Culture

«Die Hard»: John McClane est-il le James Bond américain?

Temps de lecture : 2 min

«Je suis le 007 de Plainfield, New Jersey», déclare Bruce Willis dans «A Good Day to Die Hard».

Bruce Willis dans A Good Day to Die Hard, capture d'écran de YouTube
Bruce Willis dans A Good Day to Die Hard, capture d'écran de YouTube

A la fin de la bande-annonce mortelle du cinquième opus de la franchise Die Hard, A Good Day to Die Hard, Bruce Willis, alias John McClane, se décrit avec son petit sourire en coin habituel comme le «007 de Plainfield, New Jersey». La bande-annonce montre ensuite deux personnages, apparemment McClane et son fils, même si rien n’est facile à distinguer dans cette série d’explosions, traverser une verrière au son de l’Ode à la joie de Beethoven. Quel final!

Mais McClane est-il vraiment le Bond américain? Une chose est sûre, c’est une belle opération de marketing. En mentionnant ses racines du New Jersey, le clip met l’accent sur la qualité de monsieur-tout-le-monde de la classe ouvrière du protagoniste de Die Hard, sans doute une bonne idée dans la situation économique actuelle. Là où Bond opère avec un charme suave hérité de la haute société, portant des montres Omega et conduisant des Aston Martin, des Lotus et des BMW, McClane est présenté comme un héros américain terre-à-terre.

Mais l’opposition de style va peut-être plus loin. Quand Bond se spécialise dans les traits d’esprits élégants et les assassinats sophistiqués (comme pousser un homme de main dans un bain et y jeter une lampe), McClane lance des «Yippy kay yay, motherfucker!» et tue des méchants avec son propre corps. Si Bond est l’assassin expérimenté et intelligent, McClane est un cowboy du Jersey, un monsieur-tout-le-monde qui se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment mais survit grâce à un cran incroyable.

Autant que je sache, les films Die Hard n’ont jamais contenu une chanson de Bruce Springsteen, ce qui, en rétrospective, semble presque incroyable. Au lieu de ça, la musique la plus reconnaissable de Die Hard est l’improbable l’Ode à la Joie. Pourtant, souvenez-vous que cette musique a été d’abord utilisée pour le méchant d’Alan Rickman dans le premier opus, et a une résonnance décidément ironique pour cette franchise.

Ironie ou pas, cette chanson est devenue la musique de la série, et dans ce teaser, elle a un rôle de la même manière que la musique légendaire de 007 dans les clips de promotion de Bond. Le titre du dernier film de John McClane, A Good Day to Die Hard, fait aussi écho à des films de James Bond comme Die Another Day et Tomorrow Never Dies. Les patrons des studios espèrent sans doute que Die Hard ait la longévité de la franchise James Bond, qui en sera bientôt à son 23 opus. A Good Day to Die élargit le rôle du fils de McClane, John McClane JJr., interprété par Jai Courtney, sans doute en préparation de futures suites lucratives.

Courtney peut-il porter le costume de Willis, ou plutôt suivre ses pas pour utiliser une métaphore plus appropriée? On peut en douter. Mais même si la franchise se tarit après Willis, McClane est déjà devenu une sorte de Bond américain. Et on sait déjà sur qui parier en cas d’affrontement entre les deux:

Katie Kilkenny

Traduit par Grégoire Fleurot

Slate.com

Newsletters

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Des manuscrits de Tombouctou, sauvés des mains des djihadistes, exposés à New Delhi

Vingt-cinq textes vieux de plusieurs siècles ont été transportés depuis le Mali, après avoir été cachés durant l'occupation djihadiste de Tombouctou, entre 2012 et 2013.

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

Moses Farrow, le fils de Woody Allen et Mis Farrow s'exprime, il faut aussi l'écouter

[BLOG You will never hate alone] Dans un long texte pudique et toute en retenue, Moses Farrow tient à dire sa vérité. À ses yeux, son père n'a jamais pu commettre les actes qui lui sont reprochés.

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Il faut lire «Portnoy et son complexe», de Philip Roth

Philip Roth n'aurait sans doute pas imaginé que son roman aiderait un homme transgenre confiné dans un refuge pour femmes victimes de violences conjugales.

Newsletters