Au secours Mickey!

Giuseppe de Martino, mis à jour le 07.06.2009 à 10 h 28

La semaine de Giuseppe de Martino.

Dimanche 30: chauve-souris française

J'en avais parlé ici, le concept du film de fans (des fans qui se regroupent pour réaliser un film retraçant un moment inédit de leur série culte) est en vogue. Après le Seigneur des anneaux, Batman. Fait par des Français en plus donc on ne peut pas dire qu'on ne sait pas reprendre les bonnes idées américaines.

Lundi 1er:   froid dans le dos.

J'ai été jeune, vous aussi (vous encore ?). J'ai été lycéen à Versailles, peut-être pas vous. Mais se rendre compte que ce que l'on imagine des jeunes Versaillais peut être exactement conforme à la réalité, c'est déprimant.

Mardi 2 : poil numérique

Avec les beaux jours qui reviennent, on commence à s'habiller moins et ... à mettre en ligne des vidéos naturistes. Et ça peut intéresser tous ceux qui ont visionné cette vidéo par exemple. Problème, c'est incroyablement ennuyeux : on y voit de gentils naturistes très années 80 évoluer dans des paysages fadouilles avec surtout une bande son et des commentaires insupportables de platitude. Bong sang de bois les naturistes, soyez 2.0, un peu d'énergie, de passion, de persuasion ! En même temps quand vous y allez trop fort, ça donne ça. Et on remet nos doudounes malgré les 30°.

Mercredi 3 : la Bourse ou la vie

Interlude musical bien  mérité.

Jeudi 14: US come home

A l'été 2007, les studios américains emmenés par l'immensément respectable Disney ont tapé à la porte de Dailymotion avec un discours que j'aime qualifier de «très américain» entendu comme «très pragmatique».

En effet, leur approche était la suivante : «on ne vous connait pas mais vous représentez un nouveau mode de consommation de nos films alors apprenons à nous connaitre, apprenons  ensemble à éliminer de votre service ceux de nos films que nous ne souhaitons pas à date rendre disponible sur ce service/sur Internet et surtout APPRENONS A GAGNER ENSEMBLE DE L'ARGENT». Bref ça ressemblait au très sarkozien «ensemble tout devient possible» mais c'était très tentant et très bluffant de la part d'une industrie qu'on imaginait de ce côté ci de l'Atlantique plutôt anti-internet.

Et bien, en deux mois, après des discussions certes intenses mais toujours mesurées et enrichissantes qui voyaient le géant Disney traiter le nain Dailymotion d'égal à égal, nous sommes parvenus à un accord, une charte dénommée les «UGC Principles» qui met en place quelque chose d'assez unique:  les deux industries se sont engagées à adopter des mesures précises pour lutter contre la contrefaçon sur les sites de vidéo. Notons que ces engagements étaient souscrits de chaque côté: aussi bien les sites de vidéo que les studios américains ont mis la main à la pâte pour que la charte aboutisse à quelque chose de concret. Vous pouvez lire ces engagements.

Dix-huit mois après, que les Cassandre de tous poils se taisent: ça a marché, notre coopération est efficace et en montrant de notre côté cette efficacité, nous avons été adoubés comme partenaires commerciaux de nombre de signataires des UGC Principles et ensemble, on commence à gagner de l'argent. Bon, belle histoire, non ? Mais je ne vous la raconte pas pour vous tirer de maigres larmes mais pour faire un parallèle avec ce que nous vivons en France.

En effet, fiers de la signature de notre charte, nous avons essayé de faire de même dans notre pays d'origine qui est aussi  le pays de Colbert et le paradis des associations et c'est donc une autre paire de manches. En effet, là où les américains nous avaient dit : «ne parlons de rien aux gouvernements et aux associations professionnelles du secteur, ils vont nous retarder, ils sont trop loin du business», ici on a mis en place une commission ministérielle où étaient conviées d'innombrables associations professionnelles à qui pendant 9 mois nous avons expliqué notre métier, nos craintes et nos espoirs (si, si). Ensuite, on s'est démené et on a obtenu que des UGC Principles «à la française» soient inscrits dans  le Plan Numérique 2012 (sic) et là rebelote, nouvelle commission ministérielle depuis 6 mois pour « envisager la rédaction d'une charte » avec des interlocuteurs qui voudraient que la charte soit en fait un engagement unilatéral des acteurs de l'Internet en présence du monde de la culture.

Contrepartie pour l'Internet : pas bien claire à ce stade et on va attendre encore un peu pour comprendre car la prochaine réunion de la commission est annulée. Ben oui, pas de salle disponible.... Mickey, au secours !!!! Mais on garde la foi.
Tiens ça me fait penser à ça mais joker pour qui donne les coups de poing.

Vendredi 5 : on avance sur la voie de la médiatisation

L'émergence des sites de vidéo permet, on le sait bien, une meilleure exposition publique d'évènements qui ne concernaient jusqu'à présent que des niches d'afficionados. C'est ainsi qu'on découvre avec une joie (très) dissimulée qu'il y a eu une coupe de France à Cholet du lancer de pièces et on apprend grâce aux commentaires présents sous la vidéo que l'on joue avec des pièces italiennes plus légères... Et dire que sans le web 2.0, on serait passé à côté de ça.

Par contre le web 2.0 permet aussi de découvrir de nouveaux bons concepts comme la vidéo s'inspirant d'un documentaire.... radio !

Samedi 6 : ce soir sans moi
On est samedi,  on se rappelle qu'avant le samedi, la mode c'était d'aller en boite et là d'un coup, on est content de se taper des vidéos sur Dailymotion à la place.

Giuseppe de Martino

Photo: Mickey et Minnie en costumes chinois  Reuters

Giuseppe de Martino
Giuseppe de Martino (51 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte