Life

Éloge des cuillers en bois

Lee Havlicek, mis à jour le 02.07.2012 à 14 h 23

Comment ne pas les aimer? Elles sont pratiques. Elles possèdent une riche histoire culturelle. Et en plus elles durent toute la vie.

Three Spoons cogdogblog via Flickr CC License by

Three Spoons cogdogblog via Flickr CC License by

Dans une cuisine, peu de choses me sont réellement nécessaires. Je n'ai pas besoin de plats sophistiqués (bien que Le Creuset en fasse de très beaux), d'ustensiles extraordinaires qui ne me serviront que rarement (même si j'avais douze ans quand j'ai demandé pour la première fois un chalumeau pour Noël) ou de gadgets mono-usage comme les tranche-avocat ou les découpe-mangue (vous en avez déjà un –cela s'appelle un couteau).

En réalité, pour être à peu près sûre de pouvoir préparer un bon repas, quelques soient les ingrédients disponibles, il ne me faut qu'un peu d'ail, quelques gouttes d'huile d'olive et une cuiller en bois.

D'autres personnes auront peut-être un avis différent sur les deux premiers protagonistes d'un tel ménage à trois – mais le dernier devrait toujours être le même. Le bois est robuste, sans être trop rigide, il dure des années si ce n'est des décennies et il s'agit d'un des matériaux les plus polyvalents pour fabriquer un ustensile de cuisine. Mais malgré cela, les cuillers en bois sont visiblement tombées en disgrâce dans les cuisines familiales.

J'en vois rarement plus d'une (si ce n'est aucune) dans les forêts d'ustensiles trônant sur les plans de travail de mes amis et, dans les magasins de cuisine, le bois se fait largement distancier par d'autres matériaux. Tant de gens négligent cet outil de cuisine superbement historique et efficace, ignorant les nombreuses raisons qui font des cuillers en bois des ustensiles bien supérieurs aux autres.

Une histoire vieille de milliers d'années

Les cuillers précèdent les fourchettes de plusieurs milliers d'années, leur histoire remontant aussi loin que le Paléolithique. Les versions connues des plus anciennes étaient de simples pièces de bois servant à porter en bouche des aliments qui n'étaient pas suffisamment liquides pour être bus directement dans des bols. En anglais, on retrouve ces modestes origines dans l'étymologie du mot spoon –l'anglo-saxon spon signifie copeau.

Dès son invention, la cuiller en bois fait partie intégrante d'une quantité impressionnante de traditions culturelles. Selon Charles Panati, auteur de L'origine merveilleuse des choses de tous les jours, on a découvert des cuillers en bois aux côtés de modèles en or et en argent dans des tombes de l’Égypte antique, ce qui indique que ces objets étaient suffisamment utiles à leurs propriétaires pour qu'ils souhaitent les emporter dans l’au-delà. 

En Grande-Bretagne, à la fin du XVIIIe siècle, des cuillers en bois étaient offertes comme lot de consolation aux étudiants qui avaient eu les pires résultats universitaires; plus tard, ce fut au contraire à l'élève le plus populaire d'une classe qu'elles furent octroyées.

Encore aujourd'hui, des «prix de la cuiller en bois» sont remis (même s'il ne s'agit pas toujours de véritables cuillers) à l'équipe ayant cumulé le plus de défaites dans des sports comme l'aviron ou le rugby. Pendant tout ce temps, les cuillers en bois n'ont pas cessé de jouer un rôle prépondérant dans les cuisines du monde entier – et ce, pour de bonnes raisons.

Un ustensile de cuisine pour la vie

A l'instar de son histoire ancienne et variée, l'utilité de la cuiller en bois repose sur sa polyvalence et sa durabilité. Les cuillers en bois ne chauffent pas rapidement à en devenir brûlantes, elles ne réagissent pas chimiquement avec des aliments acides ni ne rayent les plats et les récipients comme le font leurs consœurs en métal.

Contrairement aux ustensiles en plastique, elles ne fondent pas ni ne répandent des produits chimiques ou des goûts étranges dans les aliments en cours de cuisson. Une cuiller en bois peut être utilisée pour mélanger n'importe quel plat dans n'importe quel type de récipient. Avec, on peut touiller du citron et de la menthe pour préparer un whiskey smash, éviter à des nouilles en train de bouillir de déborder et incorporer les ingrédients liquides et solides d'une pâte à pancakes.

En gesticulant avec, j'ai aussi remarqué qu'elles étaient un moyen d'exprimer ses émotions bien plus efficace que d'autres ustensiles. Une cuiller en bois dure toute la vie, elle trouve parfaitement sa place sur une cuisinière comme dans un magnifique service de table rustique et, comme Helen Mirren, elle s'embellit avec l'âge.

Et pourtant, il suffit de jeter un œil dans les magasins spécialisés (et dans la majorité des cuisines), pour voir combien les cuillers en bois sont beaucoup moins nombreuses que d'autres modèles. La représentante du service client de Williams-Sonoma, qui m'a dit qu'elle vendait avant tout des cuillers en inox, m'a expliqué que les cuillers en bois n'étaient tout simplement pas aussi populaires que leurs cousines plus voyantes et colorées.

