Médias

Un prince russe propriétaire de «France-Soir»

Temps de lecture : 2 min

Le Citizen Kane russe

Le 16 janvier 2009, Alexandre Pougatchev est devenu propriétaire de «France-Soir». Fils de Sergueï Pougatchev, surnommé «le banquier de Poutine», ce jeune homme russe francophile de vingt-quatre ans estime pouvoir ressusciter «le journal de Pierre Lazareff». Mais quant à ses réelles motivations, le mystère demeure entier.

Que vient donc faire ce fils d'oligarque russe à la tête de «France-Soir», emblème d'une presse française en crise? Les réponses à cette question semblent dépendre du crédit que l'on accorde aux déclarations de l'intéressé. «Sous l'URSS, les services de renseignements envoyaient leurs agents à l'Ouest pour soudoyer des journalistes», rappelle le politologue Dimitri Orechkine. «Aujourd'hui, ils préfèrent acheter des journaux pour relayer les positions du Kremlin.»

«Tout cela, c'est du pur fantasme», rétorque Pougatchev. «J'aime la France, et «France-Soir» est une grande marque de la presse française, qui avait besoin d'un investisseur pour se relancer. J'ai étudié le dossier et proposé à mon père de relever le défi.» Ce qui est sûr c'est que ce petit prince russe, apprenti patron de presse, a de grandes ambitions pour «France-Soir» et personne ne semble vouloir remettre en cause sa détermination.

Lire l'article complet sur Les Echos.

(Photo du film Citizen Kane d'Orson Welles)

Newsletters

«Monsieur le Premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

«Monsieur le Premier ministre, il y a urgence à sortir de cette spirale délétère pour la démocratie»

[TRIBUNE] Une quarantaine de sociétés de journalistes et de rédacteurs de la presse nationale, régionale, de l'audiovisuel et du web demandent le retrait des articles 21, 22 et 24 de la loi sur la Sécurité globale.

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

«Nous n'accréditerons pas nos journalistes pour couvrir les manifestations»

[TRIBUNE] Les directions de nombreuses rédactions françaises réaffirment leur attachement à la loi de 1881 sur la liberté de la presse et leur vigilance quant à sa préservation.

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

«Hold-up», ou comment faire une bonne théorie du complot

Le documentaire qui laisse entendre que le Covid-19 serait une machination des élites visant à éliminer une partie de l'humanité obéit à des règles narratives communes aux récits complotistes.

Newsletters