Économie

La faillite de GM par Michael Moore

Temps de lecture : 2 min

Il y a tout juste vingt ans, le cinéaste américain Michael Moore signait un formidable documentaire, «Roger and Me», sur le déclin de l'empire GM. Il pourchassait Roger Smith, alors PDG de l'entreprise, qui venait de «restructurer» l'usine de Flint, dans le Michigan. 30.000 emplois perdus pour les voisins de Moore, lui-même originaire de Flint.


Agrandir le plan

Aujourd'hui, alors que l'administration Obama vient d'annoncer la faillite de GM, Michael Moore est retourné dans sa ville natale et celle du constructeur : «Je suis entouré d'amis anxieux pour leur avenir et celui de la ville, écrit-il dans une contribution sur The DailyBeast. 40% des foyers et des entreprises de la ville sont abandonnées. Imaginez à quoi ressemblerait une ville qui aurait presque toutes ses maisons vides?»

GM a confirmé qu'il allait fermer onze sites et en mettre trois au chômage technique. Le groupe veut passer de 62.000 ouvriers syndiqués en 2008 aux Etats-Unis à 38.000 en 2011. Michael Moore pointe, avec une «triste ironie», que la compagnie qui avait inventé l'«"obsolescence planifiée" - la décision de contruire des voitures qui tomberaient en pièces au bout de quelques années afin que le client en achète une neuve - était désormais devenue elle-même obsolète.»

[Lire l'article complet sur The DailyBeast]

(Photo: Michael Moore après avoir gagné un Oscar, REUTERS/Mike Blake)

Slate.fr

Newsletters

Suivez ces conseils si vous voulez décrocher un stage

Suivez ces conseils si vous voulez décrocher un stage

C'est de saison.

Ce que l’avion révèle de notre sens de la justice

Ce que l’avion révèle de notre sens de la justice

Une analyse des incidents à bord permet de mieux comprendre nos comportements.

Le juteux business des YouTubeurs et YouTubeuses

Le juteux business des YouTubeurs et YouTubeuses

Enfin toute la vérité sur les partenariats.

Newsletters