Selon son homologue de chez Sur La Table, les cuillers les plus vendues sont en silicone. Et en visitant à plusieurs reprises et pendant plusieurs semaines la page des meilleures ventes d'ustensiles et de gadgets de cuisine d'Amazon, qui est mise à jour toutes les heures, je n'ai jamais vu une cuiller en bois figurer dans le top 10,  ni même dans le top 100.

Pourquoi les gens préfèrent-ils des cuillers qui ne sont pas en bois? Les cuillers en bois suscitent certaines inquiétudes, mais aucune d'elles ne tient la route.

Les mythes de la cuiller en bois

Par exemple, nombreux sont ceux pour qui les cuillers en bois sont un nid à bactéries et sont dès lors plus à même de contaminer les aliments que les cuillers en plastique ou en métal. Ce qui est vrai: si vous ne nettoyez pas correctement vos cuillers en bois, elles retiendront les bactéries – mais comme n'importe quel autre type de cuiller.

Laver soigneusement vos ustensiles de cuisine, qu'ils soient ou non en bois, après un contact avec de la viande, de la volaille ou du poisson crus est la seule manière d'éviter une contamination bactérienne, selon Angela M. Fraser, maître-assistant à l'Université de Clemson et spécialiste en sécurité alimentaire.

Dans les restaurants et les cuisines collectives, on désinfecte les ustensiles en bois avec du savon, de l'eau bouillante ou un mélange d'eau de javel diluée – la dernière solution étant un peu extrême pour les cuisines  familiales. 

Pour Monsieur et Madame Tout-le-monde, la façon la plus simple de désinfecter une cuiller en bois qui a touché des viandes crues est de la mettre au lave-vaisselle. Aujourd'hui, la plupart des appareils ont un rinçage final à haute température qui tue les dernières bactéries résistantes au détergent. Après le lavage, laissez vos cuillers en bois sécher à l'air libre pour vous assurer de leur parfaite propreté (des torchons peuvent re-contaminer le bois, sans le sécher complètement) et vous n'aurez aucune raison de craindre des maladies d'origine alimentaire.

Mais, pensez-vous, le bois ne retient-il pas le goût de certains aliments? C'est possible, mais il existe un moyen simple s'y remédier: réservez une cuiller pour les aliments salés, et une autre pour le sucré. (Faites de même avec vos planches à découper en bois, et votre tarte aux pommes ne sentira plus jamais l'oignon).

Une autre inquiétude largement exagérée au sujet des cuillers en bois: elles peuvent prendre feu. Bon, comme tout un tas de trucs qui traînent dans votre cuisine. Vous ne devriez pas laisser une cuiller près d'une source de chaleur: faites cela avec une cuiller en métal et elle vous brûlera, avec une en plastique, elle pourrait fondre. La meilleure chose à faire: éloignez vos cuillers – et la majorité de vos objets domestiques – du feu.

Le souvenir du bois

Si tous ces arguments font déjà pencher la balance en faveur des cuillers en bois, il existe aussi une raison affective et viscérale de les utiliser: le bois, c'est le réconfort d'une cuisine familiale à portée de mains – ce n'est pas le froid et la rudesse de l'inox, ni la platitude et l'absence de personnalité du plastique.

Le bois conserve les souvenirs d'une manière qui est impossible pour le métal et le plastique. Il montre des signes d'usage. Il peut changer de couleur et de texture, il s'use et vieillit, il peut même changer de forme. En regardant l'une de mes cuillers en bois, je peux voir une entaille faite lors d'une préparation agitée de Thanksgiving, la tâche sombre d'une tarte aux myrtilles estivale.

Et quand j'utilise la cuiller en bois qui a d'abord appartenu à ma grand-mère, puis à ma mère, je ne peux pas m'empêcher de penser que je cuisine en compagnie de tous les plats qu'elle a mélangés, et avec l'aide de toutes les mains qui ont fait ces mélanges.

Je ne peux pas m'empêcher de me rappeler une tradition sicilienne que suivait ma famille quand j'étais petite: lors du Samedi saint, à la veille de Pâques, les enfants s'armaient de cuillers en bois et couraient dans la maison en cognant tous les objets en bois qu'ils trouvaient sur leur passage et en hurlant une formule sicilienne qui signifie «Diable va-t-en, entre Jésus!».

Le sens religieux de cette pratique n'a jamais eu aucune importance dans la famille, mais elle a toujours été l'une de mes traditions favorites.

Difficile d'imaginer un autre type de cuiller assez puissante pour repousser Satan. De même, difficile d’imaginer un parent transmettant une cuiller en silicone à un enfant lors d'un héritage, un professeur de Cambridge agitant une cuiller en métal devant un étudiant qui vient d'échouer ou Sancho Panza, dans Don Quichotte, déclarer «Oh! que de jolies cuillers de plastique je vais faire», quand il rêve aux joies simples que l'avenir lui réserve. Il n'y a qu'une sorte de cuiller qui peut endosser tous ces rôles culturels de façon aussi évidente et modeste – et dans la cuisine, non plus, elle ne vous décevra pas.

Lee Havlicek

Traduit par Peggy Sastre

Lee Havlicek
Lee Havlicek (1 article)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte