Sciences Po: une short list de quatre noms pour la succession de Richard Descoings

Richard Descoings à Paris, en juin 2009 REUTERS/Philippe Wojazer.

Richard Descoings à Paris, en juin 2009 REUTERS/Philippe Wojazer.

INFO SLATE.FR Le directeur par intérim Hervé Crès, le directeur général de la Fondapol Dominique Reynié, le directeur de l’enseignement scolaire à l’Education nationale Jean-Michel Blanquer et le diplomate Gilles Andréani, qui aurait fait forte impression, sont les derniers candidats en lice. Verdict en septembre.

Ils ne sont plus que quatre en lice pour la succession de Richard Descoings, le directeur de l’Institut de sciences politiques de Paris (IEP), disparu en avril: Hervé Crès, président par intérim, normalien, Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol, think-tank proche de l'UMP), Jean-Michel Blanquer, directeur de l’enseignement scolaire à l’Education nationale, et enfin un candidat moins mis en avant qui aurait fait grosse impression par la clarté de son projet, Gilles Andréani, diplomate, magistrat à la Cour des comptes.

Ces quatre noms ont été retenus parmi vingt-six candidats par l'économiste et essayiste Jean-Claude Casanova, président du conseil d’administration de la Fondation nationale des sciences politiques, et l'ancien président de BNP Paribas Michel Pébereau, président du Conseil de direction, les deux organisations qui coiffent l'IEP.

La sélection parmi ces quatre personnalités devrait avoir lieu en septembre. Les candidats au poste avaient jusqu'au 15 juin pour se déclarer, et leur nombre n'avait pas été révélé par l'institution. La nomination du directeur de l'IEP se fait par décret du président de la République.

La Cour des Comptes devrait remettre un rapport, qu'on dit très critique, sur la gestion de Sciences Po le 12 juillet à Jean-Claude Casanova. Le Monde annonçait le 13 juin que l'enquête de l'institution de la rue-Cambon remettait «gravement en cause la gestion de l'ancienne équipe» et soulignait «notamment des avantages en nature indus», informations que la Cour s'était refusée à confirmer à l'époque auprès de l'AFP, les jugeant «très prématurées».

Si le bilan de Richard Descoings est controversé, il est aussi emblématique. Il a changé l’IEP en véritable entreprise qui compte 12.000 élèves et 3.300 maîtres de conférences pour un budget annuel de 130 millions d’euros, contre 55 millions d’euros en 2000.

Le directeur de Sciences-Po est décédé le 3 avril, à l'âge de 53 ans, d'une crise cardiaque dans sa chambre de l'hôtel Michelangelo de New York, où il était descendu pour un symposium universitaire. La cause de la mort, longtemps laissée en suspens, n'a été officialisée que fin mai par le médecin légiste.

Eric Le Boucher