Culture

Slate.fr-Les tablettes n°11: le tabac a-t-il un avenir?

Temps de lecture : 2 min

Le tabac, ça pue, ça tue, mais c'est aussi une question fondamentale de libertés individuelles. Pour sa onzième livraison, l'hebdo thématique pour tablettes de Slate.fr se pose la question de l'avenir de ce vice dans une société de toutes les vertus...

La Une du onzième numéro de Slate.fr-Les tablettes
La Une du onzième numéro de Slate.fr-Les tablettes

La cigarette n’a sans doute plus beaucoup d’avenir comme addiction de masse, du moins dans les pays où elle est déjà bannie des lieux publics et regardée de travers dans les espaces privés.

D’aucuns envisagent d’ailleurs sa disparition totale d’ici à 2050, même si c’est typiquement le genre de prédiction qu’il convient de prendre avec des pincettes –un peu comme celles des futurologues des années 1920 qui nous imaginaient tous en voiture volante à l’orée du troisième millénaire.

Comme une vieille Gitane sans filtre, cette perspective hygiéniste laisse pourtant un goût un peu amer à la bouche. La clope, la cause est entendue, c’est crade, ça pue et c’est mauvais pour la santé.

Mais l’idée qu’il soit légitime d’éradiquer une mauvaise habitude au seul prétexte qu’elle serait, justement, une mauvaise habitude met le libéral mal à l’aise (y compris le libéral non-fumeur).

La possibilité, pour les amateurs d’air pur, d’échapper à ces petites centrales à monoxyde de carbone qui s’achètent par paquets de vingt est indiscutablement une avancée de nos sociétés; la prohibition serait un sacré recul.

(La discussion se poursuit sur vos tablettes!)

Hugues Serraf

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters