Partager cet article

Quelles sont les différences entre le Raid, le GIPN, le GIGN et la BRI?

Des policiers rue de la République à Saint-Denis, mercredi 18 novembre. REUTERS/Christian Hartmann.

Des policiers rue de la République à Saint-Denis, mercredi 18 novembre. REUTERS/Christian Hartmann.

La BRI et le RAID travaillent ensemble depuis le 13 novembre pour neutraliser les terroristes et arrêter des suspects dans la France entière.

Cet article a été publié en juin 2012, après la prise d'otages dans une agence CIC à Toulouse. Nous l'avons mis à jour après l'attentat meurtrier à Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015n et ceux du 13 novembre 2015 à Paris

Le vendredi 13 novembre 2015, à 22h15, la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) est la première à arriver au Bataclan. Lors de la première opération d’exfiltration, elle permet à plusieurs spectateurs de sortir de la salle de spectacle. Moins d’une heure plus tard, ses hommes sont rejoints par ceux du Raid, qui explorent les étages du bâtiment. A 0h20, l’assaut est donné: les trois terroristes font feu sur la police et décèdent en enclenchant leur ceinture d’explosifs. 

Depuis samedi matin, c’est le Raid qui a mené la plupart des opérations d’interpellations en France (Toulouse, Lyon, Strasbourg, etc), avec l'aide du GIPN, ainsi que l’assaut du mercredi 18 novembre à Saint-Denis, qui a conduit à l’arrestation de sept personnes et à la mort de deux terroristes présumés, dont une femme qui a activé sa ceinture d'explosifs au début de l'assaut.

Quelles sont les différences entre le Raid, la BRI, le GIGN et le GIPN, quatre groupements souvent présents sur les affaires chaudes? Petit rappel des attributions des quatre unités d’élite françaises.

1.Le RaidCentralisé et au-dessus du GIPN

Le Raid (Recherche, assistance, intervention, dissuasion) est créé en 1985 pour lutter contre le grand banditisme, la criminalité organisée et le terrorisme. Hormis la neutralisation de Mohamed Merah à Toulouse ou d'Amedy Coulibaly à l'Hyper Cacher de la Porte de Vincennes, on lui doit ainsi l’arrestation des membres d’Action directe en 1987, l’assaut contre les islamistes du GIA à Roubaix (le gang de Roubaix) en 1996 et celui, très médiatisé, lors de la prise d'otages de Human Bomb dans la maternelle de Neuilly en 1993.

Parmi ses missions, le Raid a également, comme l’indique son titre, la charge de la recherche d’informations sur le terrorisme, notamment les filatures. C’est pourquoi il sera à l’origine de l’arrestation d’Yvan Colonna, en 2003.

Le Raid est directement rattaché à la Direction générale de la police nationale (DGPN) et a compétence sur les 21 départements les plus proches de Paris. Il peut cependant être envoyé sur tout le territoire, comme l’a prouvé l’assaut au Bataclan le 13 novembre. Ses groupes d'intervention se composent d'une dizaine de membres, pour un effectif total d'environ 200 policiers.

Les amateurs du Droit de savoir trouveront ci-dessous un reportage dans les coulisses du recrutement des «hommes en noir», policiers qui postulent aux tests physiques communs au Raid et au GIPN... Fatigue, boxe anglaise, claustrophobie et ambiance garanties. Comme le révèle une examinatrice:

«La fatigue est un élément extrêmement révélateur. Lorsque les candidats sont à la limite de leur résistance, les masques tombent; dès lors il devient plus difficile de jouer un rôle pour séduire les évaluateurs. Les vraies personnalités, bonnes ou moins bonnes, se révèlent et c'est ce qui nous importe.»

2.La force d'intervention du GIGNLe Raid des gendarmes

Pour résumer, le GIGN est l'équivalent du Raid chez les gendarmes. Pour les puristes, la distinction porte particulièrement sur le théâtre d’intervention: la gendarmerie est meilleure en zone rurale, la police en zone urbaine – c'est pourquoi le GIGN était intervenu à Dammartin-en-Goële en janvier 2015, quand les frères Kouachi s'étaient retranchés dans une imprimerie, et n'est pas intervenu au Bataclan, contrairement au «souhait» des terroristes rapporté par un spectateur.

Autre spécificité, le GIGN est particulièrement bien entraîné pour les interventions sur avion, comme l’a attestée la célèbre intervention de 1994 à Marignane lors de la prise d'otages par le GIA des passagers du vol 8969 d'Air France.

En 2007 une réforme a regroupé le GIGN et d’autres unités d’interventions. Ce qu’on appelle la FI (Force d’intervention), composée d'une centaine de militaires regroupés au sein de quatre sections, intervient dans des situations à haut risque telles que:

– le contre-terrorisme aérien;
– le contre-terrorisme maritime;
– l'intervention sur bâtiment, notamment dans le cadre de prise d'otages de grande ampleur;
– l'intervention sur train;
– dans des milieux particuliers comme les centrales nucléaires, les milieux carcéraux, mais aussi le désert, la forêt, la montagne.

Comme le Raid, la FI a aussi pour mission d’intervenir dans le cadre d’arrestations et d’opérations de police judiciaire: «Filatures à fin d'interpellation, arrestations de véhicules en mouvement, arrestations en milieu ouvert ou dans des domiciles durcis, opérations de flagrant délit, extorsions de fonds, enlèvements».

3.Les GIPNDix groupements d'intervention pour situation à hauts risques

C’est avec la prise d’otages des sportifs israéliens lors des JO de Munich en 1972 que la France se dote, comme d’autres pays, de forces d’intervention spécialisées dans l’antiterrorisme. Le célèbre commissaire divisionnaire de Marseille Georges NGuyen Van Loc, dit «Le Chinois», crée le premier groupe d'intervention de la police nationale en 1972.

Leur mission est d’intervenir lors de prises d’otages, arrestation et maîtrise de forcenés, mutineries, escortes et plus généralement à chaque fois qu’une situation à haut risque l’exige.

Depuis 2011, Raid et GIPN dépendent de la même Force d’intervention de la police nationale (FIPN). Quand le GIPN et le Raid agissent de concert, c’est le chef du Raid qui prend le contrôle des opérations.

Dépendant des directions départementales de la sécurité publique, les dix groupes à vocation régionale du GIPN, d'une vingtaine de membres chacun (soit 200 au total) interviennent sur les départements situés autour de leur base (Lille, Bordeaux, Marseille, Strasbourg, Lyon, Nice et Rennes en métropole, Nouvelle-Calédonie, Guadeloupe et Réunion en outre mer), mais peuvent, sur ordre du directeur général de la police nationale (DGPN) être envoyés dans tout le pays.

4.La BRISpécialisée dans l'antigang

Les Brigades de recherche et d'intervention (BRI), plus souvent appelées l'Antigang, sont, avec le RAID et les GIPN, une des trois composantes de la FIPN. La première de ces brigades est créée en 1977 à Lyon. Il en existe actuellement quinze à travers la France, dont celle du 36, quai des Orfèvres, à Paris.

Ses missions principales sont l’interpellation de malfaiteurs se livrant à du banditisme grave comme les vols à main armée, les prises d'otages et les séquestrations. La BRI intervient sur les vingt arrondissements parisiens alors que le RAID couvre donc 21 départements limitrophes de la capitale. Néanmoins, dans les situations les plus graves, le RAID peut être compétent pour intevenir dans la France entière

Les faits d’armes les plus connus de la BRI sont par exemple la traque et les assauts survenus au lendemain de l’attaque de Charlie Hebdo, en janvier 2015. La BRI était la première présente à l’«Hyper Cacher», où elle est intervenue, aux côtés du Raid, pour neutraliser Amedy Coulibaly.

Nathalie Perez, journaliste à France 3, a réalisé il y a quelques mois un reportage sur les hommes de la BRI du 36, quai des Orfèvres. 

 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte