Life

Kate Middleton topless: depuis quand faut-il cacher ce sein...?

Brian Palmer, mis à jour le 21.09.2012 à 16 h 31

Les photos des seins de Kate Middleton auraient été socialement acceptables... à une autre époque.

Un défilé en 2007. REUTERS/Marcelo del Pozo

Un défilé en 2007. REUTERS/Marcelo del Pozo

Mardi 18 septembre, un juge français a ordonné au magazine Closer de restituer les photos montrant Kate Middleton, duchesse de Cambridge, seins nus. Les avocats du magazine ont avancé sans succès que ces clichés n’étaient pas une atteinte à la vie privée car les seins nus ne sont plus un tabou en Europe.

Depuis quand montrer ses seins est-il devenu tabou dans la civilisation occidentale?

Probablement depuis 3.000 ans environ. On voit des femmes aux seins nus dans des œuvres minoennes datant de 1.500 ans av. J.-C.

Certains historiens pensent que ces femmes de l’Antiquité ne découvraient leur poitrine qu'à l'occasion de rituels religieux –les déesses plantureuses dépoitraillées ont fait l’objet de cultes depuis l’aube de la civilisation– mais certaines œuvres d’art dépeignent des activités quotidiennes, laissant penser que les seins nus ont pu alors avoir été monnaie courante.

De l’autre côté de la Méditerranée, les femmes de l’Egypte antique portaient des robes élaborées qui pouvaient soit couvrir la poitrine, soit la découvrir, en fonction du caprice de leur créateur.

Au cours des siècles qui suivirent, les seins devinrent des parties strictement intimes.

Dans l’antique Athènes, au milieu du premier millénaire av. J.-C., les femmes portaient plusieurs épaisseurs de robes fluides qui dissimulaient la forme de la poitrine. La tenue spartiate était plus osée, car elle exposait la cuisse, mais les seins restaient toujours cachés.

Une série de sculptures suggère que même les déesses grecques sont devenues plus pudiques à cette époque.

L'Aphrodite de Cnide, sculptée par Praxitèle d’Athènes au IVe siècle av. J.-C., présente la déesse nue couvrant son sexe mais laissant ses seins exposés. Or sur les copies sculptées dans les siècles qui suivirent, elle utilise son autre main pour se cacher un sein.

Une société de plus en plus patriarcale

A en croire l’évolution de ces Venus pudica sculptées, les anciens en étaient arrivés à la conclusion que la pudeur exigeait de cacher ce sein qu’ils ne voulaient plus voir.

On ne sait pas exactement pourquoi les seins nus sont tombés en disgrâce dans la Grèce antique, mais certains historiens pensent que l’on peut établir un lien avec l’évolution du rôle des femmes.

Au fil des siècles, la Grèce antique se transforma en une société de plus en plus patriarcale. Les femmes se retirèrent dans leurs foyers, se montrant rarement en public, et vivaient sous la férule de leurs pères ou de leurs maris.

Parce les seins étaient depuis longtemps un symbole de fertilité féminine, il fallait qu’ils échappent aux regards.

Sous l’influence de la Bible et des traditions de l’Antiquité grecque et romaine, les femmes occidentales ont dissimulé leurs seins sous de larges atours pendant plus d’un millénaire.

L’aristocratie française fut la première à remettre ce tabou en question. Au XIVe siècle, les décolletés commencèrent à devenir plongeants et les vêtements à se rapprocher du corps, révélant la forme du sein.

Au XVe siècle, Agnès Sorel, maîtresse du roi français Charles VII, choqua la cour en apparaissant sur un tableau un sein à l'air.

On raconte que les femmes les plus provocatrices de Venise et d’Angleterre déambulaient dans les rues sans le haut au siècle qui suivit. Certains documents suggèrent même que la reine Elisabeth I en personne exhibait tout ou partie de ses seins devant ses hôtes, ce qui, si cela se révèle vrai, pourrait consoler la jeune duchesse de Cambridge.

Mais cette vogue ne dura pas, et l’interdiction généralisée de se dépoitrailler dans la société européenne s’enracina de nouveau dès le XVIIe siècle.

Brian Palmer

Traduit par Bérengère Viennot

L’Explication remercie Marilyn Yalom, auteur de A History of the Breast et du livre à paraître How the French Invented Love: Nine Hundred Years of Passion and Romance.

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici

Brian Palmer
Brian Palmer (157 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte