Culture

Trailer est-il? Bigfoot, entre Alice Cooper et Projet Blair Witch

Alexandre Hervaud, mis à jour le 03.10.2012 à 18 h 57

Trailer est-il?, c'est LA chronique quotidienne pour amateurs de bandes-annonces diverses et (a)variées: séries B plus ou moins prometteuses, raretés improbables, porno rigolo, docus décalés, etc.

Ces dernières années, l'industrie du film fantastique –en particulier celui au budget rachitique finissant immanquablement dans les bacs à DVD soldés ou en prime time de NRJ 12– a été marquée par le retour du film de monstres géants, si tant est qu'il soit parti un jour.

D'aucuns penseront que les petites sociétés de productions entendent juste capitaliser sur le succès de certains films de créatures «mainstream» (The Host, Cloverfield, King Kong version Jackson), mais le filon s'explique surtout par la démocratisation des effets spéciaux numériques, désormais faisables à moindre coût –et ce pour le meilleur (le joli et bien nommé Monsters) comme pour le pire (le tout aussi bien nommé Mega Shark vs Giant Octopus).

Reste à trouver le genre de bestiaux à mettre en scène dans des productions forcément inégales, parce que les araignées géantes, ça va deux minutes.

Certains producteurs, comme ce vieux filou de Roger Corman, optent souvent pour l'union contre nature, à l'image de l'improbable créature de Sharktopus (un mix de requin et de pieuvre, bien sûr).

Ses concurrents de la société The Asylum nous proposent quant à eux un retour aux sources avec Bigfoot, énième variation autour du mythique homme singe des bois (sasquatch pour les puristes) qui vient ici perturber un festival dans la cambrousse américaine. Et attention, pas n'importe quel festival, puisque s'y produit notamment Alice Cooper sur une scène digne d'une kermesse de classe de CM1! Sur fond de message écolo, on y voit un Bigfoot 100% numérique commettre l'impensable: balancer un chiotte chimique sur la tronche d'un festivalier lambda.

Hasard du calendrier (ou manque d'inspiration généralisé), une autre récente production également baptisée Bigfoot –mais sous-titrée The Lost Coast Tapes– évolue également en terrain forestier et velu, mais cette fois-ci en mode plus «sérieux» puisque le film épouse la forme surexploitée du found footage à la Projet Blair Witch ou Paranormal Activity. On suit donc les mésaventures filmées caméra à l'épaule d'une équipe partie tourner un docu sur la bête dans les bois. Canular ou vraie bestiole? Tant qu'ils se font buter un par un et si possible pas hors champ, peu importe.

A.H.

Alexandre Hervaud
Alexandre Hervaud (231 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte