Tech & internet

Google attend la «Wave»

Temps de lecture : 2 min

Service global de messagerie, de publication, de partage lancé par le moteur.

Selon un rédacteur de TechCrunch, rapporte le correspondant de 20minutes.fr à Los Angeles, «Google a reçu une standing ovation comme il n'en avait pas vu "depuis des années", pas même "pour Apple"». L'objet de cette transe? La présentation du nouveau service de Google, «Wave». Après Google Ocean, le géant américain semble d'humeur maritime et file la métaphore pour tenter de (re)prendre la main sur les réseaux sociaux et les services de microblogging et de publication. Qu'est-ce donc que ce Wave?

«Imaginez un service de mail, une messagerie instantanée, une page Wiki, Facebook et Twitter mélangés en un joyeux mash-up, explique Philippe Berry, le tout dans un format complètement ouvert et tirant parti du futur langage HTML 5 (pas totalement finalisé, qui permettra notamment d'insérer de l'audio et de la vidéo dans des pages web, sans avoir besoin de télécharger un plugin pour son navigateur).»

Moitié document et moitié conversation, Wave permet aux utilisateurs de partager leurs textes, vidéos, de twitter, etc... Ce système, qui pourrait faire passer les «Feeds» de Facebook pour une invention du siècle dernier, n'est pas encore en ligne. (Seule une vidéo de démonstration est prévue mais, à l'heure de ces lignes, pas encore accessible). «Wave sort du cerveau des frères danois Lars et Jens Rasmussen, à qui l'on doit déjà Google maps», rappelle 20Minutes. Selon eux, «l'email a été pensé sur le modèle du courrier classique, et les messageries instantanées sur celui du téléphone».

L'accueil de «Wave» n'a pas été unanimement accueilli, ajoute toutefois Francis Pisani. Qui reprend trois voix critiques : celle de Jordan Golson (GigaOm), qui rappelle que «Google a du mal à gagner de l'argent en dehors du search et qu'elle est connue pour lancer des produits presque à l'aveuglette avant de les laisser tomber plus souvent qu'on ne croit» ; celle de Chris Damien (Fast Company) qui terrifié par l'impact catastophique du service sur notre façon d'écrire ; et celle de Juan Carlos Perez de IDG News Service constate qui malgré tout que Wave pourrait échouer «si les gens ne comprennent pas en quoi il peut leur être utile ou s'ils ne peuvent pas être convaincus de renoncer à leurs courriels, leurs blogs, leurs messageries instantanées et autres services individuels en ligne».

[Lire les articles complets sur 20minutes.fr et Transnets]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters