Monde

Vous voulez intégrer le Ku Klux Klan? Prière de remplir ce formulaire

Brian Palmer, mis à jour le 10.08.2012 à 12 h 30

Comment ne pas échouer à l'épreuve d'admission.

Wade Michael Page sur cette photo non datée de la page Myspace de son groupe «End Apathy», un groupe de «hatecore». Wade est le meurtrier présumé de six sikhs dans un temple du Wisconsin, lundi. REUTERS/myspace.com/

Wade Michael Page sur cette photo non datée de la page Myspace de son groupe «End Apathy», un groupe de «hatecore». Wade est le meurtrier présumé de six sikhs dans un temple du Wisconsin, lundi. REUTERS/myspace.com/

Lorsque Wade Michael Page (l'auteur présumé de la fusillade du temple sikh du Wisconsin, Etats-Unis) a été renvoyé d'un magasin Harley Davidson en 2004, ses employeurs ont retrouvé un formulaire d'adhésion du Ku Klux Klan sur son bureau. En quoi consiste ce formulaire?

On vous demande votre nom, votre adresse, et le nom des sociétés secrètes dont vous êtes membre. Les formulaires du KKK varient en fonction des branches de l'organisation, mais la plupart d'entre eux s'ouvrent sur des questions habituelles, semblables à celles des formulaires pour cartes de fidélité (coordonnées, âge, statut matrimonial). Les questions qui suivent sont propres aux organisations extrémistes blanches.

On demande généralement au postulant s'il a déjà fait partie des forces de l'ordre ou s'il a travaillé pour le gouvernement —et ce à quelque titre que ce soit. Il doit réaffirmer sa foi chrétienne et son appartenance à la «race blanche»; jurer qu'il n'appartient à aucune autre société secrète, à commencer par la franc-maçonnerie (certains théoriciens du complot —et notamment les membres du KKK— pensent que les maçons ont pour projet de prendre le contrôle du gouvernement et de corrompre la chrétienté).

Certains formulaires contiennent également cette question: «Estimez vous que tous les hommes sont créés égaux?». Si vous souhaitez rejoindre les rangs du Klan, mieux vaut répondre «non». Il arrive que les sites web extrémistes utilisent cette technique. La question apparait soudainement dans un pop-up, et les internautes qui cliquent sur le «oui» ne peuvent accéder au site.

Un système pas très sélectif

La plupart des formulaires du Klan demandent au postulant de préciser son sexe. On pense généralement que l'organisation est presque exclusivement réservée aux hommes; en réalité, elle compterait environ 30% de femmes. Les photos de pique-niques (entre autres évènements) organisés par le Klan indiquent que les femmes sont particulièrement actives au sein de l'organisation. (Certaines organisations extrémistes, dont plusieurs groupes de skinheads néonazis, ne permettent pas aux femmes de rejoindre leurs rangs, mais elles disposent souvent d'associations parallèles qui les acceptent en leur sein).

Personne ne connaît précisément le taux d'acceptation des postulants au sein de l'organisation, mais le système de recrutement du Klan ne semble pas réellement sélectif. Plus qu'un moyen de trier le bon grain de l'ivraie, le processus d'adhésion permet avant tout aux sections locales du KKK de récolter des fonds (à raison d'environ 20 dollars par postulant).

Les skinheads et les gangs de prisonniers racistes sont nettement plus regardants —si l'on peut dire. Les postulants doivent accomplir une période d'essai d'un an, pendant laquelle on leur demande parfois d'accomplir des actes illégaux et violents; les membres de l'organisation procèdent alors à un vote. Les groupes extrémistes les plus organisés consultent les archives publiques et vérifient les antécédents criminels du postulant— notamment pour s'assurer que ce dernier n'est pas un agent de police infiltré utilisant un nom d'emprunt.

C'est dans le courant des années 1920 que le Klan a commencé à distribuer des formulaires à ses novices; l'organisation contrôlait alors plusieurs Assemblées d'Etat, et le nombre de ses adhérents avait progressivement grandi pour atteindre plusieurs millions.

Relâchement sur la couleur des yeux

A l'époque, l'esprit d'entreprise l'emportait sur le culte sur secret; le KKK adressait alors des formulaires d'adhésion frappés d'un en-tête au nom du Sorcier Impérial à toute personne ayant été recommandée par un ami ou une relation. Une enveloppe-retour affranchie (l'expédition coûtait alors 2 cents) était incluse dans le courrier.

Le formulaire du Klan a connu plusieurs transformations révélatrices. Dans les années 1920, les immigrés étaient une immense source d'inquiétude pour le Klan, et le document demandait alors au postulant si ses parents étaient nés aux Etats-Unis, et si «les principes d'un américanisme PUR» lui tenaient véritablement à cœur.

De nos jours, bien peu de formulaires s'enquièrent du lieu de naissance du candidat —et ils se soucient encore moins de celui de ses parents. La religion semblait elle aussi plus importante aux yeux du KKK d'hier. Avant la Grande Dépression, les postulants devaient répondre à une série de questions à caractère religieux («Etes vous Juif ou Gentil?»; «Etes-vous membre d'une paroisse, et si oui, laquelle?»; «Quelle est la religion de vos parents?»…).

Il va sans dire que Klan d'hier se souciait tout autant de la couleur de peau de ses membres que celui d'aujourd'hui, mais on peut tout de même noter que les questions relatives à l'origine ethnique ont été légèrement modifiées.

Le KKK avait pour principe de demander à ses nouveaux adhérents s'ils appartenaient «à la race blanche ou à une race de couleur», et les interrogeait au sujet de la couleur de leurs yeux et de leurs cheveux. Les postulants d'aujourd'hui doivent simplement préciser qu'ils sont blancs —sans plus.

Brian Palmer

L'Explication remercie Heidi Beirich du Southern Poverty Law Center et Mark Pitcavage de l'Anti-Defamation League

Traduit par Jean-Clément Nau

Brian Palmer
Brian Palmer (157 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte