Culture

Trailer est-il? Julia X 3D, les liaisons dangereuses de l'Internet

Alexandre Hervaud, mis à jour le 17.10.2012 à 19 h 12

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Attention, rezippez tout de suite vos fermetures éclairs, malheureux pervers, car contre toute attente eu égard à son titre, Julia X 3D n'est pas un porno en relief jouant sur «l'effet de profondeur», comme disaient encore dernièrement les communiqués de presse émanant de chez Dorcel. Certes, le film a bel et bien été tourné en 3D, mais pas sûr qu'on pourra en profiter lorsqu'il pointera le bout de son nez sur le marché vidéo français dans quelques mois.

Julia X 3D est la première mise en scène d'un certain (ou d'une certaine?) P.J. Pettiette, connu(e) jusqu'à alors –enfin, façon de parler– pour avoir co-écrit quelques séries Z. Son seul titre de gloire pas honteux serait, à en croire son profil IMDb, la fonction de producteur(ice) sur Le Général, film de John Boorman sorti en 1998.

Avec à son casting le musculeux Kevin Sorbo, qui n'a toujours pas quitté son air bovin depuis qu'il charmait nos samedis après-midi de TF1 dans le rôle titre de la série Hercules, Julia X 3D part du postulat indiscutable que les rencontres via Internet, ça peut vraiment déboucher sur n'importe quoi.

Le fait que votre serviteur ait connu le rédacteur chef de Slate.fr via Twitter constitue une preuve assez irréfutable de la chose.

Bien évidemment, dans le film, Julia la gentille fille bernée par un épouvantable pervers ne finit pas rédactrice web pour pure player mais punching ball d'un sadique archi-violent (et non, ça n'a vraiment rien à voir, promis). Seul souci: comme nous le dévoile assez rapidement la bande-annonce un bien trop généreuse, les choses ne sont pas aussi simple, et la demoiselle qu'on prenait pour la victime se révèle être elle-même une psychopathe de première plutôt revancharde!

Les spectateurs les plus attentifs auront d'ailleurs remarqué que le «X» du titre vient de l'habitude assez spéciale d'un des personnages qui se plaît à marquer ladite lettre au fer rouge sur le postérieur de ses proies. 

Alexandre Hervaud

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte