Jimi Hendrix : la théorie de l'assassinat

Slate.fr, mis à jour le 02.06.2009 à 13 h 01

La disparition d'une rock star doit être prématurée, bien sûr. Mais controversée, c'est encore mieux. Jusqu'à présent, la légende officielle racontait que Jimi Hendrix était mort le 18 septembre 1970 étouffé dans son vomi des suites d'un abus de barbituriques. Mais dans un livre à paraître, James «Tappy» Wright, un «roadie» du chanteur, assure que Hendrix a été assassiné par son manager, Michael Jeffrey.

L'assassin l'aurait tué en lui faisant ingurgiter une «poignée de pilules» qui seraient passées avec l'aide de «plusieurs bouteilles de vin dans sa gorge». Le mobile supposé ? Une sombre histoire d'assurance-vie : d'après l'auteur du livre, Jeffrey avait souscrit une assurance-vie sur Hendrix à hauteur de 2 millions de dollars.

D'après des extraits révélés par le Daily Telegraph, James Wright a recueilli ce scoop explosif un soir de biture en 1971, un an après les faits. Michael Jeffrey lui aurait alors  confié : «Je devais le faire. Jimi valait plus pour moi mort que vif. Ce fils de pute était en train de me quitter. Si je le perdais, je perdais tout». La mort de James Wright complique beaucoup la vérification de ce scoop...

[Lire l'article complet sur le Daily Telegraph]

(Photo : Jimi Hendrix en concert à Gilmore East, Reuters/Amalie R. Rotschild/The Bettmann Archive)

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte