Handball: Cesson-Montpellier, le match en live commenté avec le (faux) procureur

Nikola et Luka Karabatic lors du match de 1ere division de handball entre le PSG et Montpellier à Paris le 30 septembre 2012, REUTERS/Regis Duvignau

Nikola et Luka Karabatic lors du match de 1ere division de handball entre le PSG et Montpellier à Paris le 30 septembre 2012, REUTERS/Regis Duvignau

Les Montpelliérains ont-ils laissé filer la première période du match contre Cesson? Nos experts livrent leur analyse technique, avec les commentaires fictifs d'un procureur-commentateur sportif.

Le juge d’instruction qui enquête sur le match de handball Cesson-Montpellier, soupçonné d’avoir été truqué, a décidé vendredi 1er mars de nommer un expert comportementaliste pour «vérifier l'hypothèse d'une entente entre les joueurs visant à influencer le résultat du match à la mi-temps», selon le Midi Libre. Un travail que Slate.fr avait effectué en octobre dernier, et que voici.

Nous aussi, on a décidé de refaire le match Cesson-Montpellier du 12 mai 2012, qui voit plusieurs joueurs héraultais soupçonnés d’avoir truqué la première mi-temps pour empocher la mise sur des paris réalisés dans le réseau de la Française des jeux.

Le deal: être menés à la pause contre le club breton. Sur les dix joueurs entendus dans le cadre de l'enquête, cinq n’étaient pas sur le terrain ce soir là, car blessés (les frères Karabatic, Mladen Bojinovic, Vid Kavticnik et Samuel Honrubia).

Nous allons donc comparer les performances entre les deux mi-temps des deux gardiens de but Mickaël Robin (n°1) et Primoz Prost (n°16) et des joueurs de champ Wissem Hmam (n°88), Dragan Gajic (n°30) et Issam Tej (n°6).

Petit rappel du contexte: Montpellier est champion de France depuis une semaine et Cesson-Sévigné se maintient s’il gagne la rencontre. Nous vous proposons un commentaire du match ponctué d’interventions (fictives) du procureur.

Avant match. L'atmosphère est chaude dans la salle du Liberté de Rennes pour ce match décisif de la 24e journée. 4.000 places ont trouvé preneur. Cesson n'a jamais battu Montpellier en sept confrontations entre les deux clubs.

Première période

1re minute, 0-0 L’engagement est donné par Montpellier.

Le procureur: La première passe est une balle nonchalante en cloche, une parodie de handball. Les joueurs de Montpellier tapent dans la main de leurs adversaires d’un air entendu pendant les premières secondes du match: il y a 14 joueurs d’une même équipe sur le parquet synthétique.

2e minute, 1-0 Cesson 1er but en contre-attaque de Cesson.

Le procureur: Le gardien montpelliérain Mickaël Robin est fantomatique face à ce tir difficile à 6 mètres.

Vous vous êtes déjà pris, vous, un tir à bout portant?

2e minute Contre-attaque de Cesson stoppée par Mickaël Robin. Belle parade du portier, longtemps blessé cette saison, en face-à-face contre l'ailier Benoît Doré.

3e minute, 2-0 Cesson 3 attaques, 3 pertes de balle pour Montpellier. But de Cesson sur montée de balle rapide. Les Bretons découpent tout ce qui passe devant eux en défense. L'impact physique est de leur côté, ils jouent leur peau en D1.

Le procureur: Les Héraultais ne jouent pas le jeu!

Les entrées de match sont souvent compliquées, d'autant plus que la base arrière montpelliéraine est plutôt expérimentale. Sans oublier que Michaël Guigou, aligné au poste de meneur de jeu, a vécu une saison polluée par les blessures et le manque de rythme.

3e minute Gajic sur son aile n’a pas encore eu de coup à jouer.

Le procureur: Le Slovène reste planté au point de corner, il ne veut pas prendre part au jeu!

C’est le rôle d’un ailier d’écarter la défense.

3e minute, 2-1 Cesson But de Montpellier sur attaque placée.

4e minute, 3-1 Cesson Première attaque placée de Cesson et but.

Le procureur: Lanfranchi était étrangement seul à 6 mètres dans le coeur de la défense.

5e minute Tir dans les nuages d'Accambray, international français de Montpellier.

Le procureur: Les Montpelliérains se sont donnés le mot ou quoi?

Le colosse Accambray, 24 ans, est encore assez irrégulier: capable de tout emporter sur certains matchs, sa réussite au tir est d'autres fois beaucoup plus terne.

7e minute, 4-2 Cesson Le consultant de la télévision bretonne souligne que la défense locale empêche bien le décalage de se faire pour Gajic.

Le procureur: Il ne connaît rien au hand!

Il s’agit d'Ali Kada, conseiller technique sportif de la Ligue de Bretagne de handball. Pas un amateur.

9e minute, 5-4 Cesson Interception de Gajic et but en contre-attaque.

Le procureur: Il joue en marchant!

En même temps la défense ne revient pas...

11e minute Le match manque de rythme, une phase de rodage normale en début de rencontre. Canayer demande à ses joueurs de «lâcher leurs coups». Il n’est pas satisfait.

11e minute Arrêt de Lemonne, aidé par son poteau face au pivot héraultais.

Le procureur: Hmam sort à chaque attaque, il ne veut pas marquer!

Il n’est pas rare en hand de préserver un bon défenseur en ne lui faisant pas jouer les attaques, comme Dinart en équipe de France. Il ne va pas faire jouer Guigou, demi-centre en attaque, en défense sur la base arrière... Trop frêle.

14e minute Les commentateurs bretons soulignent que les internationaux montpelliérains ont levé le pied à l’entraînement en vue des JO, le championnat étant acquis.

Jeu passif sifflé contre Montpellier, Cesson rate la contre-attaque.

Le procureur: Même l’arbitre le dit!

16e minute, 7-7 Temps mort pour Cesson. Montpellier manque de conviction dans ses intentions, Cesson pourrait mener si les joueurs ne rataient pas autant de tirs (4 tirs «immanquables» ratés).

17e minute, 8-7 Cesson Cesson reprend tout de suite l'avantage grâce à une minasse pleine lunette de son arrière droit.

Le procureur: Les défenseurs héraultais sont apathiques!

Certes, cela manque de volume. Les joueurs de Patrice Canayer sont beaucoup trop collés à leur ligne des 6 mètres. Ils laissent trop de champ aux tireurs adverses. En face, Cesson est beaucoup plus agressif.

20e minute Lemonne sort le pénalty de Gajic.

Le procureur: C’est scandaleux, une vraie faute professionnelle

22e minute, 12-10 Cesson But de Gajic sur pénalty. Quelques instants plus tard, le Slovène se prend une exclusion de 2 minutes pour une faute peu évidente, un tirage de maillot. Il n'est pas content.

24e minute. Temps mort demandé par le coach de Montpellier. Cesson mène 12-10.

Réduits à un joueur de moins, les Héraultais n'y arrivent pas. Cette équipe manque d'arrières de métier. En ce moment, ce sont Guigou, Hmam et Grébille qui occupent les trois postes. Pas vraiment les premiers choix de Patrice Canayer, qui préférerait compter sur Nikola Karabatic, Vid Kavticnik ou encore Mladen Bojinovic, absents ce soir.

27e minute, 14-10 Tir manqué à l’aile de Gajic. Pénalty arrêté par Robin dans la foulée.

28e minute, 14-11 Gajic se reprend en marquant son penalty.

30e minute Dernière action, Gajic rate une contre-attaque qualifiée d’«immanquable» par le procureur de Montpellier, Brice Robin, en conférence de presse.

Le procureur: Ce joueur fait preuve d'une terrible nonchalance!

Les Montpelliérains restent à trois longueurs des locaux à la pause (15-12).

Mi-temps, Montpellier fait une mauvaise première mi-temps. L’équipe n’y est pas et il est difficile de ressortir des individualités. Le coach cessonais David Christmann souhaite mieux défendre sur Issam Tej, le pivot «sudiste» (terme des commentateurs bretons), qui a été remuant.

Cesson marche sur les pas de Nîmes, mal classé ayant battu le champion à la maison deux semaines plus tôt. N'ayant plus leur invincibilité de la saison à défendre, les Héraultais sont-ils déjà en vacances dans leurs têtes? Le consultant rappelle que Montpellier n'a pas gagné un match à l'extérieur depuis la mi-mars.

Seconde période

La deuxième mi-temps n’a pas fait l’objet de paris suspects. Elle nous permet donc de comparer la performance des joueurs de Montpellier.

A la reprise, Patrice Canayer décide de changer de gardien. Rien ne permet de dire s’il s’agit d’une sanction pour Robin. Prost finit le match à 6 arrêts sur 22 tirs (27,3% de réussite) contre 6 sur 21 pour Robin (28,6%) en première mi-temps... Si Robin est en dessous de sa moyenne de la saison (31,1%), Prost l'est encore plus, avec 10 points de moins que sa moyenne de 37,5%.

Hmam, Tej et Gajic restent sur le terrain. Hmam joue les attaques. (Le procureur: Normal! Maintenant il peut marquer!). Le coach héraultais n’a pas le banc pour faire tourner en raison des absences.

Après un bon début de seconde période (adossé notamment aux arrêts du gardien Prost), Montpellier baisse ensuite en intensité. Comme en première période, l'écart ne dépasse pas les trois buts, et le match se décante dans les 5 dernières minutes. Pris par la défense individuelle de deux joueurs de Montpellier, les Bretons insistent autour d’un Hmam un peu pataud et finissent par creuser définitivement l'écart. Score final: 31-28.

Les performances

Concernant les joueurs incriminés, Prost n’a pas joué en première mi-temps mais n’a pas fait mieux que Robin en deuxième. Tej fait une partie assez bonne de bout en bout, sans rupture de rythme entre la première et la deuxième période. Gajic, lui, est bien plus efficace après la pause (3 buts à 50% de réussite au tir en première période, 7 buts à 77% en seconde période).

Hmam, en tant que patron de la défense, a sa part de responsabilité dans les 31 buts encaissés. Ceci dit, Cesson a beaucoup marqué sur attaque rapide. Chez les joueurs non concernés par les paris douteux, Guigou a été correct et Accambray en dedans. Montpellier perd la première mi-temps de 3 buts et fait match nul sur la seconde (16-16).

Au final, un match poussif de Montpellier, qui peut s'expliquer par la démobilisation due au titre de champion, au rendez-vous des JO qui approche, et à l’absence de quatre joueurs majeurs sur blessure. Cette défaite s’inscrit aussi dans leur mauvaise série à l’extérieur depuis quelques semaines. Difficile également de repérer un joueur qui aurait délibérément «jeté» le match, même si la situation est beaucoup plus difficile à repérer qu'en foot par exemple, où les buts gag dans les matchs truqués sont légion.

Sydney Maréval et Olivier Monod

A LIRE AUSSI