Life

Les accidents vasculaires cérébraux visibles à l'oeil nu?

Planète Santé , mis à jour le 02.07.2012 à 4 h 30

Des chercheurs de l’Université de Zurich ont mis au point un test oculaire simple qui pourrait devenir un remarquable outil au service de la santé publique.

"Orange mécanique" de Stanley Kubrick, 1971. DR

"Orange mécanique" de Stanley Kubrick, 1971. DR

Etes-vous exposé à un risque anormalement élevé d’accident vasculaire cérébral? Si oui comment le savoir avant qu'il ne se produise? Une équipe de l’Université de Zurich vient d’élaborer une méthode simple de nature à répondre à cette question; une question essentielle de santé publique.

Leur travail est publié dans l’édition de juin d’Ophthalmology, la revue de l'American Academy of Ophthalmology. Il s’agit, schématiquement, d’un  test oculaire permettant de détecter indirectement et a priori de manière fiable les sténoses des artères carotides. Il s’agit là d’une anomalie  (dont l’existence est le plus souvent ignorée) qui a pour effet de réduire ou de bloquer la circulation sanguine artérielle destinée à alimenter les régions antérieures du cerveau; une anomalie qui constitue un facteur de risque bien connu d'accident vasculaire cérébral (AVC). Ce test pourrait être réalisé par des ophtalmologistes lors d’examens de routine.

Dirigée par le Dr Pascal Bruno Knecht  (département d’ophtalmologie, hôpital universitaire de Zurich), l'équipe a utilisé un dispositif (un «tonomètre dynamique de contour») permettant de mesurer l’amplitude de la pression oculaire sanguine. Elle l’a testé sur soixante-sept patients (âge moyen de 67 ans) suspectés de sténose carotidienne. Le score est ici calculé sur la base de la différence entre deux niveaux de pression à l'intérieur de l'œil; ces deux niveaux correspondent aux deux temps du rythme cardiaque: les pressions systolique et diastolique. Le tonomètre mesure les deux niveaux, puis calcule instantanément le score du patient. Postulat: plus le courant sanguin carotidien est réduit par la sténose, plus faible est la différence (le score) entre les deux niveaux de pression.

Des vies sauvées, des handicaps lourds évités...

Et de fait l’étude confirme que les scores les plus bas sont associés aux risques les plus élevés de sténose de la carotide. Les chercheurs ont en effet vérifié chaque cas par examen échographique des carotides. «Nos résultats montrent que l'amplitude des impulsions oculaires est un test de dépistage fiable pour détecter la sténose de l'artère carotide», confirme le Dr Pascal B. Knecht qui souhaite désormais que l’efficacité de ce procédé soit évaluée dans des études plus larges.  

D’autre part, une méta-analyse menée aux Etats-Unis par le groupe d’experts U.S Preventive Services Task Force conclut que l’accès à ce test de dépistage permettrait de réduire considérablement l'incidence des AVC, des crises cardiaques et des décès cardiaques. Mais à la condition que son efficacité soit au minimum de 60%.  Il existe certes des tests qui répondent déjà à cet objectif (angiographie par résonance magnétique ou échographie duplex couleur) mais ils ne sont pas largement disponibles et demeurent très coûteux. On les réserve généralement aujourd’hui aux patients qui présentent déjà des symptômes inquiétants précurseurs d’AVC.

«Les accidents vasculaires cérébraux sont une cause de souffrances particulièrement importantes pour les patients et leurs proches. Ainsi tout ce qui peut être entrepris pour prévenir un AVC est essentiel, commente pour sa part  le Dr Michel Matter, Président de l'association des ophtalmologues de Genève et membre de la North American Neuro-Ophthalmology Society. L'approche de l'équipe zurichoise est particulièrement intéressante. Et les résultats sont très prometteurs.»

Pour le Dr Matter, il ne fait aucun doute que d'autres séries de patients devront être recrutés dans de nouvelles études. «La fiabilité des résultats sera capitale, car ce test ne permet pas de poser un diagnostic, mais d'orienter rapidement vers des examens complémentaires qui, eux seuls, permettent de poser le diagnostic et d'établir la prise en charge optimale du patient, explique-t-il. L'intérêt de la communauté scientifique est immense, car des vies pourraient être sauvées, des handicaps lourds évités et des économies de large échelle seraient ainsi possibles.»

Le Dr Matter ajoute que de nombreux tests ont montré des résultats prometteurs, mais sans lendemain. L’objectif est bien ici que cet outil de dépistage soit utilisé dans des études importantes. En conclusion: «Disposer d’un test de routine, bon marché, non-invasif et montrant une fiabilité prouvée, serait une excellente nouvelle pour les patients exposés à des risques vasculaires et les professionnels en charge de leur santé.»

Jean-Yves Nau

Planète Santé
Planète Santé (114 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte