Life

Un peu de sympathie pour le pauvre diable de Tasmanie

Christopher Beam, mis à jour le 02.01.2010 à 11 h 54

Le Taz des Looney Tunes est-il une réplique fidèle de cet antipathique marsupial en danger de mort?

Des chercheurs ont enfin réussi à identifier l'origine de la tumeur faciale qui décime en Australie la population des diables de Tasmanie. Il s'agit d'une tumeur nerveuse qui est devenue un parasite et passe d'un diable à l'autre quand ils se battent et se mordent ce qu'ils font souvent compte tenu de leur agressivité légendaire. Une analyse génétique des tumeurs qui déciment l'espèce montrent qu'il s'agit toujours de la même et qu'elle est distincte du génome de l'animal selon une étude publiée dans le magazine Science. Reste à savoir si cette découverte n'arrive pas trop tard pour sauver cet animal devenu culte grace à Taz.

La tumeur faciale infectieuse qui a déjà tué 70% de la population des diables de Tasmanie a poussé le gouvernement australien à déclarer récemment l'espèce menacée. Le plus célèbre de ces marsupiaux carnivores, le Taz des Looney Tunes, est notoirement agressif et nerveux. En va-t-il de même des vrais spécimens du genre?

Oui, notamment à l'heure des repas. Bien que les diables de Tasmanie soient des prédateurs, principalement de wallabies, d'opossums et de wombats, ils sont avant tout des charognards. Ils se nourrissent par groupes de cinq à douze, probablement pour faciliter le dépouillement des carcasses. Mais de ce fait, chaque diable doit lutter férocement pour sa part. Quand ils mangent, les diables émettent des cris à faire dresser les cheveux sur la tête, en plus de mordre la face de leurs congénères, souvent jusqu'au sang.

La saison des amours n'est pas plus tendre. Après s'être battu pour la femelle, le mâle vainqueur traîne sa conquête par la peau du cou dans le terrier, où se déroule l'accouplement. (Pour une démonstration des combats pour la femelle, c'est ici.) Le mâle doit ensuite défendre la femelle durant les 21 jours de gestation, au cas où d'autres mâles chercheraient à lui compter fleurette durant cette période. Les petits aussi, bataillent dur dès leurs premiers jours: à chaque saison de reproduction, une femelle donne naissance à entre 40 et 50 petits, qui doivent lutter comme de beaux diables pour les quatre mamelles maternelles.

Si nombre d'animaux se battent pour la nourriture et l'accouplement, les diables de Tasmanie sont particulièrement belliqueux. Dotés d'une tête relativement grosse et de vigoureux muscles maxillaires capables de briser les os, ils détiennent la morsure la plus puissante de tous les mammifères. Alors qu'ils pèsent en moyenne 10 kilos, ils peuvent ainsi en remontrer à des animaux quatre fois plus grands qu'eux.

Hors nourriture et accouplement, les diables de Tasmanie sont passablement paisibles, passant la plupart de leur temps seuls dans leur terrier. En présence d'humains, ils manifestent une grande timidité. Quand on tente de s'approcher d'eux, soit ils détalent, soit ils restent tétanisés par la peur.

Les premiers colons européens débarqués en Australie affublèrent certainement l'animal de ce méchant surnom après avoir entendu ses cris effroyables et le bruit des os brisés pendant les repas. Le personnage animé de Taz fit son apparition en 1954, dans l'épisode des Looney Tunes Devil May Hare [«Le diable au corps»], dans lequel Bugs Bunny se débarrasse du diable de Tasmanie en lui trouvant une compagne. (La vidéo est ici.)

La tumeur faciale du diable de Tasmanie se propage aussi rapidement à cause des morsures répétées que s'infligent les animaux à la face. Découverte en 1996, la pathologie se caractérise par des lésions et des grosseurs sur la gueule. Une fois atteint, le diable de Tasmanie meurt généralement en trois mois, car la tumeur l'empêche de se nourrir.

Remerciements à Rick Janser, de la réserve biologique d'Albuquerque, et à Elizabeth Murchison, de l'université nationale d'Australie.

Christopher Beam

Article traduit par Chloé Leleu

Image de une: Diable de Tasmanie en train de manger une carcasse de lapin Tim Wimborne / Reuters

Christopher Beam
Christopher Beam (24 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte