Culture

Avant-première. Ecoutez deux titres du nouveau Stupeflip

Temps de lecture : 2 min

Le groupe de hip-hop/punk/pop-hip continue à dessiner sa mythologie.

DR
DR

Parler de Stupeflip sans tomber dans des clichés comme «véritables artistes multi-facettes avec un univers authentique» constitue une gageure. Même si chaque mot de cette formule toute faite leur va à la perfection, on nagerait en pleine imposture parce que ça rendrait lisse et propre un groupe qui est sale, rugueux et cinglé.

Rien que tenter de trouver le bon terme musical pour les qualifier, c’est mission impossible. Hip-hop/punk? Oui pour certains titres, mais il y a tous les morceaux de Pop-Hip, un de leurs nombreux personnages imaginaires qui apparaît sur leurs albums pour revisiter/détruire la variété française.

Parler de leurs thèmes récurrents risque de les déservir. Stupeflip parle un peu d’enfants, un peu d’animaux morts («écoute le cri des animaux quand on les enfouis dans un sac»), beaucoup de tortures et souvent de menuiserie. Terrora - Stupeflip
Présenter leur nouvel EP, le Crou, est tout aussi casse-gueule. Chacun de leurs albums se répond, ne jamais avoir écouté Stupéflip et tomber dessus au hasard c’est un peu comme commencer le Seigneur des Anneaux par la fin des Deux Tours.

En fait, à travers la mythologie qu’ils ont créée, Stupeflip réussit à la fois à se foutre de la gueule du monde et à dire des choses profondément sincères sur le refus de travailler, l’inadéquation avec la société et la lose existentielle.

T.L.

Titiou Lecoq

Newsletters

Chanel et la danse

Chanel et la danse

La maison a noué à plusieurs reprises des liens avec la danse. Cette année, Chanel a été mécène pour le gala d’ouverture de la saison de l’Opéra de Paris et accompagne l’événement avec des podcasts. Conversations avec Aurélie Dupont, Diana Vishneva, Kate Moran et Ohad Naharin.

«The House That Jack Built», diabolique comédie

«The House That Jack Built», diabolique comédie

Le nouveau film de Lars von Trier est une fable horrifique qui, aux côtés d'un tueur en série aussi ingénieux que cinglé, interroge la place de la violence dans la vie et dans les arts.

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Ce qui m'a frappée, c'est la grandeur des lieux destinés à loger des préfets seuls»

«Le territoire de la Drac Basse-Normandie est à l'origine de la commande, raconte la photographe Céline Clanet. Le but de la mission était de réaliser une série photographique sur les logements de fonction des trois préfets de Basse...

Newsletters