iPhone 5: avec son nouveau port, Apple se fiche de notre pomme

Les derniers iPhone et iPod ont un nouveau port qui nécessite un adaptateur pour les connecter à tous vos accessoires. Vendu 29 dollars par Apple, bien sûr...

L'iPhone 5

- L'iPhone 5 -

Sur toute la Toile les ronchons et les contempteurs d’Apple affirment qu’Apple n’a rien révélé de particulièrement innovant ou surprenant lors de sa récente présentation de l’iPhone 5 à San Francisco. Rien n’est plus faux. Déjà, parce que cet iPhone est le premier à s’appeler iPhone 5. C’est donc le premier iPhone avec un chiffre plus grand que 4. Osez prétendre que ce n’est pas une avancée majeure.

Surtout, cette année, Apple a décidé de frapper un grand coup et de produire le «meilleur iPhone jamais sorti» comme l’ont asséné toute une farandole de responsables de chez Apple sur scène, mercredi. Bon, d’accord: ces mêmes gens avaient dit la même chose l’an dernier lors de la sortie de l’iPhone 4S, en 2010 lors de la sortie de l’iPhone 4 et même lors de chaque sortie d’iPhone. Mais cette année, ils ont particulièrement insisté sur ce point  bien qu’à mon avis, ils n’en pensent pas un traitre mot.

Pétard mouillé

L’iPhone 5 est le premier iPhone à être équipé d’un écran de 4 pouces, plus grand, donc que l’écran de 3,5 pouces des anciens iPhones. Alors, allez vous me dire: «qu’est-ce qu’un écran de 4 pouces va m’apporter?» Vous n’allez pas le croire: quand vous ouvrez une application conçue pour le grand écran de l’iPhone 5, vous pouvez voir davantage de choses que sur l’écran plus petit des anciens iPhones.

Votre calendrier s’étend par exemple sur 5 jours, au lieu de trois auparavant. Quand vous ouvrez une nouvelle application, comme celle de CNN, vous pouvez voir plus de sujets sans avoir besoin de dérouler. Quand vous cherchez un restaurant dans OpenTable… et bien vous voyez plus de restaurant apparaître qu’avant. C’est grâce à ce genre d’avances majeures qu’Apple rappelle à tous qu’il n’est pas devenu ce qu’il est en se reposant sur ses lauriers.

Vous me trouvez dur? Je le suis probablement. Voilà ce qui arrive quand –malgré les promesses de garder un secret total- Apple fait fuiter tous ses secrets un peu trop tôt. Tout ce qu’il y avait à savoir sur le nouvel iPhone ayant déjà largement fuité, la présentation a globalement fait l’effet d’un pétard mouillé.

Pour être honnête, l’iPhone 5 est un instrument particulièrement impressionnant. Si vous êtes en quête d’un nouveau téléphone, vous devriez sérieusement envisager de l’acquérir. (Mais si votre iPhone 4S vous donne entière satisfaction, je ne vois aucune raison valable de passer à celui-là). Malgré son écran plus large, l’iPhone 5 est l’iPhone le plus léger et le plus fin jamais mis sur le marché et la différence est palpable.

J’ai pu le manipuler quelques minutes à l’issue de la présentation à la presse et j’ai été réellement confondu par sa finesse, comparée aux anciennes versions de l’iPhone. J’adore également la coque de ce nouveau téléphone, en aluminium. L’iPhone 5 semble plus solide que les anciennes versions et il est, en effet, sans doute moins fragile. Voilà sans doute un téléphone qu’il ne sera pas nécessaire de conserver dans une coque de protection – si cela se vérifie, sa faible épaisseur et sa légèreté ne seront pas de vains mots.

Problème de port

Je n’ai qu’une seule réserve –et de taille– à l’égard de ce nouvel iPhone. Il s’agit de son nouveau «dock connector» - ce petit machin qui permet de connecter votre iPhone à ses accessoires. Ce nouveau port, que l’on trouve également sur les nouveaux modèle d’iPod présentés par Apple aujourd’hui, est bien plus petit que l’ancien connecteur qu’Apple a intégré sur presque tous les iPod, iPhone et iPad depuis 2003.

Apple a principalement décidé de changer de connecteur car l’ancien était trop gros – il n’y a tout simplement plus assez de place sur les nouveaux appareils d’Apple pour y coller l’ancien port. Mais Apple affirme que ce nouveau connecteur a d’autres avantages. Il est ainsi possible d’y connecter un câble dans n’importe quel sens, contrairement à l’ancien connecteur, qui ne pouvait être utilisé que dans un seul sens. La connectique même a été revue, ce qui pourrait permettre, à l’avenir, des transferts plus rapides de données. (Est-il d’ores et déjà plus rapide que l’ancien ? La chose demeure pour l’instant mystérieuse.)

