Tech & internet

Le faux Twitter de Phil Spector berne la presse

Temps de lecture : 2 min

L'ancien producteur était censé twitter depuis sa cellule.

Dernier chic dans les quartiers VIP des prisons américaines: twitter en direct de sa cellule. Voilà que Phil Spector, ancien producteur magnifique reconverti dans le meurtre d'actrice de série B, se met à twitter de sa cellule de Los Angeles.

C'est en tout cas ce qu'a cru la presse du monde entier, et Slate.fr le premier. Il s'agissait en fait d'un fake, comme l'a révélé ce mercredi le faux Spector : «Je ne suis PAS Phil Spector. J'ai fait ce compte comme une blague». Le Daily Telegraph, le Daily Mirror et CNET News se sont aussi fait bernés. «Je ne pensais pas que ça irait aussi loin dans les médias», écrit le faux Spector. «Le fake, plus vrai que nature», expliquait-on sur Slate en février. On ne pensait pas le vérifier si tôt.

Ce petit épisode médiatique rappellera en tout cas aux fans de Twitter les incroyables tweets de Varg Vikernes, un métalleux norvégien emprisonné pour avoir assassiné le leader du groupe concurrent Mayhem. Il est aujourd'hui libre mais sur son compte Twitter de taulard, Vikernes avait notamment eu ce tweet définitif: «TGIF», l'acronyme de... «Thanks God It's Friday».

[Lire le fake-Twitter de Phil Spector]

(Photo : REUTERS)

Newsletters

Les réseaux sociaux sont les Frankenstein du XXIe siècle

Les réseaux sociaux sont les Frankenstein du XXIe siècle

L'ascension et la chute de Trump en sont une bonne illustration.

Un employé d'une société américaine de sécurité a violé l'intimité de centaines de clients via leurs caméras

Un employé d'une société américaine de sécurité a violé l'intimité de centaines de clients via leurs caméras

Il espionnait des femmes nues ou regardait des couples pendant qu'ils avaient des relations sexuelles.

Tiktok a supprimé des vidéos de manifestants russes à la demande du gouvernement de Poutine

Tiktok a supprimé des vidéos de manifestants russes à la demande du gouvernement de Poutine

Les partisans de l’opposant Alexeï Navalny ont appelé à manifester, samedi 23 janvier, tout en craignant une violente répression.

Newsletters