France

Bayrou «a accusé sans le dire» Cohn-Bendit de pédophilie

Temps de lecture : 2 min

Le débat politique tourne au pugilat

L'émission «A vous de juger» présentée par Arlette Chabot et diffusée sur France 2 jeudi 4 juin était censée proposer aux Français un dernier grand débat politique pour «donner aux électeurs envie de voter» aux élections Européennes. Pas sûr que l'objectif a été atteint vu le niveau des débats et les attaques personnelles qui ont dominé le débat.

François Bayrou a ainsi lancé à Daniel Cohn-Bendit «Je trouve ignoble, moi, d'avoir poussé et justifié des actes à l'égard des enfants que je ne peux pas accepter», après avoir accusé le candidat d'Europe-Ecologie d'avoir avec Nicolas Sarkozy «des relations amicales, sympathiques, formidables. Réponse de l'intéressé : «Ce genre de jeu, devant les citoyens, eh bien mon pote, je te dis, jamais tu ne seras président de la République, parce que t'es trop minable.»

«Il a dépassé les limites, il a pété les plombs, a continué M. Cohn-Bendit après l'émission. Il m'a accusé sans le dire de pédophilie pour un texte d'il y a vingt-cinq ans.»

«Les autres participants n'ont pas été en reste» note Le Monde. Jean-Luc Mélenchon a lancé un «Allez au diable» à Arlette Chabot, Marine Le Pen a insinué avec François Bayrou que le dernier sondage TNS-Sofres était commandé par l'Elysée et Philippe de Villiers a reproché à Daniel Cohn-Bendit d'avoir des millions de morts sur la conscience.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr

Newsletters

Retrait des voyageurs

Retrait des voyageurs

Site classé

Site classé

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

Jacques Chirac, l'homme qui n'assumait pas d'être de droite

On a voulu faire passer l'ancien président pour un radical de Corrèze mais son inconscient est de droite. Pour le meilleur et pour le pire.

Newsletters