Je comprends qu’Apple ait choisi de changer son connecteur. Mais il faut reconnaître que ce changement n’est pas neutre. Comme bon nombre d’utilisateur de ce charmant gadget, j’ai, au fil des années, accumulé tout un tas d’accessoires qui peuvent être branchés sur l’ancien port de connexion.  A commencer par ma voiture (un ancien connecteur se trouve en permanence dans ma boîte à gants) et mon réveil. Je possède également un bon nombre de cordons de chargement, dispersé dans toute ma maison,  qui me permettent de recharger ou d’alimenter mon iPad et mon iPhone où que je me trouve.

Tout ce matériel –soit des dizaines de millions d’accessoires – sont rendus obsolètes. La seule manière de connecter les nouveaux iPhone et iPad à des accessoires disposant de l’ancien système de connexion est d’acheter un adaptateur assez laid. Apple vous le vend pour 29$, une curieuse façon de remercier les clients fidèles.

Ce n’est pas la première fois qu’Apple donne le coup de grâce à des technologies que la firme tient pour obsolètes. Dans les années 1990, Apple avait ainsi fait disparaitre le lecteur de disquettes de ses iMac alors que bon nombre de personnes continuaient de stocker des données sur ces disques. Le premier MacBook Air ne possédait ni lecteur DVD ni port Ethernet. Si de telles omissions pouvaient être frustrantes sur le coup, elles étaient défendables,  car Apple ne faisait alors que suivre la tendance générale. Chacun savait que les disques souples et les médias optiques allaient atteindre, tôt ou tard, leur point d’obsolescence; Apple était juste en avance sur les autres fabricants.

Pourquoi pas un port USB plutôt?

Il est difficile de défendre l’introduction de ce nouveau connecteur avec de mêmes arguments. En l’espèce, Apple ne fait que remplacer un standard dont elle détient le brevet par un autre standard dont elle est propriétaire, ce qui n’aura pour seule conséquence que d’emmerder les utilisateurs pour des bénéfices proches du néant. Si Apple considérait vraiment que son connecteur était trop gros pour ses nouveaux appareils, pourquoi la firme ne les a pas tous remplacés avec le standard de toute l’industrie technologique: l’USB ? Ce système de connexion existe sous bien des formes dont une (le micro-USB) que l’on trouve à présent sur presque tous les autres téléphones du monde.

C’est vrai, l’USB n’est pas réversible: on ne peut le connecter que dans un seul sens. Mais à part cela, il aurait pu fonctionner tout autant que le nouveau connecteur Apple, avec le bénéfice supplémentaire d’être universel. Si Apple avait adopté l’USB, le monde s’en serait trouvé changé: tous les téléphones du monde auraient utilisé le même connecteur de chargement.

On aurait ainsi pu, de manière tout à fait standard, brancher n’importe quel appareil à n’importe quel autre –votre iPad a votre téléviseur, quelle qu’en soit la marque ou le modèle, votre i-Phone à un appareil photo, vous permettant de récupérer instantanément vos photographies, et ainsi de suite.  Surtout, l’USB étant un standard ouvert, les fabricants d’accessoires n’auraient plus eu besoin de l’accord d’Apple pour proposer de nouveaux accessoires.

Nous sommes des caisses enregistreuses

Ce dernier point explique sans doute pourquoi Apple n’a pas souhaité adopter le port USB. En introduisant un connecteur dont il est propriétaire, Apple continue de chapeauter le marché juteux des accessoires. Apple pourra ainsi à la fois exiger des fabricants qu’ils lui paient des droits d’utilisation de son connecteur, mais également interdire la mise sur le marché d’accessoires dont il ne veut pas. Et dans un futur peut-être pas si lointain, Apple pourra une nouvelle fois semer la pagaille dans toute l’industrie en changeant, une nouvelle fois, de connecteur.

Ce nouveau connecteur, pour ennuyeux qu’il soit, n’aura certainement aucune conséquence néfaste sur les chiffres de vente de l’iPhone 5. Mais il n’en demeure pas moins bidon et, surtout, révélateur de l’idée que se fait Apple de ceux qui achètent ses produits: des caisses enregistreuses. Alors non, le nouvel iPhone n’est pas le meilleur iPhone jamais produit. S’il l’était, il n'arnaquerait pas les clients fidèles d’Apple.

Farhad Manjoo

Traduit par Antoine Bourguilleau

Devenez fan sur , suivez-nous sur
 
L'AUTEUR
Farhad Manjoo, ancien chroniqueur high-tech à Slate.com, est désormais au Wall Street Journal. Vous pouvez toujours le suivre sur Twitter @fmanjoo Ses articles
TOPICS
PARTAGER
LISIBILITÉ > taille de la police
SLATE CONSEILLE
D'autres ont aimé »
Publié le 14/09/2012
Mis à jour le 14/09/2012 à 9h51
31 réactions