Culture

Slate.fr-Les tablettes n°12: le journalisme dans ses nouveaux habits

Temps de lecture : 2 min

Les journaux sont affectés par l'émergence des nouveaux médias, c'est certain, mais quid des journalistes eux-mêmes? Et comment le métier évolue-t-il, dans ses pratiques comme dans sa philosophie? Ce sont les thèmes abordés dans cette 12e édition de Slate.fr-Les tablettes.

Le journalisme dans ses nouveaux habits / Slate.fr
Le journalisme dans ses nouveaux habits / Slate.fr

Les journalistes, dont on entend parfois dire qu’ils sont la corporation la plus détestée des Français, juste après celle des huissiers et des politiques, ne méritent sans doute pas le procès en sorcellerie qui leur est fait. Après tout, une profession dont les méthodes de travail et le contexte économique sont aussi fréquemment et drastiquement bouleversés mérite bien quelque indulgence.

On les donnait même pour morts il y a peu, lorsque l’enthousiasme pour le Web allait faire de quiconque possède un ordinateur et téléphone équipé d’un appareil-photo un journaliste citoyen au moins aussi compétent que le titulaire d’une carte de presse. Et un blog indépendant plus crédible qu’un magazine inféodé à la pub et au Pouvoir.

Ce soufflé-là est un peu retombé et l’annonce de leur disparition reconnue comme largement exagérée, mais ils ne sont peut-être pas encore totalement tirés d’affaires, entre une presse papier en perdition et une presse électronique toujours à la recherche de son modèle.

Cette semaine, les Tablettes de Slate.fr se penchent sur leur sort et jettent un coup d’œil à la manière dont les héritiers de Bel Ami et Lucien de Rubempré se débrouillent ces jours-ci. C’est un peu nombriliste, c’est certain, mais on n’est pas détesté si longtemps sans devenir authentiquement détestable, au moins à la marge.

Hugues Serraf

(La discussion se poursuit sur vos tablettes!)

Hugues Serraf

Newsletters

«Portnoy et son complexe», entre plaisir solitaire et vérité universelle

«Portnoy et son complexe», entre plaisir solitaire et vérité universelle

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Newsletters