Monde

Qui va recevoir le prix Nobel de la paix 2012?

Slate.com, mis à jour le 12.10.2012 à 11 h 17

Toute la semaine, nous publions les pronostics de spécialistes de chacune des six catégories du prix. Après la médecine lundi, la physique mardi, la chimie mercredi et la littérature jeudi, place à la paix.

Les médailles des lauréats des prix Nobel 2010. REUTERS/Pawel Kopczynski.

Les médailles des lauréats des prix Nobel 2010. REUTERS/Pawel Kopczynski.

Après la médecine lundi (pour laquelle ont été distingués John B. Gurdon et Shinya Yamanaka pour leur travaux sur les cellules souches, venant confirmer un de nos pronostics), la physique mardi (dont les lauréats sont le Français Serge Haroche et l'Américain David J. Wineland, qui figurait parmi les noms cités par nos spécialistes), la chimie mercredi (Robert Lefkowitz et Brian Kobilk ont été nobélisés) et la littérature jeudi (Mo Yan), place à la remise du prix Nobel de la paix, vendredi 12 octobre.

Contre toute attente, le prix Nobel de la paix 2012 a été attribué à l'Union européenne.

Voilà nos prévisions, démenties...

***

Will Dobson, responsable du département politique et affaires étrangères de Slate:

C’est comme pour tout: les Nobel de la paix, il y en a des bons, puis il y a les autres.

Les bons distinguent des individus ou des organisations qui ont effectivement accompli quelque chose. Le dissident chinois Liu Xiaobo et le leader de l’opposition birmane Aung San Suu Kyi sont les premiers exemples qui viennent à l’esprit. En revanche, il arrive parfois au comité Nobel de se planter. Au lieu de distinguer les gens qui ont fait quelque chose, il suit la mode. Que vous pensiez ou non que Barack Obama ait mérité le prix Nobel de la paix –de toute évidence, ce n’est pas le cas– le premier président noir des Etats-Unis n’a de toute façon pas besoin d’une autre coupe sur l’étagère.

Si le jury désire qu’on lui suggère comment agir pour le mieux, il devrait se mettre en quête de quelqu’un dont les idées ou les actions amènent effectivement un changement. A mon sens, Gene Sharp devrait figurer parmi les premiers noms. Ce chercheur à l’université d’Harvard, longtemps méconnu, est l’auteur de travaux sur les dictatures et la non-violence qui ont influencé des milliers de gens à travers le monde.

Je peux personnellement témoigner de la portée des travaux de Sharp. J’ai pu voir, dans plusieurs capitales de pays autoritaires, des exemplaires au pages cornées de ses livres de Sharp sur les étagères de dissidents ou de militants des droits de l’homme. Les nouveaux régimes autoritaires, en Birmanie, au Vénézuela, en Russie, en Iran et ailleurs, dénoncent son travail, car ils en ont peur. Son petit ouvrage, De la dictature à la démocratie, fait partie des lectures incontournables pour qui cherche à renverser une tyrannie et ses lecteurs sont de plus en plus nombreux.

Le comité Nobel défend la notion de la propagation de la paix. Quel meilleur choix que l’homme dont les idées ont inspiré un changement démocratique et paisible dans tant de pays? À supposer qu’il veuille cette année récompenser un des bons.

June Thomas, journaliste culture à Slate:

Je dirais Asma Jahangir, une avocate pakistanaise qui milite pour les droits de l’homme. Elle a fait l’objet d’un article dans le New Yorker voici cinq ans.

David Plotz, rédacteur en chef de Slate:

Bill et Melinda Gates, pour leur action sur la malaria et les vaccins.

Dan Engber, collaborateur de Slate:

J’aime beaucoup le lauréat du prix Ig Nobel de la paix d’il y a quelques années: Daisuke Inoue, l’inventeur du karaoké. Voici son discours de remerciement:

«Bonjour tout le monde, je suis Daisuke Inoue. Je viens du Japon. Je suis le dernier samouraï —désolé, Tom Cruise n’a pas pu venir… Je suis très heureux d’être ici pour recevoir ce prix Ig Nobel de la paix. Un jour, j’ai rêvé d’apprendre aux gens à chanter, alors j’ai inventé le karaoké. Je ne savais pas que ça allait marcher à ce point. Aujourd’hui, plus que jamais, je voudrais apprendre aux gens à chanter en parfaite harmonie.»

En même temps, il y a eu des cas de violences associées au karaoké aux Philippines et aux Etats-Unis, alors ce n’est peut-être pas une si bonne idée.

Laura Helmuth

Traduit par David Korn

Slate.com
Slate.com (483 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte