Life

Jean Dausset, le père méconnu des greffes d'organes

Jean-Yves Nau, mis à jour le 08.06.2009 à 18 h 35

Prix Nobel 1980 de médecine, cet immunologiste français a ouvert la voie aux greffes d'organes et de tissus devenues quotidiennes.

Jean Dausset, lauréat du prix Nobel de médecine pour une série de découvertes majeures dans le champ de l'immunologie est mort samedi 6 juin à Palma de Majorque (Espagne) où il vivait depuis plusieurs années. Il était âgé de 92 ans  L'annonce de son décès a été faite par  l'un de ces élèves, le Pr Laurent Degos, aujourd'hui président de la Haute autorité de santé. Avec Jean Dausset disparaît  l'un des derniers représentants du  petit groupe des médecins humanistes français qui - comme Jean Bernard, Robert Debré ou Jean Hamburger -  poursuivaient la tradition des Lumières  en établissant de fructueux ponts entre le XIXème et le XXème siècle.    

L'apport majeur de Jean Dausset à la science médicale aura été la découverte - il y a un demi siècle déjà - d'une entité immunlogique qui sera bientôt dénommée « système HLA » (pour « Human Leucocyte Antigen »). Il s'agit d'un système de compatibilité et d'incompatibilité similaire, quoique beaucoup plus complexe, à celui bien connu des groupes sanguins. La découverte de  l'existence de ces derniers avait permis le développement de la pratique de la transfusion sanguine. De la même manière les travaux de Jean Dausset  ont permis - plus encore que les prouesses chirurgicales réalisées durant le siècle dernier-  d'ouvrir la voie à la pratique, désormais quotidienne à travers le monde, des greffes d'organes et de tissus.

Jean Dausset  n'était pas, c'est un euphémisme, de ceux qui prenaient la parole de manière itéraive dans les médias qu'il ne goûtait guère. «J'ai compris et, peu à peu, pu prouver que les globules blancs, les plaquettes et d'une façon générale, les cellules de tous les tissus d'un organisme ont une identité chimique qui les distingue de celles des autres organismes de la même espèce. Au point d'être incompatibles entre eux»  expliqua-t-il, modestement un jour de 1980, lors de la remise du Nobel. Plus généralement ses travaux ont par la suite permis de fructueux croisementes entre les avancées de l'immunologie et celle de la génétique moléculaire. Une dynamique scientifique dont on peine encore à prendre la pleine mesure des  ouvertures qu'elle autorisera dans les prochaines décennies..

Qui, hors du cercle étroit des élèves et des intimes, connaissait  véritablement Jean Dausset ? Né le 19 octobre 1916 à Toulouse d'un père médecin il  fait sa médecine dans la capitale. Il  est nommé en 1963 chef du service « d'hémato-sérologie-immunologie » de l'hôpital Saint-Louis de Paris. Il achèvera sa carrière comme professeur au Collège de France où il est nommé en 1978. Militant actif il s'engage dans le  «Mouvement universel de la responsabilité scientifique»  qu'il préside de 1984 à 2002

On le retrouva, ces derniers temps, cherchant à faire entendre son credo, à contester les réformes gouvernementales en gestation et à défendre l'indispensable et cruciale liberté des chercheurs, notamment ceux des sciences  du vivant. Sa voix fut alors inaudible, ou presque.  Trop âgé ? Trop modeste ?  

Quelques heures après l'annonce de sa mort Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a salué «l'un des pères de la biologie moderne» qui avait « contribué à rapprocher l'immunologie et la génétique, en montrant  notamment le rôle-clef du séquençage des génomes ». C'est une de leur principales caractéristiques: les responsables politiques excellent dans les hommages qu'ils rendent aux grands hommes disparus.

Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau
Jean-Yves Nau (803 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte