née dans le corps d'un garçon et de sa mère, pour construire un espace vivable, et même heureux.

Netflix: pourquoi c'était mieux avant

Netflix: pourquoi c'était mieux avant

Tou-doum! Netflix, c'est 195 millions d'abonné·es à travers le monde, un algorithme redoutable, une interface addictive et des séries originales incontournables… ...

Newsletters